DERNIERE MINUTE

Les premiers mots d’Andrés Cubas, le nouveau milieu de Nîmes Olympique 

Publié le mercredi 5 août 2020 18:02 - Colin DELPRAT 

Quinze jours après son arrivée, Andrés Cubas, le milieu de terrain international paraguayen, a été présenté à la presse ce mercredi 5 août. Pour l'instant, le joueur de 24 ans n'a pas commencé ses cours de langues, il a donc évoqué ses premières sensations en espagnol.
Sa double nationalité :
"Par l'intermédiaire de mon père, je possède la double nationalité. J'ai joué en jeunes pour l'Argentine mais il y avait un intérêt du Paraguay et j'ai saisi cette opportunité."
Son premier passage à Pescara :
"En 2017, j'ai joué quelques mois en Italie mais je n'ai pas réussi à m'imposer (1 match NDLR). Je suis parti un peu trop jeune. J'étais un peu trop pressé de venir en Europe."
Son arrivée à Nîmes :
"Quand il y a eu l’offre de Nîmes, j'ai senti que c'était le moment de revenir en Europe. Le club m'a fait une belle proposition. J’ai eu de très bonnes conversations avec Reda et Jérôme. Ils m'ont présenté, le projet, les installations, le projet de jeu et l’équipe."
Son intégration
"Bizarre, il fait même plus chaud qu’en Argentine en ce moment (sourire). J’aime la ville, le club et mes nouveaux partenaires. Je suis très heureux d’être ici. Je vais bientôt apprendre le Français."
Les similitudes entre l'ambiance à Nîmes et en Argentine :
"J'ai vu ça, il y a beaucoup de passion avec un public assez chaud. Je pourrais me plaire à Nîmes car cela ressemble à l’ambiance que j'ai connu en Argentine. Elle me motive."
Son profil :
"Je n’ai pas d’appréhension par rapport à mon gabarit en Ligue 1 (1m67). Je suis habitué à ma taille et mon physique. Je suis plus dans l’anticipation et la vivacité mas je suis un joueur agressif, qui va tout donner. J’aime tirer les coups de pied arrêtés même si mes principales qualités sont à la récupération. Dans le système de l’équipe et selon les consignes, je me plais à jouer bas pour préparer le jeu. J’aime toucher le ballon, faire jouer l’équipe."
L'attente des supporters et la déclaration de Carlos Tevez :
"J’ai joué avec Carlos durant une année à Boca Juniors. J'ai entendu sa déclaration comme quoi j'allais être un phénomène. Je suis flatté. Mais c’est bien lui le phénomène. Je suis conscient de l’attente des supporters. J’ai hâte de leur prouver mes qualités."
Ses traducteurs dans le groupe :
"Je parle en espagnol avec Pablo Martinez, Florian Miguel ou Renaud Ripart. Je dois être fatiguant car je demande à chaque fois les exercices car pour l'instant je ne comprends rien (rires)."
Nîmes comme un tremplin pour lui ?
"Je ne pense pas vraiment au futur mais plutôt au présent. Je veux laisser mon empreinte à Nîmes avant de penser à déjà partir."
Le futur papa :
"Je vais avoir mon premier enfant ici. Nîmes aura forcément une signification particulière pour moi. Le fait d’avoir un enfant n’a pas influencé ma décision de revenir en Europe. La proposition de Nîmes était très intéressante."
Le restaurant argentin à Nîmes :
"J'ai eu plusieurs recommandations pour le restaurant Empanadas Argentinas. J'ai pu le tester et je confirme, il est très bon (sourire)."

