Objectif Gard : Quelles sont vos premières impressions au Nîmes Olympique ?

Lamine Fomba : Je suis très content et j’étais impatient d’arriver. C’est mon premier entraînement, mais j’ai l’impression que le groupe vit bien.

Le Nîmes Olympique était-il votre priorité ?

Oui, parce que j’ai eu le coach et Jérôme Arpinon au téléphone et le discours était très pertinent. J’ai senti l’envie de travailler avec moi. J’ai aussi parlé avec des coachs d’autres clubs mais ils n’avaient pas les mêmes propos. J’ai tout de suite dit à mon agent que je voulais venir à Nîmes.

En quoi le discours nîmois était plus séduisant que les autres ?

La coach m’a dit qu’il voulait travailler avec moi et me faire progresser. Il a évoqué toutes mes qualités. On a parlé de ce que je pouvais apporter au groupe, et de ce que le club pouvait m’apporter.

Venir à Nîmes, c’est une remise en question ?

Je repars à zéro. J’étais dans mon confort. Cela faisait douze ans que j’étais à Auxerre, j’étais un peu le fils du club. Là j’arrive dans un nouvel endroit et c’est le niveau au-dessus avec la Ligue 1. 

Pourquoi avoir quitté Auxerre cette saison ?

L’année dernière, j’ai eu des contacts avec des clubs, mais j’ai voulu rester à l’AJA pour m’y imposer. Cette saison, je me suis dit que c’était le moment de découvrir autre chose.

Quelles sont vos qualités et vos défauts de joueur ?

Une de mes qualités est de beaucoup courir. Un de mes défauts se situe devant le but, où je manque d’efficacité. Je peux aussi progresser physiquement.

Qu’êtes-vous venu chercher à Nîmes ?

Je suis là pour progresser, jouer à l’échelon supérieur et m’adapter à la Ligue 1.

Le classement actuel des Crocos ne vous a pas inquiété ?

Non, pas du tout. Cela fait que deux journées que ça a commencé. J’ai regardé l'année dernière, et ils ont fait une très belle saison avec un très bon public.

Avez-vous suivi le Nîmes – Nice de samedi dernier ?

Oui. C’était très chaud.

Connaissiez-vous déjà certains de vos nouveaux partenaires ?

Oui, Romain Philippoteaux avec qui j’ai joué à Auxerre et c’est un peu comme un grand frère pour moi. Il y a aussi Zinedine Ferhat que j’ai affronté en Ligue 2, et Renaud Ripart.

 

Propos recueillis par Norman Jardin

RECHERCHE ARTICLE OU PERSONNALITE

"S'il n'y avait que des équipes comme Nîmes Olympique en Ligue 1, on s'emmerderait moins"     (Pierre Ménès - Canal Plus)

clic sur les photos pour agrandir

Stanislas Golinski
Stanislas Golinski
Stanilas Golinski quand il avait 80 ans, toujours fidèle à Nîmes
Stanilas Golinski quand il avait 80 ans, toujours fidèle à Nîmes