Accroché 1-1 par Amiens, Nîmes s'est fait rejoindre dans les derniers instants du match. Les Crocos qui ne méritaient pas mieux, enchaînent un quatrième match sans succès. 

Peu importe le jeu produit, ce match contre Amiens devait ramener trois points et permettre aux Crocos de renouer avec la victoire qui les fuyaient depuis trois rencontres. Mais ce ne fut pas le cas. Pourtant disposé en 4-4-2, avec Ripart milieu droit, Nîmes est tombé sur une équipe d'Amiens offensive. Un pressing haut qui a gêné les hommes de Bernard Blaquart dans l'entame de match. Les locaux se procuraient les premières occasions, via Duljevic qui écrasait son tir du gauche (2e) et Fomba qui ne cadrait pas (12e), mais sans grande conviction.

Emmenés par leur solide attaquant Guirassy, les Picards étaient les plus dangereux. Le Franco-Guinéen se présentait par deux fois en duel devant Dias, vainqueur à chaque fois. D'abord après une déviation de Kakuta qui prenait à revers la défense nîmoise, le remplaçant de Bernardoni s'interposait du pied sur la tentative de dribble du buteur amiénois (7e). Sur le deuxième coup, c'est Martinez qui se trouait complètement après un long dégagement de Gurtner, Guirassy frappait fort mais le portier formé au club se déployait (24e).

Pour sa première titularisation en Ligue 1, Dias a réalisé une solide performance avec beaucoup de présence dans sa surface notamment sur les corners. Même s'il a encaissé un but en toute fin de rencontre. Défensivement, Nîmes s'accrochait et en attaque seule la frappe du gauche, au-dessus du but, de Duljevic faisait paniquer la défense de l'ASC (20e). Le public sentait qu'il fallait crier davantage pour motiver ses joueurs. Techniquement, le contenu était peu rassurant, des deux côtés, avec une multitude de pertes de balle évitables et des contrôles manqués.

Mais au milieu du vent, qui soufflait fort aux Costières, une éclaircie apparaissait du pied droit de Martinez. Le défenseur recruté cet été inscrivait son premier but sous le maillot rouge en reprenant le ballon, près du point de penalty, à la suite d'un corner de Philippoteaux (1-0, 41e). Un but marqué légèrement contre le cours du jeu mais les Crocos ne s'en privaient pas et rentraient en tête à la pause. Non sans un nouvel arrêt de Dias qui se détendait devant une frappe lointaine de Kakuta (42e).

Enfin, les Nîmois avaient retrouvé du réalisme en marquant sur leur seule véritable occasion. Au retour des vestiaires, les Crocos subissaient un coup dur avec la sortie d'Alakouch, principalement touché à l'épaule, après une charge violente de Mendoza (46e). Sarr le remplaçait et Ripart, le couteau suisse nîmois, descendait au poste de latéral droit. Le Colombien aurait mérité de recevoir un deuxième carton jaune mais M. Stinat ne bronchait pas.

Ce deuxième acte était davantage équilibré mais le jeu proposé était assez pauvre. Personne ne parvenait à casser des lignes et à créer des brèches. La frappe de Valls du droit passait hors cadre (49e), celle de Sarr de près de 40 mètres était captée en deux temps par Gurtner (61e). La première frayeur était à mettre à l'actif de Mendoza. Après un centre côté droit de Blin, l'ailier surgissait au second poteau et expédiait le ballon sur le poteau de Dias (61e).

Sur l'action suivante, le gardien nîmois était bien présent pour détourner une nouvelle frappe lointaine de Kakuta (74e). Après Guirassy en première période, le poison picard se nommait désormais Mendoza. Après un tacle de Martinez, il s'écroulait dans la surface pour une faute qui semblait réelle (78e). Mais le VAR, pour une fois, était côté gardois et ne contestait pas la décision de l'arbitre central.

Ce dernier était également sûr de lui quand Buades tombait dans la surface après un crochet sur son vis à vis (80e). Cette fin de match était une succession de situations litigieuses. Après un centre de Diabaté, le ballon terminait sa course sur le coude de Briançon. Sans hésiter, M. Stinat désignait le petit point blanc. Averti par ses assistants vidéo, il visionnait les images au ralenti et décidait de changer sa décision.

