Pascal Planque : « Certains ont marqué des points mais d’autres non »

Un p'tit tour et puis s'en vont... Entièrement remaniée, l’équipe nîmoise n’a pas tenu le choc face à l’OGC Nice. En s’inclinant 3-1 au stade des Costières, les joueurs de l'entraîneur Pascal Plancque quittent la compétion dès leur entrée en lice. À oublier.

C’est un euphémisme de dire que les Niçois ont dominé la première période. En fait, ils ont imposé une domination sans partage pendant une grosse demi-heure face à une équipe nîmoise complétement chamboulée par rapport au match face à Monaco dimanche (défaite 3-4). Cette rencontre était l’occasion pour les titulaires du jour de se faire remarquer du nouveau coach des Crocodiles, mais se sont surtouts les Azuréens que l’on a vu à l’œuvre.

Les visiteurs ont confisqué le ballon une grande partie du premier acte. Gouiri entrait dans la surface de réparation nîmoise et son centre en retrait était repris par Ndoye qui obligeait Nazih à s’interposer (9e). Le siège du camp nîmois débutait et d’une superbe frappe, le Portugais Lopes trouvait la lucarne de Nazih (0-1, 13e). Les Nîmois subissaient les assauts et sur un corner de Schneiderlin, la reprise de Lopes était sauvée sur la ligne par Guessoum (15e). Le gardien de but nîmois, qui fêtait sa première apparition avec le NO, sortait deux fois dans les pieds de Ndoye (16e et 26e).

Et Nîmes dans tout ça ? Pour les voir en action il fallait attendre que Duljevic gratte un ballon en bord de touche avant de donner à Buades dont le tir était contré (25e). Un début de révolte vite éteint quand après une bonne préparation de Gouiri, Lopes devançait Paquiez et Nazih pour doubler l’écart (0-2, 28e). Sans être diaboliques, les Niçois se baladaient aux Costières. L’adition menaçait de s’alourdir sur un coup-franc de Gouiri, mais Nazih faisait le boulot (30e).

Pour pallier l’incapacité nîmoise à se créer une occasion, Pascal Plancque changeait son 4-1-4-1 pour un classique 4-4-2. Il faisait sortir un milieu (Buades) pour faire entrer un attaquant (Aribi). Hasard ou réelle conséquence, les Crocodiles faisaient immédiatement preuve de froid réalisme. Sur le côté droit, Burner s’appuyait sur Eliasson avant de déborder et centrer pour le second poteau où Duljevic contrôlait et ajustait Benitez pour la réduction de l’écart (1-2, 36e). C’était bien payé pour Nîmes qui se procurait une seconde opportunité avec un centre d’Elaisson repris de la tête par Aribi, mais sans danger pour Benitez.

 Si la première période n’avait pas été emballante, la seconde ne suscitait pas un enthousiasme débordant. Cela n’empêchait pas l’OGC Nice d’être dangereux sur un centre de Gouiri (très bon au demeurant), Ndoye, seul aux six mètres, ratait inexplicablement le KO (53e). Bien que bousculé, le NO gagnait en assurance. Aribi, dos au but, se retournait mais son tir était capté par Benitez (67e). Quelques secondes plus tard, c’est Eliasson qui tentait sa chance, mais cette fois c’est l’arête de la transversale qui repoussait la ballon (68e).

Pour les Crocos la rencontre avait encore un l’intérêt que Nice était à deux doigts d’effacer quand Maolida se jetait pour pousser le cuir hors de portée de Nazih, mais le ballon ratait le cadre pour quelques centimètres (75e). Une occasion en or que ne ratait pas Lees-Melou sur un bon service de Kamara (1-3, 82e). Il n’y aura pas de parenthèse enchantée en Coupe de France pour les Nîmois qui vont maintenant entièrement se consacrer au maintien en Ligue 1.

Norman Jardin

32e de finale de la coupe de France. Stade des Costières. NÎMES OLYMPIQUE (L1) – OGC NICE (L1) 1-3 (mi-temps : 1-2). Rencontre jouée à huis-clos. Arbitre : M.  Delerue. But pour Nîmes : Duljevic (36e). Buts pour Nice : Lopes (13e et 28e) et Lees-Melou (82e)

Nîmes : Nazih – Burner, Ueda, Guessoum, Paquiez (cap) – Fomba, - Duljevic, Ahlinvi (Chadli, 85e), Buades (Aribi, 35e) Eliasson (Majouga, 85e) – Roux (Doucouré, 68e). Remplaçants non utilisés : Miguel, Benrahou et Reynet. Entraîneur : Pascal Plancque. 

 Nice : Benitez – Nsoki, Pelmard, Saliba (Todibo, 62e), Alves – Schneiderlin, Lopes (Thuram, 85e), Lees-Melou (cap) – Ndoye, Trouillet (Kamara, 72e) Gouiri (Maolida, 62e). Remplaçants non utilisés : Sellouki, Daniliuc et Cardinale. Entraîneur : Adrian Ursea.

clic sur les photos pour agrandir

RECHERCHE ARTICLE OU PERSONNALITE

Stanislas Golinski
Stanislas Golinski
Stanilas Golinski quand il avait 80 ans, toujours fidèle à Nîmes
Stanilas Golinski quand il avait 80 ans, toujours fidèle à Nîmes