25e journée : Nîmes Olympique – Tours FC du 10 février 2017
Déclaration d’après-match de M.Laurent Boissier, coordinateur sportif du Nîmes Olympique
La Commission inflige une suspension de deux mois de banc de touche, de vestiaires d’arbitres et de toutes fonctions officielles. La suspension prend effet le mardi 14 mars à 0h00.

 

Bernard Blaquart, ex-Tourangeau et coach d’une équipe nîmoise brillante, fait le point avant la réception du TFC. A son habitude, il prend de la hauteur.

Six matchs de rang sans défaite, une 6e place au classement à 3 points seulement du dauphin du 2e Troyes, l'attaque de Ligue 2 la plus productive, la 2e meilleure différence de buts de la division… Les voyants sont résolument au vert du côté du Gard, où les Crocodiles affichent fièrement le rouge sur leur maillot.

Bernard Blaquart en convient, la période est faste et la saison en bonne voie : « Tout se passe bien, en effet, nous sommes dans une bonne phase, une bonne période. Le début de saison avait été un peu difficile, pourtant. Mais depuis, ça va bien, on peut même se satisfaire d'avoir bien traversé la période de la Coupe d'Afrique. On a récupéré les joueurs qui y étaient, on développe un jeu intéressant et qui va vers l'avant. C'est plaisant, l'équipe fait des progrès. »

Sur le plan comptable, et alors que l'on traverse une période charnière en vue du sprint final, les Gardois font partie du peloton d'équipes qui peut prétendre à la montée. Le moment pour afficher cet objectif ambitieux ? « Vous savez, vous ne choisissez pas vraiment ces moments, tempère Blaquart. L'objectif prioritaire, ici à Nîmes, c'est la stabilité. Le club en a envie et besoin. Il n'y a pas si longtemps que cela, l'équipe était en difficulté, il ne faut pas l'oublier. Donc il faut surtout grandir, améliorer les structures, avec dans l'idée de redonner le lustre d'antan à ce club historique. Le centre de formation en passé en catégorie A, déjà, et c'est un vrai progrès. » 
On savait que le technicien, reconnu pour ses talents de formateur, viendrait sur ce terrain qu'il aime plus que tout autre. Fait plutôt rare dans le foot pro, Bernard Blaquart n'a jamais poussé pour entraîner une équipe première, préférant le travail au long terme effectué auprès des jeunes : « Effectivement, être coach de Ligue 2 ne faisait pas partie de mon projet de carrière, j'étais très bien à la formation. Je pense d'ailleurs toujours que c'est le domaine où je m'exprime le mieux. Ce n'était pas mon souhait d'entraîner, mais je suis en poste et ça ne se passe pas trop mal, donc on continue comme ça. Maintenant, mes jours sont comptés, je commence à être un peu âgé. Me remettre au service de la formation ne serait vraiment pas un problème, mais je ne sais pas si ce sera le cas. »

Forcément, on lui a demandé ce qu'il pensait du Tours FC et de sa situation au classement : « Ils ne sont pas loin au classement des équipes qui les précèdent, et comptent un match en retard. L'effectif me paraît bon, c'est un peu une surprise de les voir là mais il ne faut pas grand-chose pour que la machine reparte. Je suis bien placé pour savoir que tout est encore possible. Ils sont capables de bonnes prestations à l'extérieur, ce fut le cas à Reims par exemple. Là, ce sera à nous de faire le jeu et de ne pas se faire prendre en contre, ce qu'ils peuvent bien faire avec un milieu de terrain de qualité et un secteur offensif bien garni. C'est une équipe que je respecte, et dont je me méfie. » 
Match à part que la réception de son ancien club ? Pas véritablement : « Je n'ai pas coché cette date-là en particulier sur le calendrier, mais je suis content de revoir des jeunes que j'ai vu grandir à Tours. » Et eux aussi seront ravis, on n'en doute pas, d'échanger avec l'homme, le coach et le formateur.

Stanislas Golinski
Stanislas Golinski
Stanilas Golinski quand il avait 80 ans, toujours fidèle à Nîmes
Stanilas Golinski quand il avait 80 ans, toujours fidèle à Nîmes