 

On se disait alors qu'après cette ultime frayeur, la victoire tendait les bras aux Nîmois malgré une performance très mitigée. Et bien non ! Tout volait en éclat à la 90e+5 minutes quand Calabresi se jetait dans la surface pour reprendre le ballon à la suite d'un cafouillage (1-1). Un manque de concentration sur ce dernier corner que Nîmes paye cash en perdant deux points importants. Cela poursuit la série à quatre matches sans victoire et le NO descend à la 17e place. Une prestation à vite oublier ! Corentin Corger

10e journée de Ligue 1. NÎMES OLYMPIQUE – AMIENS SPORTING CLUB 1-1 . Stade des Costières. Mi-temps : 1-0. Spectateurs : 12 189. Arbitre : M. Stinat. But pour Nîmes : Martinez (41e). But pour Amiens : Calabresi (90e+5). Avertissement à Nîmes : Briançon (82e). Avertissements à Amiens : Mendoza (29e), Guirassy (31e), Aleesami (76e), Dibassy (90e+5).

Nîmes : Bernardoni – Alakouch (Sarr, 51e), Briançon (cap), Martinez, Paquiez - Ripart, Fomba, Valls (Valério, 90e+3), Philippoteaux - Duljevic (Buades, 65e), Denkey. Remplaçants non utilisés : Dias, Landre, Sainte-Luce, Ben Amar. Entraîneur : Bernard Blaquart.

 

Amiens : Gurtner (cap.) - Calabresi, Dibassy, Chedjou, Aleesami - Gnahoré, Blin (Bodmer, 84e) - Mendoza (Talal, 90e+7), Kakuta, Otero (Diabaté, 66e) - Guirassy. Remplaçants non utilisés : Dreyer, Lefort, Gendrey, Eneme Ella. Entraîneur : Luka Elsner. 

Luka Elsner (entraîneur d'Amiens) : « Je suis soulagé. J'ai adoré le match de mon équipe. On n'a pas eu l'efficacité offensive, cela n'a pas tourné en notre faveur, mais on a fait preuve de courage jusqu'au bout pour aller chercher cette égalisation. On n'a rien lâché. On aurait connu de la frustration si on n'avait pas ramené un point de Nîmes. Sur la globalité de ce match, on avait le potentiel de faire mieux et de le gagner, mais je n'ai pas envie de diminuer le résultat ramené de Nîmes. On est satisfait, même si, en première mi-temps, on aurait pu être plus tranchant. Il nous a alors juste manqué un peu plus d'efficacité sur les finitions. »

Bernard Blaquart (entraîneur de Nîmes) : « On ne méritait pas plus. Le match nul est largement mérité pour Amiens. Ce soir, on va s'en contenter, mais on ne pourra pas toujours s'en contenter si l'on veut se maintenir en Ligue 1. On ne fait pas une première mi-temps géniale, mais correcte avant de ne penser qu'à défendre après la pause. On a joué trop peu de coups à fond. Ce soir, Amiens nous était supérieur. Après, s'il n'y a pas penalty sur Lucas Buades, il n'y a jamais penalty. Il nous a manqué quelques minutes pour conserver un succès, mais cette égalisation était un scénario presque inévitable. On a fait ce que l'on a pu. On n'a pas un effectif pléthorique et puis Amiens est une très bonne équipe. »

 

Anthony Briançon (défenseur et capitaine de Nîmes) : « On retient la déception. C'est frustrant cette égalisation dans les arrêts de jeu... On a subi. On a reculé. On a été archi-dominé en seconde mi-temps. Je pense que de passer après la pause d'un système en 4-4-2 à un système en 4-3-3 nous a été préjudiciable. On a eu moins de solutions devant, on a moins amené de profondeur. L'égalisation nous pendait au nez. C'est une faute d'inattention. Il va falloir se battre, gratter des points à l'extérieur, mais il n'y a pas le feu. »

RECHERCHE ARTICLE OU PERSONNALITE

"S'il n'y avait que des équipes comme Nîmes Olympique en Ligue 1, on s'emmerderait moins"     (Pierre Ménès - Canal Plus)

clic sur les photos pour agrandir

Stanislas Golinski
Stanislas Golinski
Stanilas Golinski quand il avait 80 ans, toujours fidèle à Nîmes
Stanilas Golinski quand il avait 80 ans, toujours fidèle à Nîmes