Bonjour,

Comme promis hier, voici une explication détaillée de ce qui se passe et ce qui est en jeu pour que tout le monde soit au courant. Désolé d'avance pour les fautes d'ortho, je n'ai pas le temps de me relire.

Petit rappel pour ce qui ne le savent pas: L'organisation archaïque du sport en France fait que seules les associations sportives peuvent être affiliées à la FFF pour participer aux compétitions. C'était logique et louable... mais au siècle dernier. Dans un monde ou le sport est devenu business avec une exploitation commerciale de la chose, on s'est vite rendu compte que la structure juridique d'une association
ne permettait pas de tels développements.
Notre Législateur, dans sa grande sagesse, a bricolé la loi pour permettre aux associations de déléguer à des sociétés anonymes (les fameuses SASP) la gestion et l'exploitation de ce qu'on appelle en gros "le secteur PRO".
A Nîmes, comme ailleurs, il existe donc une association NO (c'est elle qui a 80 ans) et une SASP (créée en 1984) et une convention régit les relations entre les entités. Historiquement, cette convention avait une durée pouvant aller jusqu'à 5 ans. Une modification de la loi en 2016 fait que la convention a maintenant une durée entre 10 et 15 ans.
La convention entre la SASP et l'Asso expire au 30 juin 2017. En l'absence de convention, le club perd sont statut PRO et ne peut participer aux championnats
organisés par la LFP.

Je ne vais pas revenir en détail sur l'histoire des relations entre la SASP et l'Asso. Bcp de gens ici la connaisse déjà, probablement mieux que moi. Mais ce qui est
certain, c'est que le mode de fonctionnement que j'ai trouvé à mon arrivée avec un mic-mac sans nom entre les deux, des arrangements à la limite de la légalité, des pratiques d'un autre âge ce n'est pas quelque chose que je peux tolérer et donc j'ai voulu y mettre de l'ordre (Perdrier a commencé à le faire dès 2015).

Il faut savoir avant tout que le Centre de la Bastide est propriété de la SASP. L'entretien de ce Centre (pelouses, gardiennage, électricité, sécurité incendie, chauffage, eau...) coûte environ 500k € par an. Et je ne parle pas des frais de personnels (responsable du centre, femmes de ménage, intendant, etc.). L'association se comportait jusqu'à présent à la Bastide comme si elle était chez elle. Un des objectif de la nouvelle convention est de définir précisément les installations et les horaires de mise à disposition des installations aux profits
de l'Asso et dans quelles conditions.

Ensuite, à la demande du Staff Technique et non pas suite à un caprice personnel, il a été décidé que l'ensemble de la formation devait être professionnalisé. C'est déjà à 80% le cas dans les faits puisque: le directeur du Centre de Formation (CdF), l’entraîneur de la CFA2, l’entraîneur des U16/17, le kiné, le médecin et j'en passe étaient déjà salariés de la SASP depuis bientôt 2 ans puisque l'Asso n'avait de toute façon pas les moyens financiers de les payer. L’entraîneur des U19 sera salarié de la SASP à partir de cette saison.
Donc, en clair des U16 jusqu'à la CFA2 c'est de facto la SASP qui paie (mais pas forcément qui gère). Sauf que le Staff a voulu aussi récupérer la main sur les U14/U15. Pourquoi?

Parce que c'est à partir de cet âge là que se fait la sélection et donc les éléments retenus pour jouer dans cette catégorie sans déjà dans un parcours élite.
Dans l'organisation actuelle la SASP payait mais l'Asso gardait la main sur l'organisation des matches et des déplacements. Pourquoi?? Parce que la gestion des déplacements par l'asso m'interpelle. C'est fait avec des bénévoles qui transportent des gamins dans leurs voitures sans qu'on sache dans quel cadre juridique et par quelle assurance ils sont couverts. Aussi parce que le budget déplacement de l'Asso est plus important que celui de la SASP et en grande majorité dépensé sous forme de notes de frais...

C'était d'ailleurs assez consternant de voir que la dernière réunion qu'il y a eu avec le comité de gestion de l'Asso a duré presque 2h et de voir que la seule obsession des présents était de savoir par quels moyens, si on "enlevait" à l'Asso les U14/U15 ils allaient continuer à justifier la subventions mirobolante de la mairie 350k€/an)!! 

