Plusieurs changements sont intervenus pour cette saison 2020/2021 au sein du Nîmes Olympique tant sur le plan sportif qu'administratif.
Attachée commerciale depuis juillet 2017, Amélie Butel a quitté le club pour rejoindre l’Usam dans un rôle de responsable hospitalité et visibilité. La nouvelle conseillère municipale déléguée aux équipements sportifs de proximité et à la rénovation des espaces sportifs souhaitait quitter son poste. Un Parisien, Matthieu Follea, est devenu prestataire commercial pour le club depuis août.
Déjà administrateur de la SASP Nîmes Olympique et ancien ingénieur chez Free, Pierre-François Hugues est désormais salarié du club pour des missions de développement numérique et notamment en charge la future billetterie en ligne du nouveau stade. Il a pris officiellement ses fonctions il y a plus d’un mois.
Deux autres hommes de confiance de Rani Assaf sont de plus en plus influents dans la gestion des affaires courantes du club. Le discret mais important directeur général délégué, Rafik Menni, le fameux entremetteur des négociations lors du départ de Bernard Blaquart et Guillaume Bouisset, responsable des opérations du complexe de la Bastide. Ce dernier connaît bien Reda Hammache après un passage commun à Lens. L’arrivée du directeur sportif coïncide d’ailleurs à un élargissement de ses missions.
Valérie Merchez (assistante du président), Laurent Tourreau (directeur des opérations), David Guichard (Stadium Manager), Samuel Rancan (responsable de la billetterie) et Jordan Isen (chargé de communication) sont toujours présents dans l’organigramme administratif.
Pour le sportif, Reda Hammache l’a étoffé avec les arrivées de trois scouts en début de saison : Bernard Pascual, Cédric Pierre et Tarik El Adi. L’analyste vidéo Corentin Jourdan est également un nouveau nom depuis l’été dernier en plus du préparateur Aurélien Boche qui est passé de l’association à la section professionnelle.

clic sur les photos pour agrandir

RECHERCHE ARTICLE OU PERSONNALITE

Stanislas Golinski
Stanislas Golinski
Stanilas Golinski quand il avait 80 ans, toujours fidèle à Nîmes
Stanilas Golinski quand il avait 80 ans, toujours fidèle à Nîmes