Birger Meling : "Reda Hammache m’a montré une vidéo de l'ambiance aux Costières, c’était magnifique" 

Publié le mercredi 5 août 2020 16:32 - Colin DELPRAT
Les meilleurs déclarations du défenseur international norvégien qui a répondu le plus possible en français aux questions des journalistes :  
Son choix de rejoindre Nîmes :
"J'ai rejoint Nîmes car c'est une équipe qui veut avancer et progresser. Je suis très content d’être ici et de jouer en Ligue 1. Je veux contribuer à développer le club. Il y a eu un intérêt du club en janvier mais ça ne s'est pas fait. Depuis j'ai regardé les matches, je me suis renseigné sur la ville et le stade. J'ai pu connaître l’équipe avant mon arrivée en France."
Les discussions avant son transfert :
"J’ai beaucoup parlé avec Reda (Hammache, le directeur sportif NDLR) avant mon arrivée puis avec Jérôme (Arpinon, le coach) pour avoir une image de l’équipe et une compréhension du jeu. J'ai eu un très bon feeling. C'était important. C’était une très bonne opportunité et le moment pour moi de trouver un nouveau challenge."
Son adaptation et son intégration :
"C’est difficile avec la chaleur évidemment (sourire). C’est un peu difficile aussi avec la langue mais je travaille chaque jour pour progresser. Le club m’a beaucoup aidé pour mon intégration, tout comme les joueurs. Le vestiaire est comme une famille."

Son apprentissage de la langue :
"J’ai des bases en Français car je l'ai appris à l'école. C’est encore un peu difficile quand vous parlez très vite ou tous en même temps (sourire). C’est très important pour moi d'apprendre la langue pour la vie sociale, sur le terrain et dans la ville. C’est un avantage."
Sa double préparation avec Rosenborg et Nîmes : 
"Je me sens bien. C'est vrai qu'avec la Covid-19, la présaison a été très longue en Norvège. Je suis un peu épuisé de faire que des entraînements (sourire). J’ai hâte que le championnat commence. Je progresse mais j'ai encore besoin d'un peu d’acclimatation par rapport à la chaleur et le jeu. Je pense que la différence entre la Norvège et la France se fait au niveau physique et au niveau talent. Je vais relever le challenge."
Son expérience en Coupe d'Europe et en sélection :
"Bien sûr, jouer une compétition européenne était une vraie opportunité. J'ai pris plaisir à jouer au plus haut niveau en Coupe d'Europe comme en sélection. Maintenant à Nîmes, chaque semaine, je vais avoir le moyen de montrer mes qualités dans un championnat de très bon niveau."
Sa vision du public :
"Quand j’ai parlé avec Reda, il m’a montré une vidéo de l'ambiance aux Costières c’était magnifique. Je suis pressé de découvrir ce public en espérant que cela soit possible avec la Covid."
Son profil :
"Je me définirais comme un joueur avec de l’intensité et de l’enthousiasme. Le plus important à mon poste est de bien défendre mais j’espère apporter un plus sur le plan offensif." 
Son expérience en Angleterre : 
"J’ai joué un an à Middlesbrough en U20. C’était la seule chose possibilité que j’avais à l’époque. J'ai vécu une super année, j'ai gagné en expérience. Ella m’a permis de devenir joueur footballeur professionnel et d'écrire une belle ligne sur mon CV."

Les Crocodiles tenus en échec par Rodez

En faisant match nul avec Rodez 1-1, les Nîmois stoppent une série de deux défaites. Mais même s’ils ont marqué leur premier but de la saison, les Crocodiles sont toujours à la recherche d’une première victoire.

Après deux défaites contre Strasbourg (L1) et Grenoble (L2) sans marquer de but, les Nîmois ont enfin trouvé le chemin des filets, mais ils n’ont toujours pas gagné en trois rencontres de préparation. Nîmes avait choisi de débuter avec onze essentiellement constitué de potentiels remplaçants pour cette saison.

Rodez, qui jouait avec son équipe de titulaires, se procurait la première occasion. Après une perte de ballon d’Alakouch, le centre d’Obiang était contré et il obligeait Dias à se coucher (10e). La réponse gardoise ne tardait pas avec un bon travail préparatoire de Denkey conclu par une frappe non cadrée de Buades (12e).

