Au terme d'une rencontre quasiment parfaite, le Nîmes Olympique s'est imposé à Lille 2-1 grâce à des buts de Koné de Ripart. Ce résultat est tout simplement la sensation de la 30e journée. Avec cette victoire les Nîmois ne sont plus relégables, mais barragistes.

Au moment d’attaquer cette 30e journée, Pascal Plancque devait se poser beaucoup de questions, et en premier lieu, comment ramener un résultat positif du stade Pierre-Mauroy ? Car le LOSC n’est ni plus ni moins que la meilleure équipe française de cette saison, et une candidate plus que crédible pour le titre de champion de France. Face aux Nordistes, les Crocodiles font grise mine avec leur avant-dernière place de L1. D’autant que les Gardois n’arrivent pas au bon moment. Lille sait qu’en cas de victoire, il tirera bénéfice du duel entre Lyon et le PSG qui se joue dans la soirée.

Ce rendez-vous a tout d’un calvaire, mais il faut bien y passer. Pour attaquer ce très gros morceau, qui n’a été battu que deux fois à domicile cette saison (Angers en L1 et Ajax Amsterdam en Europa League), l’entraîneur nîmois décide de faire deux changements dans son onze de départ par rapport au match nul avec Montpellier (1-1, 14 mars). Miguel (blessé), Landre et Benrahou sortent au profit de Guessoum, Meling (retour de suspension) et Eliasson.

Dans ce contexte, la partie débute par une surprise, celle de voir les Crocodiles jouer crânement leur chance, sans complexe. Le match nul entre Nantes et Lorient 1-1, et qui ne permet à aucun de ces deux concurrents pour le maintien de s’imposer, a peut-être libéré les Nîmois. En tous cas le NO fait plaisir à voir dans cette entame. Sur un bon travail préparatoire d’Eliasson, Koné tente une première fois sa chance, mais sans succès (3e).

Dans la foulée, c’est au tour de Ripart d’ajuster un tir qui part directement dans les bras de Maignan (5e). Bien en place et soignant ses relances, Nîmes insiste avec une belle ouverture de Ferhat pour Eliasson. Le Suédois glisse mais il prolonge le ballon pour Koné, qui d’une superbe frappe enroulée trouve la lucarne droite de Maignan (0-1, 12e). Énorme coup de tonnerre dans le ciel nordiste avec le 19e qui mène chez le leader. C’est la juste récompense du bon départ du NO. Quant à Koné, il marque son cinquième but de la saison, son troisième lors des quatre derniers matches.

Mais la joie nîmoise est de courte durée. Sur un corner tiré par Bamba, c’est Xeka qui place une tête dont la trajectoire, peut-être déviée par Koné, trompe Reynet (1-1, 20e). Dommage car Lille ne s’est encore pas procuré la moindre occasion. Dommage aussi qu’aucun Crocodile n'est protégé le second poteau. À partir de ce moment, les offensives gardoises dans la moitié de terrain locale se font plus rares, comme les moments d’inquiétude pour la défense nîmoise.

Ce faux rythme imposé par des Lillois pas dans leur assiette, fait l’affaire du NO qui se dirige doucement à la pause vers un score de parité déjà intéressant. Mais dans cette première période, il reste quelques secondes à jouer quand Meling s’arrache pour donner le ballon à Ferhat, ce dernier progresse et il adresse une passe au millimètre pour Ripart qui devance la sortie de Maignan et d’une pichenette marque le second but gardois (1-2, 45e). La France de football, qui suis ce match, n’en croit pas ses yeux et ses oreilles. À 17h50, c’est la mi-temps et Nîmes n’est plus relégable, mais barragiste. Tout cela est bien beau mais il faut maintenant tenir.

La seconde période débute sans que l’on constate une quelconque révolte du LOSC. Tant mieux pour Nîmes, mais méfiance tout de même car Yilmaz part au but et pense égaliser. Heureusement l’arbitre assistant a levé son drapeau pour signaler une position de hors-jeu du Lillois (56e). L’avertissement est pour l’instant sans frais, mais il ne faut toutefois pas le négliger. Étonnants ces Nîmois qui ne se contentent pas de défendre et sur une contre-attaque, une frappe croisée de Ripart passe de peu à côté (65e).

