Le défenseur capitaine et l’attaquant buteur se sont prêtés au petit jeu de l’interview croisée. Le résultat donne un entretien plein d’humour et de second degré.

Objectif Gard : Comment résumeriez-vous votre amitié ?

Anthony Briançon : Merci de commencer par moi.

Renaud Ripart : Attention à ce que tu réponds, parce que ça va influencer ma réponse (rire).

A B : C’est une amitié sincère. Ça fait longtemps que l’on joue ensemble. On n’a pas besoin de se parler pour savoir ce que l’on ressent l’un pour l’autre. C’est un ami.

R R : Il a bien résumé les choses. On a vécu beaucoup de truc ensemble. On a bien rigolé.

Vous serez peut-être un jour opposé. Le défenseur face à l’attaquant...

A B : Peut-être que l’on fera notre carrière à Nîmes, tous les deux, ce n’est pas impossible.

R R : Jouer contre lui, ce serait du miel.

Quel est votre souvenir de l’autre le plus lointain ?

A B : Quand je jouais à Lyon en jeune, on avait affronté Nîmes et ce petit con nous avez marqué deux buts. On avait perdu 2-1. C’est là que j’ai ciblé le gabarit (rire). À cette époque, je jouais milieu gauche, j’étais plus un mec qui faisait trembler les filets à l’époque.

R R : Ce qui m’a marqué, quand il est arrivé, c’est qu’il ne faisait que du jeu long, que des transversales. On s’est dit, c’est un phénomène ce type ! Avec ses qualités techniques, c’était chaud.

À quel moment a-t-il été le plus drôle ?

A B : Pas plus tard que mercredi, (éclats de rire de Ripart). Il a mis un petit chien dans un bac à glaçons. Je précise que l’animal n’a pas été maltraité.

R R : Quand on est parti à Dubaï, en vacances, on a mangé dans un restaurant indien. Le problème c’est qu’Antho n’aime pas la cuisine épicée. Il n’a pas pu manger du repas et on a beaucoup rigolé.

Le moment où vous l’avez trouvé le plus fort ?

A B : En attaque, c’est contre Marseille aux Costières, la saison dernière. Il a fait un très gros match (Ripart avait marqué un but sur une passe de Briançon, NDLR). En défenseur latéral, c’est contre Bordeaux.

R R : Je n’arrive pas à sortir un match en particulier. Après il va dire que je le flatte, mais je le trouve fort à chaque fois.

Quel est son principal défaut ?

R R : Sa vieille tête (rire).

A B : En permanence, il fait un genre de O.K. avec sa bouche, c’est atroce et horrible.

R R : Ne m’en parle pas, ça va me donner envie de le faire (rire).

A B : C’est au-delà d’un défaut. J’ai fait chambre commune avec lui et ça a fini en bagarre (rire).

R R : Parfois je le vois arriver dans des tenues improbables et il n’y a pas de mots pour décrire son look. C’est un bel homme et quand il s’apprête ça va, mais je n’adhère pas à ses goûts vestimentaires. Il est aussi mauvais perdant, voire tricheur. Quand on joue à la pétanque, il voit tous les points pour lui.

A B : À ce sujet, je précise qu’ensemble on a battu l’équipe du staff. Eux par contre ce sont des mauvais perdants.

Anthony, tu es un passionné de pêche. Y as-tu amené Renaud ?

A B : Oui, une fois, à la Grande-Motte. Renaud a fait un congre. C’était l’équivalent d’un petit lézard. Le souci, c’est qu’il moulinait à l’envers.

R R : Quand il a vu que ça mordait, il a pensé que c’était un gros poisson et quand on l’a sorti, c’était un tout petit. Style un ver de terre.

Renaud, tu inities Anthony à la tauromachie ?

R R : Un petit peu, mais parfois ça l’énerve.

A B : Dans ma région, c’est plutôt la course Camarguaise.

Depuis combien de temps vous connaissez-vous ?

A B : Cela doit faire cinq ou six ans.

R R : Tu es arrivé en quelle année au club ?

A B : 2012, ça fait donc sept ans.

Parlez-nous de votre bande...

A B : Il y a Gaëtan (Paquiez), Théo (Valls), Bobich' (Bobichon) et Clemmus (Depres). Ça ce sont les anciens.

R R : On ne se rend pas compte de la chance que l’on a de jouer en pro avec nos amis. Sur le terrain, on essaye d’en profiter au maximum parce qu'on sait qu’un jour nos chemins vont se séparer.

Cette amitié explique-t-elle les bons résultats de Nîmes Olympique ?

A B : En partie oui. On tout cas, cela aide bien.

R R : Il y a une bonne humeur qui entraîne l’ensemble du groupe.

Dans quel état d’esprit attaquez-vous la nouvelle saison ?

A B : On est encore un peu dans la découverte. C’est une année de confirmation.

R R : C’est toujours plus difficile de confirmer.

Anthony, si je vous dis que le nouveau stade de Nîmes va porter le nom de Renaud Ripart. Ça vous plait ?

A B : Ça m’énervera un peu (rire), mais c’est possible s’il reste meilleur buteur de l’histoire des Costières. Il en est à combien d’ailleurs ?

R R : 25 !

Que vous inspire ce nouveau stade ?

A B :  Ça a l’air d’être un super projet. Cela va apporter un plus à la ville, il va y avoir un complexe commercial et des logements.

R R : Cela prouve que le club grandit petit à petit, même si c’est pour 2024-25. On ne sera peut-être plus là pour le voir. Il faut que le club reste au niveau auquel il est actuellement.

 

Propos recueillis par Norman Jardin, au Chambon-sur-Lignon (Haute-Loire)

RECHERCHE ARTICLE OU PERSONNALITE

"S'il n'y avait que des équipes comme Nîmes Olympique en Ligue 1, on s'emmerderait moins"     (Pierre Ménès - Canal Plus)

clic sur les photos pour agrandir

Stanislas Golinski
Stanislas Golinski
Stanilas Golinski quand il avait 80 ans, toujours fidèle à Nîmes
Stanilas Golinski quand il avait 80 ans, toujours fidèle à Nîmes