Avec les suspensions de Briançon et Martinez, le défenseur central des Crocos devrait retrouver une place de titulaire à l’occasion du déplacement à Monaco dimanche.

Objectif Gard : Comment vous sentez-vous physiquement ?

Loïck Landre : C’est difficile de se sentir à 100% quand on n’a pas joué depuis quatre mois. Mais je m’entraîne tous les jours et physiquement ça va très bien.

Avant votre blessure vous étiez titulaire, il vous faut désormais regagner votre place dans le onze de départ. Ce n'est pas une situation trop difficile à gérer ?

Quand je suis arrivé à Nîmes, je n’étais pas titulaire. J’ai l’habitude de ces situations et ce n’est pas un problème pour moi.

Quel regard portez-vous sur le début de saison de l’équipe ?

Il y a beaucoup de nouveaux joueurs, il faut leur laisser un peu de temps pour s’imprégner de la marque de fabrique. Ce n’est pas facile. Nice était à notre portée et il y avait moyen de prendre les trois points.

Vous n'êtes pas inquiet ?

On savait que la saison serait dure et qu’il y a très peu de chance que cela se passe comme la saison dernière. Il ne faut pas s’inquiéter, la saison est longue.

Que pouvez-vous dire pour rassurer les supporters qui sont pessimistes ?

L’âme du Nîmes Olympique est toujours là, peu-importe les joueurs qui sont sur le terrain. On fera le nécessaire pour prendre des points et gagner le plus de matchs possibles.

Pourquoi votre indisponibilité a été aussi longue, après votre blessure (lésion d'un ligament croisé postérieur à un genou) ?

Je voulais revenir pour le match contre Bordeaux, mais nous avons finalement choisi de ne pas prendre de risque, car j’ai eu une alerte. Après, il ne restait que trois ou quatre matches et le club était maintenu. Cela ne servait à rien de forcer. On a laissé passer les vacances, et à la reprise j’ai travaillé progressivement.

Quel bilan faites-vous de votre première saison à Nîmes ?

Sur le plan collectif, on fait une très belle saison. On ne nous attendait pas à ce niveau. Personnellement, j’étais resté un an et demi sans jouer. J’avais un esprit revanchard, mais je suis venu à Nîmes avec beaucoup d’humilité. J’ai été patient et sans la blessure j’aurais fait plus de matches. J’ai marqué trois buts, c’est ma meilleure saison en termes de statistiques. Je suis très satisfait mais je pense que je peux faire encore mieux.

On retient aussi votre but dans le derby contre Montpellier aux Costières.

Ça couronne la saison. Je ne connaissais pas ce derby, et j’ai bien vu combien c’était chaud. J’aime bien ce genre de match. Ce jour-là, il fallait faire plus que d’habitude et redoubler d’efforts. Pour moi, c’était inimaginable de marquer un but dans ce match.

Votre expulsion face à Nice a freiné votre saison.

Je sais que l’on m’en voulait. J’ai pris sur moi et j’ai été patient. Il fallait se relever et je l’ai fait en marquant à Caen. J’essaye de canaliser mon agressivité qui peut parfois être à la limite. Je ne suis pas un joueur méchant, mais je m’engage à fond.

Que pensez-vous des nouvelles règles concernant les mains dans la surface de réparation ?

Je sais que faire une main est interdit mais j’ai l’impression que certaines mains passent et d’autres non. C’est à l’appréciation de l’arbitre. Je n’ai pas compris le penalty sifflé contre Antho (Briançon, ndlr), je ne pense pas que c’est plus une main que pour le niçois Dante.

 

Propos recueillis par Norman Jardin

RECHERCHE ARTICLE OU PERSONNALITE

"S'il n'y avait que des équipes comme Nîmes Olympique en Ligue 1, on s'emmerderait moins"     (Pierre Ménès - Canal Plus)

clic sur les photos pour agrandir

Stanislas Golinski
Stanislas Golinski
Stanilas Golinski quand il avait 80 ans, toujours fidèle à Nîmes
Stanilas Golinski quand il avait 80 ans, toujours fidèle à Nîmes