Comme face à Arles-Avignon, Mathieu Michel a été l'homme de la soirée. Deux arrêts décisifs et sauvé par sa transversale, le dernier rempart gardois continue à s'affirmer. Crédit photo |Jérémy Martineau|

Comme face à Arles-Avignon, Mathieu Michel a été l’homme de la soirée. Deux arrêts décisifs et sauvé par sa transversale, le dernier rempart gardois continue à s’affirmer. Crédit photo |Jérémy Martineau|

Une nouvelle fois, le Nîmes Olympique est ressorti avec le partage des points vendredi soir. Mais ce match nul ne serait pas fait si la bande à Maoulida n’avait pas ses rangs un Mathieu Michel, ultra-décisif dans ses cages.

« La satisfaction vient de Mathieu Michel qui n’a pas encaissé de but et qui nous fait gagné un point. Il faut savoir le reconnaître et je suis content pour lui. C’est un garçon sérieux et qui bosse. » Vendredi soir en conférence d’après-match, José Pasqualetti a encensé Mathieu Michel. Et il a bien raison le coach nîmois. Dans un match assez fermé où l’attaque nîmoise n’a pas eu grand chose à se mettre sous la dent, Michel a quant à lui été sollicité quelques fois. Notamment dans les quinze dernières minutes de la seconde période.

Décisif dans les temps faibles nîmois

Le premier et certainement le plus décisif est son face-à-face remporté face à l’attaquant Sea juste avant les dix dernières minutes du match. Sur un centre, l’attaquant brestois reprend instantanément le cuir et oblige Mathieu Michel à effectuer un arrêt réflexe. Le jeune portier des Crocos n’a guère le temps de souffler que quelques minutes plus tard, il est de nouveau mis à contribution sur une tentative de Laborde et dévie le ballon en corner d’une claquette. Saint-Michel peuvent appeler ses coéquipiers et le public nîmois. Et ce n’est pas terminé car à un peu plus de cinq minutes du terme de la rencontre, il est sauvé par sa barre transversale. À croire que son surnom de Saint-Michel lui va bien. Déjà impérial face à Arles-Avignon en remportant trois faces-à-faces et à seulement vingt-deux ans, le Nîmois de naissance pourrait bel et bien être la révélation de ce championnat chez les Crocos.

Stanislas Golinski
Stanislas Golinski
Stanilas Golinski quand il avait 80 ans, toujours fidèle à Nîmes
Stanilas Golinski quand il avait 80 ans, toujours fidèle à Nîmes