Le consultant sportif le plus connu de France, Pierre Ménès, s'exprime 48h avant la rencontre entre Nîmes Olympique et le GFC Ajaccio que toute la ville espère historique. Il est l'invité exceptionnel du 7h50.

Objectif Gard : Nîmes Olympique c'est quel souvenir pour Pierre Ménès ?

Pierre Ménès : Le stade des Costières reste un souvenir inoubliable. Savez-vous que j’y ai marqué mon plus beau but devant 15 000 personnes ? C'est une anecdote que peu de monde connait. Il y a quelques années, à la demande de Michel Mézy, alors entraîneur et président du club, en lever de rideau les anciens de Nîmes Olympique affrontaient les Polymusclés. J’ai joué avec les anciens Crocos. Quelques jours auparavant, je m'étais claqué le mollet. Mais à la demande insistante de l'équipe, j'ai accepté de faire mon entrée pour les dernières minutes du match. Sans échauffement, absolument ridicule dans mon maillot bien trop petit pour moi, je me retrouve à reprendre de volée le ballon servi sur un corner. Vous me croyez ou pas, mais j'ai vu le défenseur trop court sur le premier poteau, j'en ai profité pour tirer en plein dans la lucarne. Bon, sur le coup, mon mollet a explosé et je suis sorti sur la civière... Les gens ont certainement pensé que je faisais ma star. Pas du tout, je souffrais le martyr. Tout cela date mais quel souvenir !

Reims et Nîmes Olympique en ligue 1 la saison prochaine : c'est le retour des clubs historiques, non ?

Il n'y a pas 50 clubs comme Nîmes ou Lens. Ces clubs doivent être dans l'élite, la Ligue 1 en a besoin. Regardez Strasbourg, dont je suis proche, ils ont fait le job. L'équipe n'est pas meilleure que les autres, mais l'attaque est bonne. Le spectacle est au rendez-vous et le stade de la Meinau est plein à chaque match. Nîmes Olympique, cette saison, c'est pareil. Sans Bozok et Allioui en attaque tu ne fais pas la même saison. Et le petit Valette aussi qui fait du bon boulot dans les buts. Si vous avez un bon gardien et de très bons attaquants, 50% de votre saison est remplie. J'ai eu l'occasion de voir quelques matches des Nîmois et j'ai été frappé par le jeu agréable et chatoyant. C’était très agréable de les voir jouer.

Un conseil pour perdurer en Ligue 1, si Nîmes Olympique retrouve l'élite en fin de saison ?

Garder leur attaque et faire un recrutement intelligent. J'ai même envie de dire recruter français. Que l'on commence pas à aller chercher un Uruguayen qui a joué en Chine. Il est certain que pour les clubs français et en particulier les nouveaux qui accèdent à la Ligue 1, c'est compliqué de s'aligner sur les prix mais faut être efficace, recruter des mecs qui ont de la bouteille et une bonne mentalité. Après, le plus important, c'est de conserver ce qui a fait la force de l'équipe. Son entraîneur déjà ! Blaquart, c'est une pépite. Et un gars comme Bozok, il faut pas le lâcher comme cela. C'est vrai que si Nîmes récupère un bon chèque, ils ne vont pas cracher dessus. Mais derrière, faut le dépenser intelligemment.

Un dernier mot avant vendredi ?

Je souhaite bon courage à l'équipe. Ils ont de bonnes fondations au niveau sportif. J'ai bon espoir de les voir atteindre leur objectif de montée. D'autant que s'annonce, si tout va bien, un bon derby face à Montpellier la saison prochaine. J'aurais donc le plaisir de revenir à Nîmes, une si jolie ville.

Propos recueillis par Abdel SAMARI

Stanislas Golinski
Stanislas Golinski
Stanilas Golinski quand il avait 80 ans, toujours fidèle à Nîmes
Stanilas Golinski quand il avait 80 ans, toujours fidèle à Nîmes