Au terme d’une rencontre décevante, les Crocodiles ont arraché un match nul inespéré 1-1. À une semaine du derby à Montpellier, les Nîmois ont limité la casse.

Au moment d’affronter le RC Lens, les Nîmois n’ont qu’une chose en tête, valider le bon point pris à Lyon lors de la journée précédente (1-1, le 18 septembre). Mais face au promu prometteur, les Crocodiles se doutent bien que la tâche n’est pas aisée. Le onze de départ du NO affiche trois changements par rapport au match contre l’OL. Miguel, Sarr et Duljevic retournent sur le banc, au profit de Meling, Roux et Benrahou.

L’adversaire du jour arrive dans le Gard avec de sérieuses références : trois victoires consécutives, dont une contre le Paris SG (1-0, le 10 septembre). De son côté Nîmes aborde cette rencontre avec une seule victoire à son actif, c’était pour l’ouverture du championnat contre Brest (4-0, le 23 août). Avant le coup d’envoi, une minute d’applaudissements est respectée en la mémoire de Daniel Charles-Alfred, l’ancien crocodile décédé récemment.

Puis le match débute, il n’y a pas de round d’observation. Sur le premier centre venant de la droite, Benrahou remet pour Ferhat qui, un peu surpris, rate les cages (1e). C’est un bon début, mais Lens a du répondant. Sur un coup franc, Kakuta propulse le ballon sur la transversale nîmoise (7e). Quelques secondes plus tard, une frappe lourde de Clauss est détournée par Reynet (8e). Dans ce premier quart d’heure, l’équipe de Franck Haise, bien organisée, est la plus dangereuse.

Cela donne une rencontre intéressante mais qui entre dans une grande léthargie de la 15e (frappe de Meling captée par Leca) à la 30e. C’est le moment que choisit Ganago pour remiser de la poitrine pour Sotoca dont la frappe passe au-dessus des cages nîmoises. Une nouvelle fois se sont les Lensois qui créent le danger. C’est alors en toute logique qu’à la suite d’un centre parfait de Kakuta, Ganago ouvre le score après avoir échappé à la défense centrale de Nîmes (0-1, 35e).

Les Crocodiles pataugent dans cette première période. Ils sont souvent privés de ballon et ils manquent de solutions lors de leurs rares incursions en terre adverse. C’est sous une mini bronca que les nîmois regagnent les vestiaires. Après la pause, le NO se retrouve dans l’incapacité d’inquiéter les Sang et Or. Le public des Costières, déçu, n’hésite pas à manifester son mécontentement. Denkey, Burner et Majouga remplacent Benrahou, Roux et Paquiez, mais cela ne transforme pas une équipe nîmoise en grande difficulté et au bord de la rupture.

Il y a bien une tentative de Ripart sans danger pour Leca (68e), mais on est plus proche du 0-2 que du 1-1. Si Nîmes est encore dans le coup, c’est grâce à Banza. L’attaquant lensois ratent deux balles de KO en deux minutes (74e et 75e).

Tant mieux pour Nîmes ! Ripart en profite pour déborder coté gauche et centrer en retrait. Le ballon se retrouve alors dans les pieds de Ferhat qui remet, du gauche, les deux équipes à égalité (1-1, 87e). Le match se termine par un résultat nul qui est bien payé pour les Rouges. Ne faisons pas la fine bouche mais il faudra montrer un autre visage dans une semaine pour le derby à Montpellier.

 

Norman Jardin

Jérôme Arpinon : « Chaque équipe a eu sa mi-temps. Notre première période a été la moins aboutie de la saison. On a été dans le dur, mais on a retrouvé nos valeurs et des solutions après la pause. On s'est mieux organisé. On n'a rien lâché. Je retiens notre réaction. On a gagné plus de duels. On a gêné Lens dans sa relance. Notre égalisation n'est pas un miracle. »

 

Franck Haise (entraîneur de Lens) : « Il y a de la frustration et de la déception. On était assez proche de remporter ce match. On a eu la maîtrise avant la pause quand on a bien défendu en avançant. On a davantage souffert collectivement quand Nîmes a poussé en seconde mi-temps. Au final, on perd deux points, mais il y avait aussi un adversaire. Avec davantage d'efficacité, on aurait pu inscrire un autre but, aggraver le score parce que l'on a eu les occasions avant l'égalisation nîmoise et même en toute fin de match, mais on a commis des petites erreurs de lecture ou de concentration qui seront à gommer. Après, on prend dix points sur nos quatre derniers matches et c'est un très bon premier point de passage après cinq matches de Ligue 1. »

 

Jean-Louis Leca (gardien de Lens) : « Prendre ce but à la fin du match est frustrant. La physionomie du match nous déçoit un peu, mais après la pause, on a commencé à perdre des duels. On a manqué de maîtrise au milieu de terrain. Cela dit, on s'est dépouillé collectivement pour ramener quelque chose à Lens. Prendre un point à Nîmes, c'est positif. »

clic sur les photos pour agrandir

RECHERCHE ARTICLE OU PERSONNALITE

Stanislas Golinski
Stanislas Golinski
Stanilas Golinski quand il avait 80 ans, toujours fidèle à Nîmes
Stanilas Golinski quand il avait 80 ans, toujours fidèle à Nîmes