Il écope de 12 mois de prison dont 6 ferme. Le tribunal n’a pas décerné le mandat d’arrêt réclamé par le parquet de Nîmes. Une complice a été sanctionnée par 12 mois dont 4 ferme. Les deux devront rembourser 113 748 euros à Pôle Emploi.

L’organisme public a déposé plainte en septembre 2017 en s’apercevant des irrégularités sur les primes d’assurance chômage au bénéfice de l’ancien international qui a mis un terme à sa carrière en France après son passage à Nîmes en 2015. Un joueur « qui ne nous a pas fait l’honneur de sa présence aujourd’hui », a déclaré le président du tribunal, Jean-Pierre Bandiera.

Les faits reprochés au joueur professionnel se déroule après sa rupture de contrat avec le Nîmes Olympique en 2015 et la justice le poursuit sur la période juillet 2015 au 31 décembre 2016.  « Il lui est reproché d’avoir perçu des allocations chômages alors qu’il n’était plus sur le territoire et qu’il jouait et cumulait cette assurance chômage en France avec son salaire de joueur en Serbie », souligne le président Bandiera.

Pôle Emploi a réclamé 113 748 euros à l’ancien joueur gardois. « Monsieur avait un salaire confortable de joueur de football donc il a perçu des indemnités élevées. Il percevait près de 208 euros par jour », complète le magistrat. Près de 6 400 euros mensuels de Pôle Emploi sur 15 mois. « Et aujourd’hui il n’est pas ici devant les juges, et il ne donne pas le moindre justificatif ou la moindre explication à votre juridiction », plaide Maître Jean-Charles Julien pour Pôle Emploi.

« La leçon de ce procès c’est comment faire de l’argent facilement en utilisant le système de protection social français. Il ne suffit pas d’avoir du talent pour être un bon footballeur, il faut aussi être tricheur », complète le vice-procureur, Willy Lubin, qui réclame un mandat d’arrêt contre l’ancien international serbe. « Je crains le pire si monsieur Neymar est licencié du PSG et si l’on doit l’indemniser à hauteur de son salaire », poursuit le magistrat du parquet de Nîmes. Le joueur n’était pas représenté à l’audience par un avocat.

clic sur les photos pour agrandir

RECHERCHE ARTICLE OU PERSONNALITE

Stanislas Golinski
Stanislas Golinski
Stanilas Golinski quand il avait 80 ans, toujours fidèle à Nîmes
Stanilas Golinski quand il avait 80 ans, toujours fidèle à Nîmes