Ce samedi après-midi, une nouvelle réunion était organisée en Rani Assaf et les groupes de supporters. Si ces derniers refusent toujours de signer la charte qu'il leur a présenté, ils ont mieux accueilli certaines offres formulées par le président du Nîmes Olympique. 

Jeudi ça avait chauffé. Cette fois, c'est dans un climat bien plus serein que se sont déroulés les échanges entre supporters et direction. D'emblée, Rani Assaf a formulé plusieurs offres sans condition. La première est la création très prochaine d'un pack famille en tribune Nord. Si le tarif n'a pas été arrêté, "l'idée est qu'un parent puisse venir avec ses enfants à un tarif abordable, détaille le référent supporters, Fabien Ordoñez. Un pack similaire sera également mis en place pour que les personnes handicapées puissent venir avec un accompagnant." 

Avec cette formule, Rani Assaf entend faire d'une pierre, deux coups : répondre à une attente forte du public et remplir la tribune la plus exposée aux caméras, évitant ainsi au club de trop lourdes pénalités au moment de la répartition des droits télévisés. "Ça va dans le bon sens, reconnaît le président des Gladiators, Dimitri Pialat. Mais je regrette que l'offre ne soit pas généralisée à toutes les tribunes, car certains supporters sont attachés à celle où ils ont leurs habitudes."

Par ailleurs, Rani Assaf a réaffirmé son intention de remettre en place un centre de formation agréé. "Il est à la recherche d'un terrain à Garons permettant de créer les infrastructures d'entraînement pour les professionnels mais aussi pour les jeunes", indique Fabien Ordoñez. Mais cela pourrait prendre du temps. "Il nous a parlé d'environ six ans, une fois que le club gagnera de l'argent avec son stade", résume, sceptique, Dimitri Pialat.

Le pesage Est fermé contre Nancy ?

Pour le reste, ça coince toujours sur les fumigènes. Le président du Nîmes Olympique refuse de rouvrir la tribune Est tant que les Gladiators n'ont pas signé la charte les engageant à ne plus utiliser d'engins pyrotechniques non déclarés. "On va en discuter entre nous et faire un retour à Rani Assaf en début de semaine. Mais on est très défavorables à cette charte", avance leur président.

Sans leur tribune historique, les Gladiators devront faire le choix entre une place en tribune Sud ou se contenter des déplacements. "En cas de signature de la charte, l'Est réouvrira à 10€, rappelle quant à lui Fabien Ordoñez. Des baisses de tarifs seront également envisagées en tribune Sud en cas de signature des Nemausus 2013 et du Club central. Le N.O. s'engagera également à faciliter la mise en place de leurs animations et à tenir des réunions informatives tous les trimestres avec les groupes et des supporters indépendants." 

"On se rangera à l'avis des Gladiators mais nous sommes aussi défavorables à cette charte, fait savoir Cyril Roure, président des Nemausus 2013. Je ne comprends pas pourquoi nous ne pourrions pas mettre en place des protocoles sans qu'il y ait une signature par écrit." 

La supra association : mode d'emploi

En revanche, les groupes se sont montrés plus favorables à la proposition de supra association formulée par la direction. "Tout le monde pourra y adhérer : supporters, dirigeants, joueurs, dévoile Fabien Ordoñez. L'idée est de regrouper toute la grande famille du Nîmes Olympique." Alors que le retour des abonnements n'est pas envisagé pour la saison prochaine, les "socios" bénéficieront d'une place réservée sur la boutique en ligne. "Il y aura aussi un tarif préférentiel pour reprendre les avantages de l'abonnement, mais en plus souple, puisqu'un spectateur qui rate un match ne payera pas sa place, dévoile le référent supporters. Il y aura aussi des réductions sur la boutique du club." 

Comme évoqué, la supra association aura un bureau dont seront exclus les membres de la SASP Nîmes Olympique. Son président pourra siéger au conseil d'administration du club, avec droit de vote. Quant à l'argent des cotisions annuelles - qui devraient tourner entre 10 et 20 € - il sera entièrement géré par la supra association et devrait servir à l'achat de places qui seront distribuées à des enfants malades, handicapés, défavorisés ou plus largement des scolaires et des licenciés du coin.

"L'idée est de les regrouper à chaque match autour d'un groupe d'enfants supporters, complète Fabien Ordoñez. Ils seront placés alternativement sous la vigilance des groupes, qui tiennent beaucoup à la transmission des valeurs nîmoises et pourront les leur inculquer. Le président Rani Assaf aura également des échanges avec les enfants pour leur expliquer sa charte et l'importance de supporter son équipe dans le respect de la loi et de l'adversaire." Le temps que tout soit mis en place, cette supra association pourrait voir le jour au début de la prochaine saison. Avec cette mesure, la direction du club espère impliquer plus largement les amoureux du Nîmes Olympique. Et balayer un peu les difficiles échanges entre supporters et direction.

Boris Boutet

DERNIERE MINUTE

Défaits à Rodez ce soir dans le cadre de la 17ème journée de Ligue 2, le Nîmes Olympique n'enchaîne pas un troisième succès consécutif en championnat. Les Crocos n'ont jamais semblé mesure de faire plier les Ruthénois et s'inclinent logiquement (1-0).

