Daniel Deledicq est né en 1954 à Montargis dans le Loiret. Il débutera sa carrière dans le petit club du FC Dieppe à partir de la saison 1972/1973 où il sera sacré champion DH Haute-Normandie. Il évoluera encore trois ans dans cette équipe jusqu'à ce que les recruteurs de Troyes le remarquent et lui proposent de s'engager avec le club de l'Aube afin d'essayer de percer en première division.

Il arrivera dans le groupe troyen à l'aube de la saison 76/77 en même temps que Carlos Lopez, Kamel Kébir et Philippe Mahut. Cette saison là le coach René Cédolin incorporera seulement Mahut comme titulaire dans le onze troyen au côté des Robert Jacques, Arnaud Dos Santos, Daniel Zorzetto et Guy Formici entre autres et Deledicq se contentera de six matchs mais aura la chance d'inscrire son premier but au plus haut niveau du football français. La saison 77/78 verra Daniel ne jouer que sept matchs pour un but mais il sera comme tous ses coéquipiers incapable de faire quelque chose pour empêcher Troyes de finir à la 19ème place synonyme de relégation à l'échelon inférieur.


Daniel jouera bien en D2 pour la saison 78/79 mais ce ne sera pas avec Troyes car voulant plus de temps de jeu il s'engagera avec le promu Montluçon. Et là le coach René Gardien l'installera comme titulaire et de ce fait l'ancien troyen disputera l'exercice dans toute son intégralité et se payera même le luxe de marquer quatre buts. Ses bonnes statistiques en feront un des éléments qui auront beaucoup contribué au maintien de son club en terminant à une bonne neuvième place avec huit points d'avance sur Epinal le premier relégable.

Après son excellente saison Deledicq se sera fait remarqué par quelques clubs et finalement ce sera Nîmes, club de D1, qui l'engagera car Montluçon est obligé de vendre ses meilleurs éléments à cause de problèmes financiers du à la crise de l'usine Dunlop son principal actionnaire. N'étant pas titulaire pour la saison 79/80 l'ancien troyen disputera quand même 25 matchs pour un but en se partageant entre la défense et le milieu de terrain suivant les choix du coach Henri Noël. Ainsi ses bonnes statistiques pour sa première année nîmoise auront servi autant que celles des titulaires ( Bernard Boissier, Denis Jouanne, René Girard, Eric Castagnino, Rabah Gamouh, Luizinho, Gilbert Marguerite et Thierry Meyer ) pour assurer le maintien des Crocodiles qui termineront en milieu de tableau ( dixième ) avec neuf points d'avance sur Lyon le club devant disputer le barrage de relégation. Pour la saison 80/81 Daniel deviendra un titulaire indiscutable suite au départ de Girard et de ce fait il fera pratiquement un exercice complet ( 35 matchs sur 38 ) mais au niveau collectif rien n'ira à cause des très mauvais résultats de l'équipe gardoise et cette dernière terminera à la 19ème position synonyme de descente en D2. Suite à la relégation Nîmes perdra pas mal de cadres ( Armando Bianchi, Jouanne, Marguerite, Luizinho et Boissier ) alors ce sera avec une équipe rajeunie que les Crocodiles tenteront de jouer la montée parmi l'élite pour le championnat de D2 81/82. Et Daniel deviendra un des leaders des Crocodiles pour réussir ce pari mais en fin de compte les nîmois n'y parviendront pas à cause de leur sixième place finale avec tout de même un retard de onze points sur Thonon qui devait disputer le match entre deuxième. Pour la saison 82/83, Deledicq et les Gilles Morisseau, Kristen Nygaard, Patrick Cubaynes ( qui inscrira vingt buts ), Christian Perez et tous les autres feront un parcours parfait qui les verra terminer second de leur groupe à cinq points du vainqueur, Rennes. Mais cette seconde place leur vaut de disputer le match entre deuxième qui verra les Crocodiles en sortirent vainqueurs en se débarrassant du Stade de Reims par trois buts à deux sur les deux matchs. Il leur rester plus qu'à battre le 18ème de D1 et l'élite serait pour Daniel et ses partenaires et de ce fait ils feront leur maximum lors de cette rencontre et finalement accèderont à la D1 grâce à la victoire par quatre buts à deux sur les deux matchs face à Tours. Pour son retour en première division peut-être à cause d'une équipe assez faiblarde, Deledicq et Nîmes vivront un calvaire toute la saison 83/84 et de ce fait n'arriveront à se dépêtrer de la zone rouge et finalement finiront en 19ème position synonyme de retour en D2.


Daniel jouera la saison 84/85 en D2 mais ce ne sera pas avec Nîmes car il préférera quitter les Crocodiles pour connaître autre chose après cinq ans de bons et loyaux services pour s'engager du côté de Limoges. Et là même entouré de joueurs d'expérience tels que Jean-Noël Dusé, Hervé Goursat, Houcine Ben Saïd et Marcel Campagnac, Deledicq vivra encore un exercice assez délicat car son équipe se battra toute l'année pour éviter la zone rouge et finiront par se maintenir en terminant treizième de son groupe avec deux petits points qui les séparaient du premier relégable.

Et au bout d'une saison il quittera Limoges pour rallier Perpignan qui venait d'accéder en quatrième division. Il sera considéré comme le leader de son équipe et il emmènera dans son sillage tous ses coéquipiers pour réussir l'exploit de faire monter Perpignan en troisième division. Deledicq repartira pour un exercice et après celui-ci il prendra la décision de mettre un terme à onze ans de carrière.


BILAN DE CARRIERE :

-1972 à 1976 : Dieppe ( France ).
-1976 à 1978 : Troyes ( France ) 13 matchs joués pour deux buts de marqués.
-1978 à 1979 : Montluçon ( France ) 34 matchs joués pour quatre buts de marqués.
-1979 à 1984 : Nîmes ( France ) 140 matchs joués pour dix buts de marqués.
-1984 à 1985 : Limoges ( France ) 30 matchs joués pour deux buts de marqués.
-1985 à 1987 : Perpignan ( France ).


Il décède fin août 2015.

Stanislas Golinski
Stanislas Golinski
Stanilas Golinski quand il avait 80 ans, toujours fidèle à Nîmes
Stanilas Golinski quand il avait 80 ans, toujours fidèle à Nîmes