Ils n'étaient pas dans un grand jour. Les Nîmois se sont logiquement inclinés 0-2 au stade des Costières face à l'AS Saint-Étienne. Les Crocodiles ne profitent pas de la défaite de Nantes et restent barragistes à sept journées de la fin du championnat.

Pascal Plancques et les Nîmois avaient certainement un œil sur les matches qui débutaient à 15h, car cela concernait leurs rivaux pour le maintien. Si la victoire de Lorient 1-0 face à Brest ne fait pas les affaires gardoises, la défaite de Nantes à domicile contre Nice 1-2 assure aux Crocodiles d’être au pire barragistes à l’issue de cette 31e journée. C’est un soulagement mais aussi une belle opportunité, en cas de victoire, de repousser les Canaris à quatre points et de revenir à une longueur de l’ASSE.

Le coach nîmois a fait le choix de ne faire qu’un changement dans le onze de départ par rapport à l’équipe qui a créé l’exploit de s’imposer à Lille 2-1, lors de la précédente journée. Lamine Fomba, suspendu et remplacé par Lucas Deux qui n’avait plus été titulaire depuis le 14 février et la victoire à Dijon 2-0. Du côté stéphanois, Claude Puel décide de faire débuter un gardien de but de 20 ans, Étienne Green au nom prédestiné.

Mais en ce début de rencontre, le duel entre ces deux mal classés est réellement ennuyeux. Entre l’arrêt de jeu dû à une blessure de Bouanga, sur un tacle de Deaux (1e) et celui successif à la blessure de Reynet sur une sortie hors de sa surface (5e), le match a bien des difficultés à trouver du rythme. C’est d’abord Saint-Étienne qui propose du jeu avec une première tentative d’Aouchiche sans puissance ni danger pour Reynet (10e). Dans la foulée, ce même Aouchiche tire un coup-franc qui, dans une forêt de joueurs, est repris mais là-encore Reynet n’est pas vraiment inquiété (12e).

Pas dans son assiette, le NO n’a pas grand-chose à proposer et les Verts finissent par en profiter. Sur une offensive stéphanoise, Aouchiche donne dans l’axe à Khazri qui d’une superbe frappe trouve la lucarne droite de Reynet (0-1, 23e). Une ouverture du score qui donne lieu à des contestations des Nîmois estimant que le buteur était en position de hors-jeu au début de l’action et qu’il avait gêné la défense du NO. Ce n’est pas l’avis de monsieur Léonard qui accorde le but.

Méconnaissable par rapport à la victoire à Lille, Nîmes ne joue pas encore libéré. La fin de la première période sonne, enfin, le réveil nîmois. Sur un bon ballon de Ueda pour Ferhat, l’Algérien dos au but résiste au défenseur stéphanois et sa frappe croisée est repoussée par le poteau gauche de Green. Koné qui avait bien suivi pousse le ballon au fond des filets ligériens, mais il est signalé en position de hors-jeu (38e). La révolte gardoise est proche d’être étouffée dans l’œuf (de Pâques) quand les Verts partent dans une contre-attaque à quatre contre deux. Les joueurs de Claude Puel gâchent cette formidable opportunité (41e), avortée il est vrai par une belle parade de Reynet.

La mi-temps n’apporte pas de solution aux Crocodiles qui reviennent encore plus en difficulté qu’en première période. Le deuxième but stéphanois n'est pas très loin, quand sur un corner, Moukoudi place une tête au-dessus de la transversale de Reynet (55e). Nîmes Olympique est bien trop spectateur dans ce match et ce qui devait arriver arriva par l'intermédiaire de Bouanga qui d'une frappe tendue de 25 mètres double l'écart (0-2, 65e). Nîmes KO, ne s'en remettra pas et quelques instants plus tard c'est Hamouma qui trompe Reynet (69e). Cette fois, les Nîmois sont sauvés par la VAR qui signale une position de hors-jeu.