D'ailleurs, je tiens à remercier ici l'Association pour sa participation aux festivités pour fêter LEUR 80 ans! Les animations et les événements qu'ils ont organisés, c'était... Ah zut non, ils n'ont rien fait!

Ensuite, il y a le sujet de la marque Nîmes Olympique et tout ce qui va avec. Il faut savoir qu'historiquement l'INPI a refusé systématiquement d'enregistrer tout ce qui contenait le terme 'Olympique'. C'est uniquement en 2016 que sa position a été assouplie et l'Asso s'est empressée d'enregistrer la marque en décembre dernier.
Je suis désolé mais moi je n'investis pas des millions et bcp d’énergie à développer une marque en co-gestion. Une marque, c’est abstrait, c'est une image qu'on projette. Une bonne marque, ça prend des années et bcp de travail à construire, à rendre sympathique auprès du public visé. Et c'est très facile à détruire (y a qu'à voir l'exemple de SFR marque vieille de plus de 30 ans et qui a été massacrée en 3 ans par les nouveaux actionnaires et qui va être remplacée par Altice pour faire peau neuve).
Donc, dans la convention, je demande la cession de la marque (non, c'est pas fait gratuitement) à la SASP qui est à même de l'exploiter et de CONTRÔLER son usage.

Il faut que les choses soient claires: si je me suis investi dans les pires moments dans le club, c'était pas pour revendre, c'était pas pour faire une plus-value (est-ce possible?), c'est parce que ça me passionne. Mais je suis désolé, je ne m'investis pas dans quelque chose où je n'ai pas toute les cartes en main pour mener à bien le projet que je veux mettre en place. Si pour que le NO fasse du sur place comme c'est le cas depuis 30 ans, alors c'est que les gens à Nîmes n'ont rien compris et que cette ville ne mérite pas la place à laquelle elle prêtent au milieu de l'élite.

Juste pour vous donner un aperçu du projet qu'on voulait mettre en place:

- renforcement de l'équipe PRO tout en gardant nos meilleurs éléments (ce qui suppose de gros efforts financiers de ma part pour boucler le budget)
- lancer la construction en 2017 d'un nouveau bâtiment pour les PRO à la Bastide car le bâtiment actuel n'est pas adapté aux besoins et transformation du bâtiment actuel en bâtiments administratifs pour déménager le siège social et accueillir la totalité des salariés sur le même site (2 M € d'investissements)
- lancer la construction en 2017 d'un nouveau bâtiment sur pilotis pour accueillir les équipes féminines (on parle de 5 vestiaires + salle médicale + vestiaires arbitres, etc...) (environ 1,5 M € d'investissements)
- investir encore plus sur la formation (augmentation du nombre de stagiaires et d'aspirants). Le passage en Catégorie 1 allait dans ce sens.
- entamer des discussions avec la mairie pour voir dans quelles conditions le NO peut soit acquérir le stade pour le rénover ou alors lancer le projet de construction d'un nouveau stade car de toute façon il faut être conscient que sous 4 ou 5 ans maxi on ne pourra plus jouer dans l'enceinte actuelle dans cet état.

Demain mercredi à 16 h 00, le club est convoqué pour l'examen annuel de ses comptes devant la DNCG. Personne ne doit se faire la moindre illusion :
en l'absence d'une convention signée, je n'irai pas défendre l'indéfendable et la commission prononcera l'exclusion du NO de toutes les compétitions.
C'est écrit dans le courrier de convocation qu'ils ont adressé au président de l'Asso. On a déjà demandé un report de l'audience, comme nous l'autorise les textes,
on ne peut pas en avoir d'autres.

Pour moi, perso ça ne changera rien ni à ma vie ni à ma situation financière un tel gâchis. Je suis très très triste pour les dizaines de salariés du Club et pour vous les vrais amoureux du NO et je vous demande pardon de ne pas avoir pu faire mieux.

21 personnes sont entrain de tuer le NO. Ne leur en voulez pas trop, il parait qu'ils font ça par amour du club. Rendez-leur cet amour.

(Rani Assaf - Nîmes 1937)

Stanislas Golinski
Stanislas Golinski
Stanilas Golinski quand il avait 80 ans, toujours fidèle à Nîmes
Stanilas Golinski quand il avait 80 ans, toujours fidèle à Nîmes