En accrochant le match nul 2-2 sur la pelouse de Saint-Étienne, Nîmes Olympique met fin à une série de quatre défaites consécutives en Ligue 1. Après le premier but en professionnel inscrit par Ahlinvi, Ripart a marqué d'une panenka alors que Reynet a arrêté un penalty. Au terme d'un match dynamique, Nordin a finalement égalisé. 

Comme lors de la défaite à Nice (2-0), Jérôme Arpinon fait le choix de démarrer sans Ripart dans le onze de départ. Une décision qui interroge dans cette période délicate. Seuls Guessoum et Alakouch font leur entrée en remplacement de Landre et Burner, blessés. Dans une défense nîmoise totalement inédite privée de l'ensemble de ses habituels titulaires. Cette dernière cède dès la 8e minute sur une reprise de la tête de Moukoudi à la suite d'un corner tiré par Boudebouz (1-0).

Totalement délaissé par Roux qui oublie le marquage, le défenseur stéphanois a tout le luxe de smasher le ballon qui entre dans le but avec l'aide du poteau. Les Crocos sont déjà menés sur un but d'école, plus qu'évitable. Auparavant, c'est Boudebouz qui avait chauffé les gants de Reynet sur un tir lointain bien repoussé (3e). Ultra dominés dans cette entame, les visiteurs perdent trop rapidement le ballon et l'adversaire en profite pour être dangereux.

Khazri vendange la balle de break en ne cadrant pas seul face aux cages après un centre millimétré de Nordin (11e). Comme c'est souvent le cas en football, quand on rate une opportunité comme celle-là, ça se retourne contre vous. Nouvelle illustration puisque trois minutes plus tard, de manière inattendue et contre le cours du jeu, Nîmes égalise. Après une bonne combinaison entre Ferhat et Roux, Khazri, qui se blesse sur cette action, remet le ballon au point de penalty et Ahlinvi vient conclure du droit sur le premier tir cadré des Crocos (1-1, 14e).

Le jeune milieu de terrain inscrit son premier but en Ligue 1 et le NO retrouve le chemin des filets après quatre matches de disette. En transformant un penalty à Reims, Ripart était le dernier à avoir fait mouche. Ce but fait beaucoup de bien aux Nîmois qui rééquilibrent ensuite les débats. La possession de balle devient égale et les Gardois arrivent enfin à mener des offensives intéressantes. Ce que l'on avait plus vu depuis plusieurs rencontres. Ferhat tente sa chance après un raid en solitaire (18e) et Eliasson bute sur Moulin après des échanges intéressants (27e).

Mais défensivement, Nîmes affiche d'importantes lacunes et les Verts s'engouffrent dans les nombreux espaces laissés vides. Reynet sauve deux fois la maison rouge en se déployant au sol sur une tête de Nordin (32e) et en taclant sur Aouchiche (33e). Galvanisé, le dernier rempart nîmois s'emporte et commet l'irréparable sur Hamouma qui pénètre facilement dans la surface car totalement abandonné par Guessoum. Mais Reynet répare immédiatement son erreur en s'interposant sur ce penalty frappé par Boudebouz en plongeant sur sa droite (36e). Derrière, Hamouma gâche sa tentative du gauche.

Les occasions ligériennes s'enchaînent ensuite mais le héros nîmois veille devant Hamouma (41e). Les deux équipes rentrent sur un score de parité bien payé pour des Crocos globalement inférieurs aux locaux. Mais à 1-1, tout reste ouvert et les hommes de Jérôme Arpinon le savent bien en revenant sur le terrain. Ils proposent plus de maîtrise et ne rougissent plus face au 14e de Ligue 1. Plus libéré, Ferhat est inspiré et réussit une passe précise pour Alakouch qui obtient un penalty généreux en s'empalant sur Moukoudi. Ripart, entré en jeu, ne tremble pas et se permet le luxe de tromper Moulin d'une panenka (1-2, 56e).

L'avantage des Nîmois qui se créent deux situations par Eliasson (60e) et Guessoum (62e), ne dure que sept minutes. À l'entrée de la surface, Nordin est à la conclusion d'une action collective en enroulant sa frappe du gauche. En retard, Reynet dévie le cuir mais pas suffisamment (2-2, 63e). La mission désormais pour Nîmes est de sauver ce point du nul si précieux dans la lutte pour le maintien. Reynet est encore décisif, du pied, sur un tir d'Aouchiche (70e). En contre, les Rouges ont quelques opportunités pour l'emporter mais ils manquent de lucidité dans le dernier geste. À l'image du jeune Majouga qui ne met pas assez de puissance dans sa frappe du droit (80e).