Pascal Plancque le soulignait en conférence de presse : les récents bons résultats du Nîmes Olympique ne masquent pas les lacunes dans le jeu. Ce soir contre Rodez ses joueurs ont montré deux visages : timoré en première, plus volontaire mais maladroit en seconde. Un cruel manque de régularité dans l'implication, combiné à de nombreuses approximations dans les transmissions et les déplacements coûtent une nouvelle défaite. D'autant qu'en face, Rodez avait à coeur de bien figurer, cinq semaines après avoir joué son dernier match à Paul-Lignon et avec un maigre bilan de deux victoires à domicile cette saison.

Dans un expérimental 3-1-4-1-1, les Crocos ont eu du mal à prendre leurs marques. Sans Paquiez et Sainte-Luce, tous deux suspendus, c'est le jeune Philibert qui est lancé dans le bain en charnière, tandis que Burner et Eliasson sont positionnés en piston.

Dès le début de match, les mauvaises nouvelles arrivent. Après une dizaine de minutes très quelconque où Rodez a le ballon, Nîmes se fait cueillir. Guessoum attrape Bonnet dans la surface, l'emmenant avec lui au sol. Le pénalty évitable semble logique à vitesse réelle, le jeune défenseur obtient le premier carton de la partie par la même occasion. La sanction est transformée avec malice par l'ancien caennais Leborgne, d'une panenka devant Bratveit, un poil trop juste pour sauver les siens (1-0, 14e).

Les minutes qui suivent ne sont pas plus glorieuses pour les Crocos. Guessoum se retrouve à nouveau à terre, toujours au duel avec Bonnet, après l'intervention des soigneurs, le natif d'Alès peut reprendre. Les Ruthénois se permettent quelques folies, si les centres des joueurs de côté Ouammou et Buades ne trouvent pas preneurs, Leborgne peut doubler la mise sur un lob, mais celui-ci ne donne que quelques sueurs froides à un Bratveit bien vigilant (26e).

Après la demi-heure de jeu, les Nîmois conservent un peu plus le ballon mais n'en font rien. Fomba, pas dans son assiette, manque de justesse au milieu (29e) et Benrahou, pourtant plus décisif ces derniers temps, est sur courant alternatif. Quelques fulgurances balle au pied (28e, 31e) sans suite, et un coup franc trop imprécis pour espérer remettre les Crocos sur de bons rails (42e).

La deuxième période des Crocos est dans la continuité du dernier quart d'heure de la première. Le match s'ouvre un peu et les occasions sont plus nombreuses des deux côtés du terrain. Guessoum malgré sa taille modeste pour un défenseur central, donne une petite frayeur au gardien ruthénois sur un bon centre de Cubas (53e). Les Ruthénois continuent eux aussi de s'essayer aux centres, notamment à l'initiative de Bonnet, très remuant aujourd'hui (55e, 68e), mais Ueda et Bratveit veillent au grain.

L'occasion la plus flagrante pour les Rouge et Blanc est signée Burner qui rate l'immanquable. Benrahou côté gauche, trouve un bel angle pour brosser son centre. L'ancien aiglon au niveau du point de penalty, frappe à côté. Il peut s'en vouloir, Mpasi-Nzau était battu (62e). Voyant son équipe pousser un peu plus pour égaliser, Pascal Plancque décide de passer en mode offensif, faisant rentrer Koné à la place de Burner pour tenter profiter de son temps fort. Il n'en est rien, et les entrées d'Aribi et Delpech ne font pas la différence, même si ce dernier provoque à nouveau des sueurs froides à la défense, bien vigilante sur son enroulé pied gauche, repoussé à quelques centimètres de la ligne de but.

Les Crocos - qui n'en ont finalement pas assez en seconde période pour arracher le nul - ne reviendront pas et retombent dans leurs travers après deux succès de rang en championnat. Sans idée et sans fond de jeu, la réussite ne peut pas toujours suffire.

Sacha VIRGA

17e journée de Ligue 2. Stade Paul-Lignon. Spectateurs : 1 677. Rodez Aveyron Football-Nîmes Olympique 1-0. (mi-temps : 1-0 ). Arbitre : G.Paradis. But pour Rodez : Leborgne (14e). Avertissements à Rodez : Bardy (41e), Leborgne (55e). Avertissements à Nîmes : Guessoum (13e), Delpech (84e).

Rodez : Mpasi-Nzau - Bardy (c) (Obiang, 61e), Celestine, Malanda - Buades, Leborgne (Rajot, 69e), Danger, Boissier, Ouammou - Dembélé (David, 69e), Bonnet. Remplaçants non utilisés : Secchi, Corredor, Jorge, Dépres. Entraîneur : Laurent Peyrelade.

Nîmes : Bråtveit - Philibert, Ueda, Guessoum - Cubas - Burner (Koné, 69e), Ponceau (Valério, 91e), Fomba (c) (Aribi, 77e), Eliasson - Benrahou, Ómarsson (Delpech, 77e). Remplaçants non utilisés : Dias (g.), Martinez, Zaidan. Entraîneur : Pascal Plancque

PROCHAINEMENT
LES VIDEOS DE PLANETE NIMES OLYMPIQUE
SITES PARTENAIRES

CLIC SUR CERTAINES PHOTOS POUR LES AGRANDIR

RECHERCHE ARTICLE OU PERSONNALITE

Stanislas Golinski
Stanislas Golinski
Stanilas Golinski quand il avait 80 ans, toujours fidèle à Nîmes
Stanilas Golinski quand il avait 80 ans, toujours fidèle à Nîmes