Le fort Mistral qui soufflait sur la Bastide n’était pas propice au jeu long et aérien. Les Aveyronnais s’en accommodaient quand même pour placer quelques banderilles. À la suite d’un tacle raté de Guessoum, Bonnet récupérait le ballon et il frappait sur le poteau de Dias (20e). Ce diable de Bonnet chipait le cuir à Valério mais sa tentative était détournée par Dias (24e).

Bien que malmené, Nîmes n’était pas en reste. Après une frappe de Denkey contrée, Fomba se retrouvait face aux cages adverses mais son tir était détourné par Guivarch (35e). Le gardien de but des visiteurs s’interposait également sur une frappe de Duljevic (37e).

Pour la seconde période, l’équipe nîmoise changeait intégralement pour un onze que l’on peut considérer comme celui des titulaires probables en championnat. Pour ceux-là, tout commençait très bien. Philippoteaux récupérait un ballon à l’entrée de la surface de réparation ruthénoise et il armait une imparable frappe que le goal ne pouvait que regarder s'échouer dans ses filets (1-0, 47e). Après 227 minutes de rencontres amicales, Nîmes venait de trouver le chemin des filets.

Ce début de seconde période était faste en occasions nîmoises puisque Deaux (50e), qui frappait à côté, Koné (52e),qui trouvait le poteau, et Roux, dont la tête était sauvée sur ligne, s’illustraient. De son côté, Cubas régalait avec ses coups de pieds arrêtés. À l’heure de jeu, Rodez changeait à son tour son équipe pour faire entrer une partie de ses potentiels remplaçants.

Bonnet, décidément très en vue, continuait à faire des misères aux Crocodiles. Il mettait Reynet à contribution (63e). Puis sur une passe en retrait de Meling, il sortait de sa boite pour dribbler Reynet et égaliser (1-1, 65e). La fin de match était à l’avantage de Rodez, du moins en termes d’occasions. Gueye plaçait une tête dans les bras de Reynet (73e), Alégué tentait un lob lointain que Reynet détournait in extremis en corner (78e) et Ouameu frappait à ras du poteau (80e).

Finalement les deux équipes se quittaient dos à dos et pour les Nîmois la préparation se poursuivra avec un match amical dimanche au stade des Costières face à l’Olympique de Marseille. Selon toute logique, l’opposition devrait être légèrement supérieure que celle proposée par la joueuse équipe de Rodez.

Nîmes Olympique (L1) – Rodez (L2) 1-1. La Bastide (terrain n°2). Mi-temps : 0-0. But pour Nîmes : Philippoteaux (47e). But pour Rodez : Bbonnet (65e). Avertissements à Nîmes : Alakouch (27e), Miguel (44e) et Cubas (90e+2). Avertissement Rodez : Douline (57e).

Nîmes Olympique (1e période) : Dias – Alakouch, Landre, Guessoum, Miguel – Valerio, Fomba, Alhinvi – Buades, Denkey, Duljevic. 

Nîmes Olympique (2e période) : Reynet – Ripart, Briançon, Martinez, Meling – Cubas, Deaux – Ferhat, Roux, Koné, Philippoteaux.

PROCHAINEMENT

 

 

N'hésitez pas à parier sur des sites comme PMU lors de cette saison, votre premier pari est remboursé en cas de perte (cliquez-ici pour en savoir plus sur le code promo)

LES VIDEOS DE PLANETE NIMES OLYMPIQUE
SITES PARTENAIRES

RECHERCHE ARTICLE OU PERSONNALITE

clic sur les photos pour agrandir

Stanislas Golinski
Stanislas Golinski
Stanilas Golinski quand il avait 80 ans, toujours fidèle à Nîmes
Stanilas Golinski quand il avait 80 ans, toujours fidèle à Nîmes