L'entraîneur nîmois fait successivement entrer Benrahou et Duljevic pour dynamiser son secteur offensif dans le dernier quart d'heure. Cela n'a pas l'effet espéré et c'est même Hamouma qui est très près de marquer un nouveau but (82e). Mais le match n'est pas totalement terminé car sur un service de Ferhat, Aribi s'écroule dans la surface de réparation adverse (83e). À la surprise générale, l'arbitre accorde un pénalty aux Nîmois. Tout peut être relancé mais Green détourne le penalty de Ripart (84e). La chance est passée pour le NO qui s'incline à domicile face à un adversaire direct pour le maintien. Dommage car il y avait une belle opération à faire au classement. Les Nîmois sont ce soir barragistes de la Ligue 1 et pour sauver sa tête en Ligue 1, il faudra montrer autre chose à commencer par Brest la semaine prochaine. Comble du malheur, Anthony Briançon, rentré à la 73e minute s'écroulait au coup de sifflet final. Le défenseur nîmois s'est blessé une nouvelle fois et est sorti en boitillant. Une après-midi à oublier.

Norman Jardin

31e journée de Ligue 1. NÎMES OLYMPIQUE – ASSOCIATION SPORTIVE DE SAINT-ETIENNE 0-2

Stade des Costières. Mi-temps : 0-1. Arbitre : M. Léonard. Rencontre disputée à huis-clos. Buts : Khazri (24e) et Bouanga (65e). Avertissements à Nîmes : Alakouch (11e), Ripart (37e), Cubas (43e), Duljevic (89e) et Briançon (89e). Avertissements à Saint-Etienne : Khazri (45e) et Bouanga (76e).

Nîmes : Reynet – Alakouch (Burner, 59e), Guessoum (Briançon, 73e), Ueda, Meling – Cubas – Eliasson (Benrahou, 59e), Deaux (Duljevic, 73e), Ripart (cap), Ferhat – Koné (Aribi, 83e). Remplaçants non utilisés : Dias, Landre, Paquiez et Miguel. Entraîneur : Pascal Plancque.

ASSE : Green – Debuchy (cap), Moukoudi, Cissé, Trauco – Bouanga (Monnet-Paquet, 83e), Camara, Neyou (Moueffek, 63e), Aouchiche – Khazri (Hamouma, 59e), Abi (Youssouf, 59e). Remplaçants non utilisés : Ouennas, Sow, Silva,, , Nordin et Modeste. Entraîneur : Claude Puel.

Pascal Plancque : « On n'a pas fait le match qu'il fallait. On est passés à côté, on l'a raté. L'alchimie n'a pas pris du tout. Sur le contenu, je suis forcément déçu. Je n'ai pas senti que l'on était une équipe qui luttait pour le maintien. Je n'ai pas reconnu mes joueurs. Il va falloir tirer des leçons de cette contre-performance. On espérait un autre résultat aujourd'hui. Après les louanges de ces derniers jours, c'est un retour sur terre, un rappel à l'ordre. Nîmes n'a pas mis les ingrédients de solidarité, d'enthousiasme, d'énergie. Rien ne nous a réussis. Tout en étant mauvais, on aurait quand même pu égaliser. On trouve un montant. On manque un penalty. Il faut savoir encaisser cette défaite et repartir au combat. Il reste sept matches et je sais que l'on est capable de faire de très belles choses ».

 

Claude Puel (entraîneur de Saint-Etienne) : « On a connu des matches de meilleure facture mais sans pouvoir concrétiser. Là, il y a deux buts. Il y a eu de la créativité et de l'efficacité et cela soulage. Jouer Nîmes était une opportunité de conserver un concurrent direct derrière nous et on a su la saisir. On a essayé de poser notre jeu, d'être bien en bloc. On a concédé peu d'occasions. »

« Je ne comprends d'ailleurs pas comment on peut siffler un penalty comme celui-là. Heureusement, avec Étienne (Green) qui le détourne, il y a eu une justice. On a montré beaucoup de solidarité, maintenant il faut enchaîner avec le même état d'esprit. Le maintien ? On est à 36 points. Il en manque encore cinq ou six. Il faudra être capable d'enchaîner et de montrer plus de régularité. La performance d'Étienne Green ? Elle ne m'a pas surpris. Je le savais capable de faire un tel match. Il a été énorme aujourd'hui. Il est posé, intelligent. Il n'est plus introverti. Il est libéré, c'est bien. Qu'il savoure. »

clic pour agrandir

clic sur les photos pour agrandir

RECHERCHE ARTICLE OU PERSONNALITE

Stanislas Golinski
Stanislas Golinski
Stanilas Golinski quand il avait 80 ans, toujours fidèle à Nîmes
Stanilas Golinski quand il avait 80 ans, toujours fidèle à Nîmes