Au terme d'un match animé, Nîmes stoppe cette série de quatre défaites consécutives et engrange un point important dans la quête du maintien. En cas de défaite de Lorient face à Rennes, le NO remonterait à la 18e place. Nîmes n'avait plus inscrit deux buts dans un match de Ligue 1 depuis la 3e journée face à Rennes (2-4). De l'engagement ajouté enfin à du danger dans la surface adverse ont permis de relancer la machine à point. À confirmer maintenant mercredi aux Costières face à la lanterne rouge Dijon !

De Saint-Étienne, Corentin Corger

16e journée de Ligue 1. Association sportive Saint-Étienne - Nîmes Olympique 2-2. Stade Geoffroy-Guichard. Mi-temps : (1-1). Rencontre disputée à huis clos. Arbitre : M. Lesage. Buts pour Saint-Étienne : Moukoudi (8e), Nordin (63e). Buts pour Nîmes : Ahlinvi (14e), Ripart (56e, s.p). Avertissements à Saint-Étienne : Hamouma (25e), Neyou (82e). Avertissements à Nîmes : Eliasson (30e), Reynet (35e), Sarr (67e). 

Nîmes : Reynet - Alakouch (Majouga, 74e), Guessoum, Miguel, Paquiez - Ahlinvi, Sarr (Fomba, 68e) - Ferhat (cap.), Duljevic (Ripart, 52e), Eliasson (Koné, 74e) - Roux (Aribi, 52e). Remplaçants non utilisés : Nazih, Malanda, Buades, Denkey. Entraîneur : Jérôme Arpinon.  

Saint-Étienne : Moulin - Debuchy (cap.), Moukoudi, Kolodziejczak, Trauco - Neyou, Camara (Gourna-Douath, 78e) - Nordin (Rivera, 78e), Boudebouz (Krasso, 62e), Khazri (Aouchiche, 17e)- Hamouma (Bouanga, 62e). Remplaçants non utilisés : Bajic, Youssouf, Sissoko, Sow. Entraîneur : Claude Puel. 

Jérôme Arpinon : « Nous avons livré un match complet. Je retiens que nous avons marqué deux buts, c'est positif. Nous avons eu les ressources pour égaliser peu de temps après avoir pris un but sur phase arrêtée. Cela démontre que psychologiquement j'ai des joueurs qui ne sont pas abattus. Nous avons affiché de belles valeurs.

Les joueurs ont bien fait le travail avec une équipe diminuée par plusieurs absences. Nous mettons un terme à une spirale négative. C'est intéressant. Nous prenons aussi un point qui sera très important. Nous sommes dans la continuité du match contre Nice au cours duquel nous avions montré du jeu sans être payé (défaite 0-2). 

Nous avons tenté de gommer nos erreurs même si aujourd'hui tout n'était pas parfait. Nous ramenons quand même un point de Saint-Étienne, qui est une grosse équipe. »

Claude Puel (entraîneur de Saint-Etienne) : « Je n'ai pas besoin de regarder le résultat des autres concurrents directs pour voir que ce n'est pas une bonne opération. Nous restons centrés sur nous-mêmes. Nous avons livré une excellente entame de match en ouvrant rapidement la marque.

Par la suite, nous sommes fautifs d'avoir laissé l'adversaire revenir dans la partie en concédant l'égalisation. Nous avons eu pas mal de situations. Ce match aurait pu être plié au bout d'un quart d'heure, vingt minutes, et cela n'a pas été le cas car nous n'avons pas su faire attention, faire front. 

Bravo à Nîmes qui y a cru jusqu'au bout et qui a été dangereux jusqu'à la fin avec des contres qui auraient pu faire très mal. Ce sont deux points de perdus, même si les Nîmois n'ont pas volé leur point. »

CLIC POUR AGRANDIR

clic sur les photos pour agrandir

RECHERCHE ARTICLE OU PERSONNALITE

Stanislas Golinski
Stanislas Golinski
Stanilas Golinski quand il avait 80 ans, toujours fidèle à Nîmes
Stanilas Golinski quand il avait 80 ans, toujours fidèle à Nîmes