Soumaré et Djalo. En réponse Pascal Plancque sort Koné et fait entrer Deaux, Ripart passant à la pointe de l’attaque nîmoise. Les Nîmois sont exténués mais toujours devant. Lille pousse maladroitement mais cela n’empêche pas quelques frayeurs pour les Crocodiles qui résistent jusqu’au bout et réalisent un énorme exploit en s’imposant à Lille. Nîmes n’est plus relégable et c’est bien mérité.

De Lille, Norman Jardin.

30e journée de Ligue 1. LILLE OLYMPIQUE SPORTING CLUB – NÎMES OLYMPIQUE 1-2 (mi-temps 1-2). Rencontre jouée à huis-clos. Arbitre : M. Schneider. But pour Lille : Xeka (20e). Buts pour Nîmes : Koné (12e) et Ripart (45e). Avertissements à Lille : Bamba (53e) et Soumaré (81e)

Lille : Maignan – Çelik (Soumaré, 75e), Fonte, Botman (Djalo, 75e), Mandava – Bamba (Yazici, 64e), Xeka, André (Luz Sanches, 64e), Weah (Araujo, 46e) – Yilmaz, David. Remplaçants non utilisés : Karnezis, Embalo, Bradaric et Lihadji. Entraîneur : Christophe Galtier.

Nîmes : Reynet – Alakouch, Guessoum, Ueda, Meling – Cubas – Ferhat, Fomba, Ripart, Eliasson (Eliasson, 90e) – Koné (Deaux, 77e). Remplaçants non utilisés : Dias, Landre, Paquiez, Ahlinvi, Benrahou, Duljevic et Roux. Entraîneur : Pascal Plancque.

Pascal Plancque  : « C'est un exploit XXL, une superbe performance collective dans un match où on a montré beaucoup de solidarité et d'abnégation, mais pas que. On a marqué de jolis buts et concédé peu d'occasions, même si on a subi comme on s'y attendait, et ce n'est pas un hold-up.

C'est une victoire inespérée mais quelque part attendue parce qu'on a bien préparé le match avec le staff et que les joueurs ont fait une très bonne semaine de travail. On est récompensés par ces trois points, qui ont la même valeur que ceux que Nantes a pris à Paris.

On est programmés pour lutter pour le maintien depuis de très longues semaines, on sait que ce sera le cas jusqu'à la fin, et ce résultat fait du bien sur le plan mental comme comptable. Il faut qu'on soit capables de rééditer ce genre de performances et on va garder les pieds sur terre, en sachant qu'il ne faudra compter que sur nous.

Je reste supporter du LOSC, un club pour lequel j'ai un profond respect, et c'est pour ça que je ne tombe pas dans l'excès de trop manifester mon contentement. J'espère que Lille sera champion, ils ont toutes les qualités pour l'être. »

 

Christophe Galtier (entraîneur de Lille) : « Nîmes n'a pas volé sa victoire. On a fait une entame très moyenne, en étant absents dès le départ et en étant contrés, ce qui n'est pas habituel chez nous. On a sûrement oublié certains fondamentaux, des principes de jeu, et concédé deux buts. On n'a pas eu beaucoup de réussite dans le jeu. Même si on a essayé d'entreprendre, on l'a fait de façon très désorganisée, avec beaucoup d'approximations, ce qui a donné un match pauvre de notre part. Avec l'enchaînement des matches, notre qualité de jeu s'est affaiblie, on a moins de précision dans les transmissions, moins de justesse technique et de qualité dans la finition sur le plan offensif.

Il y a peut-être une réflexion à mener sur les rotations, cela peut aussi être lié à la fatigue ou à un manque d'expérience et de maîtrise dans cette situation où l'on est très exposé. Est-on capable de supporter cette pression ? Face aux blocs bas, il faut amener plus de largeur et de présence dans la surface, on a certains atouts mais peut-être pas tous pour battre différents profils d'équipe. Dans les quatre premiers, on est peut-être l'équipe avec le moins d'expérience ou de maîtrise. »

clic sur les photos pour agrandir

RECHERCHE ARTICLE OU PERSONNALITE

Stanislas Golinski
Stanislas Golinski
Stanilas Golinski quand il avait 80 ans, toujours fidèle à Nîmes
Stanilas Golinski quand il avait 80 ans, toujours fidèle à Nîmes