Marcel Boyron est décédé des suites d'une longue maladie dans la nuit de vendredi à samedi, le 24 avril 2015....

Formé à Nîmes, vainqueur de la Coupe Gambardella, il débute en équipe première contre Lyon le 19 mars 1972.... 
Le 28 novembre 1978, il part à Sturm Graz en Autriche. (Ce sera le premier français à évoluer dans ce pays et je me rappelle d'ailleurs qu'à cette occasion, il avait bénéficié des honneurs de France Football).... Il retrouve là-bas, l'ancien nimois Heinz Schilcher...
Il revient à Nîmes en juin 1981....
Sa carrière s'achève en 1984.... Il avait été découvert par Marcel Rouvière alors qu'il était à Salindres....
Devenu chauffeur de taxi, on pouvait le croiser devant la gare de Nîmes, et était toujours plongé dans la lecture de l'Equipe, quand il attendait les clients...

MARCEL BOYRON. COUP DE POMPE (DU CROCO) EN AUTRICHE.


 


L'exil un peu forcé, Marcel Boyron a du mal à digérer. « Quand tu as tout quitté, que tu as rencontré des tas de difficultés, tu apprécies mieux ton propre pays, balance le Gardois avec des trémolos dans la voix. […] Et maintenant que j'ai vécu à l'étranger, je sais que je me trouverais bien dans n'importe quel coin de France ». Marcel a encore le blues quand il évoque sa carrière et une parenthèse à l'étranger qui provoque son attachement pour notre bonne vieille France, sa région et son équipe de toujours l'Olympique Nîmois. Le club où il a effectué toutes ses classes à partir des cadets jusqu'à sa première apparition avec les pros à 20 ans. Boyron est un crack. Il rafle au passage la coupe Gambardella et devient international militaire. Promis à un bel avenir, le jeune espoir a peut-être le tort de rester à Nîmes, mais la famille soudée autour de l'entraîneur Kader Firoud, ses racines (il est né à Salindres), toute sa vie est ici. Boyron est fidèle aux Crocos malgré les difficultés du club à tenir son rang parmi l'élite. Une fidélité récompensée par un statut particulier dans l'équipe. « A Nîmes, j'ai toujours eu des contacts privilégiés avec les joueurs étrangers, avoue le père Marcel un peu crâneur. J'étais en quelque sorte leur chaperon. Je partageais leurs chambre. J'avais la patience de leur parler très lentement, […] d'essayer de les comprendre quand ils ne bredouillaient que quelques mots de français ». Le bon gars en somme, à qui la vie joue de vilains tours. Un contrat qui arrive à son terme, Boyron songe à aller voir ailleurs à la fin de la saison 1976-77. Il se blesse au genou en mai. La suite tient de l'imbroglio. C'est Marcel qui rince : « Au début, on me prescrit 15 jours de repos. Le club est mal classé. Il faut que je joue à tout prix. Deux semaines plus tard, je suis sur le terrain et mon genou lâche à nouveau. […] Ma saison est terminée ». Et les velléités de départ envolées, car« aucun club ne veut de moi » lance le Gardois résigné, maudissant sa vilaine entorse diagnostiquée par le médecin. Boyron rempile un an et rechute dès son retour à l'entraînement en juillet, pendant la préparation de la saison 1977-78. Cette fois, c'est le ménisque qui prend. Marcel passe sur la table d'opération et charcute son bourreau. « Un chirurgien revient spécialement de vacances pour pratiquer l'intervention. J'apprendrai plus tard, par un ami étudiant en médecine qui a assisté à l'opération, qu'il n'a cessé de maugréer, affirmant notamment que ce footballeur faisait chier et qu'il était mieux en vacancesDans son énervement, il s'est coupé le doigt avec son propre bistouri. Le résultat est déplorable. Avant l'opération je ne boitais pas. Après celle-ci je claudiquais ». Boyron doit à nouveau passer sur le billard en novembre et revient sur les terrains en janvier. Le joueur, bien retapé, termine l'exercice sans histoire mais suscite toujours l'interrogation des recruteurs qui ne veulent pas prendre de risques avec ce convalescent. Heureusement, il y a l'Olympique qui lui prolonge (encore) son contrat d'une année supplémentaire. « J'ai insisté pour qu'il ne soit pas plus long, s'emporte Marcel.Durant mon absence et surtout depuis mon retour, les envies de départ ne cessaient de me tarauder ». Le championnat est commencé depuis deux mois lorsque le téléphone sonne dans le bureau du président des Crocos. Un appel des dirigeants de Sturm Graz (sur un tuyau de son international Heinz Schilcher et ancien coéquipier de Boyron à Nîmes) qui cherchent un joueur.

