PRÉSIDENT LIRON, QUE FAITES VOUS PENDANT LE CORONAVIRUS?

Le avril 17, 2020

 

Le Coronavirus a stoppé net le monde du sport. Et le sport gardois n'a pas été épargné par cela. Plus de compétitions, plus d'entrainement d'équipe. J'ai décidé durant cette période d'aller à la rencontre des sportifs gardois, des coachs gardois, des présidents gardois et des clubs gardois pour savoir comment ils vivent ce moment inédit. Yannick Liron est le président de l'association du Nîmes Olympique qui gère toute la section amateur du club c'est à dire des catégories de jeunes jusqu'à la réserve de l'équipe fanion via le centre de formation. Il nous a consacré quelques minutes de son temps pour répondre à l'interview confinement.
JS30: Quel est votre situation par rapport à votre club ? Ou êtes-vous? Et dans quel état d’esprit ?
YL: Cette crise sanitaire du covid-19, c’est avant tout un drame humain. Beaucoup de familles sont en deuils dans des conditions éprouvantes.
Le sport dans ce contexte passe en second plan. On attend sagement avec impatience la reprise du cours normal de la vie et de nos activités habituelles.
A ce stade, il est encore difficile de se projeter.
Notre tournoi international U13 qui devait se tenir en juin 2020 a été annulé. C’est une grande déception après de long mois de travail. Les détections de joueurs vont être décalées voire annulées, la FFF a déprogrammé ses rencontres jusqu’au 9 mai*. Dans ce contexte, il va être compliqué de terminer la saison en cours et de préparer la nouvelle dans de bonnes conditions. On s’adaptera.
JS30: Qu’est-ce que ça fait un président pendant une crise comme celle que l’on est en train de vivre?
YL: On gère les affaires courantes, mon secrétaire Damien Jurado est en télétravail, Thierry Lorenzo mon responsable de la préformation est en relation continue avec nos éducateurs et le directeur du centre de Formation Christophe Chantreuil, Elodie Brousse comme à son habitude gère et anime la page facebook de l’Association merveilleusement bien en proposant des activités ludiques. On échange à distance. Il faudra s’adapter rapidement au futur calendrier imposé.
JS30: Vous avez vos éducateurs au téléphone régulièrement? Vous les trouvez comment ?
YL: Les éducateurs et les enfants sont en manque des terrains et ont hâte de reprendre la pratique du football. Quand on est passionné et dévoué comme le sont nos éducateurs et qu’on évolue dans un environnement propice au bien vivre ensemble, il est évident que cet arrêt brutal de nos activités créée un vide dans le quotidien de tous les acteurs de la vie du club.
JS30: Quel bilan faites-vous de ces 8 premiers mois de compétitions?
YL: Le bilan est globalement très positif, l’important pour nous à l’Association à la préformation est que le maximum de nos joueurs intègre le centre de formation. Nous avons de belles générations en perspectives. La formation fait partie de l’ADN du club. Depuis la remontée en ligue 1, nous avons fait qu’améliorer les conditions de travail de nos jeunes pour qu’ils soient aussi performant à l’école qu’au football. Le partenariat mis en place avec L’institut Emmanuel Dalzon fonctionne à merveille. Les partenariats mis en place avec nos clubs locaux tels que le Gazélec sportif Gardois et le Nîmes Lassalien fonctionnent très bien aussi. C’est ensemble d’ailleurs que nous avons organisé ce tournoi international. Nos partenaires institutionnels, La ville de Nîmes, le département et la SASP nous soutiennent. Ce sont grâce à ces acteurs que nous travaillons dans de bonnes conditions et que nous avons l’obligation d’être performant et utile socialement pour notre territoire. Au-delà du sport nous avons un rôle social à jouer.
JS30: Quel est votre meilleur moment de ce début de saison et inversement qu´est-ce que vous aimeriez  changer?
YL: Mon meilleur moment comme chaque année, c’est la photo du club où nous sommes tous réunis professionnels et amateurs. C’est un plaisir de voir de la joie dans les yeux des enfants quand ils sont au contact des professionnels. C’est important de faire rêver nos futurs joueurs ou supporters de notre club. Ça me rappelle mon enfance. Je n’ai rien à changer, il faut juste rester vigilant, performant et faire des actions correctives sur nos erreurs.
JS30: Quel est votre message face à ce Covid19?
YL: J’espère qu’on sortira encore plus fort de cette période. Que la solidarité nationale soit au RDV pour se relever de cette crise sanitaire et économique. En espérant que les inégalités sociales ne s’accentuent pas.
Croyons en l’avenir, restons unis et optimistes……
*Cet interview a été réalisé juste avant que la FFF annonce qu'elle figeait la saison amateur.

https://www.jusports30.com/

clic sur les photos pour agrandir

RECHERCHE ARTICLE OU PERSONNALITE

Stanislas Golinski
Stanislas Golinski
Stanilas Golinski quand il avait 80 ans, toujours fidèle à Nîmes
Stanilas Golinski quand il avait 80 ans, toujours fidèle à Nîmes