En décembre, après les négociations d'usage, Marcel Boyron s'envole pour l'Autriche la banane jusqu'aux oreilles, un contrat de deux ans et demi en poche, mais déchante très vite à son arrivée. « Mon premier jour à Graz, se rappelle Marcel-leu (c'est l'accent du coin), c'était un dimanche. Tout était fermé. Les rues étaient désertes. Je me demandais ce que je faisais ici. J'étais perdu ». Un dimanche comme partout ailleurs en fait, peut-être sont-ils pire en Autriche. Le spleen s'empare de l'ancien nîmois, en proie à des tas de questions sur les us et coutumes locales et de son administration. « Il est difficile de s'imaginer ce que sont ici les tracasseries administratives, peste Boyron en marcel. A chacune des formalités que j'avais à accomplir, il y avait à chaque fois quelque chose qui clochait. Quand je pense que chez nous on se plaint de l'administration ». La vie n'est pas rigolote à Graz pour notre exilé qui regrette l'ambiance festive de sa région :« La première fois que je suis entré dans un restaurant, j'ai été sidéré. Il y avait du monde mais pas du tout de bruit. Chez nous le bruit est permanent. Je me demandais quelle drôle de jeunesse vivait dans ce pays ». Boyron dénonce l'austérité du peuple autrichien quand il ne se réfugie pas derrière la barrière de la langue, le problème de tout Français à l'étranger. « Ici, les dialectes compliquent tout, s'embrouille le joueur Erasmus. Un jour, un jeune est arrivé au club, venant d'un village distant de 30 kms. Il ne parlait pas, il aboyait, je ne comprenais rien de ce qu'il disait ». Les Autrichiens mangent les Autrichiens, œil pour œil, dent pour dent, chacun sa langue et chez soi. Putain, putain, c'est pas toujours bien d'être européen. Puis Marcel de s'emporter contre tout et n'importe quoi, contre ces gens qui veulent absolument avoir un titre, « si vous n'êtes pas docteur ou professeur, vous n'êtes rien »accuse t-il, contre la presse du pays (« Chez nous, les journalistes sont des saints ») et même la neige en hiver lorsque la pelouse est recouverte d'un blanc manteau. « C'est pas possib', on ne va tout de même pas jouer là-dessus » hurle au loup le Sudiste de naissance. Malgré le climat et les obstacles, Marcel Boyron honore son contrat jusqu'à son terme et goûte parfois même aux plaisirs de la montage, profitant de son environnement pour aller skier à Schladming. Marcel revient cependant tout schuss en France après son expérience autrichienne. A Nîmes, chez lui, entouré des copains et la famille. Et de philosopher sur son existence. « Je veux tout connaître de la vie, concède le rapatrié, découvrir tous les pays. Mais je suis avant tout Gardois et il n'y a que chez moi que je suis réellement heureux ». Marcel Boyron prend sa retraite un an après son retour. Aujourd'hui, il se promène seul le dimanche dans les rues désertes de la cité gardoise. Et prend une bière au PMU en revenant sur ces satanés autrichiens. « Ils ressemblent plus aux Français qu'aux Allemands, rote t-il au comptoir, car ils sont un peu filous ». Un peu comme Marcel en fait.

Marcel Boyron. Pas vraiment l'état de Graz en Autriche.
Stanislas Golinski
Stanislas Golinski
Stanilas Golinski quand il avait 80 ans, toujours fidèle à Nîmes
Stanilas Golinski quand il avait 80 ans, toujours fidèle à Nîmes