Le Nîmes Olympique démarre 2020 par une précieuse victoire 2-0 contre Reims, grâce à des buts de Ripart et Benrahou, pour sa première sous le maillot rouge. Un premier succès en 13 rencontres de Ligue 1 qui permet aux Crocos de revenir à deux points d'Amiens, barragiste.

Pour ce premier match de la nouvelle année, on attendait de voir le visage affiché par les Crocos en 2020. Ce sont d'abord les supporters qui se sont distingués dans cette entame de match. "OM-NO : un pesage enflammé pour une direction éteinte", était inscrit sur la banderole déployée par les Gladiators à la 6e minute de jeu faisant référence aux incidents survenus avec les forces de l'ordre avant la trêve. Au même moment c'est Suk, l'attaquant rémois, qui créait la première péripétie en tirant en angle fermé. Le ballon contré par Martinez a failli tromper Bernardoni, vigilant.

Le temps que la fumée des nombreux fumigènes craqués par les ultras nîmois se dissipe, M. Thual en profitait pour aller consulter la VAR sur l'intervention de Martinez mais sans conséquence. Une première période marquée par de nombreux duels engagés et hachée par les coups de sifflet réguliers, où les Crocos allaient tirer leur épingle du jeu en marquant rapidement. Sur le corner tiré par Benrahou, Ripart tentait de dévier le ballon de la tête qui restait à proximité. Sur un cafouillage, Martinez parvenait à la pousser à son attaquant qui concluait en taclant (1-0, 16e).

Un vrai but à la nîmoise avec plus agressivité que son adversaire pour marquer. Une ouverture du score sur la première véritable occasion des locaux qui illustre le retour de la réussite qui a cruellement manqué sur la phase aller. Et de quoi redonner confiance au maestro des Costières qui inscrivait son quatrième pion de la saison. À l'image de Deaux, les Crocos étaient présents dans l'engagement et dominés dans ce secteur les Champenois. Ces derniers réagissaient par l'intermédiaire de Dia qui filait tromper Bernardoni (27e). Fort logiquement le but était refusé pour une position de hors-jeu.

Les Nîmois maîtrisaient leur sujet et redevenaient dangereux sur les coups de pied arrêtés. L'habile patte gauche de Benrahou apporte de l'efficacité dans cet exercice. Ce qui a permis à Briançon (30e) et à Martinez (39e) d'être à la retombée mais sans pouvoir cadrer. Des signes d'amélioration également au niveau offensif avec plus d'allant. Ripart avait la balle du break mais Rajkovic détournait sa frappe puissante du gauche sous la barre (42e).

En tête à la pause, les hommes de Bernard Blaquart devaient continuer dans la même lignée au retour des vestiaires. Leur envie débordante et leur faim de ballon ont failli payer quand Ripart chipait le cuir dans les pieds de Rajkovic. Mais sa talonnade pour Benrahou était trop longue et Reims se dégageait (51e). Peu inquiétés par les visiteurs, les Gardois avaient même une décision arbitrale favorable. Romao, le capitaine, était exclu pour un deuxième carton jaune (57e).

Une supériorité numérique qui aurait pu être immédiatement bénéfique aux Nîmois. Sur le coup franc encore bien enroulé par Benrahou, Briançon prolongeait de la tête au second poteau pour Ferhat qui coupait. Mais l'Algérien butait sur le montant droit du portier stadiste (58e). En football, la règle est toujours la même quand on ne tue pas rapidement le match, l'adversaire peut encore frapper. Nîmes subissait davantage et Dia était à quelques centimètres de gâcher la soirée des 11 867 supporters présents (73e). Sur la remise de Munetsi, sa tête à bout portant venait mourir à côté du but de Bernardoni.

Déjà auteur d'une belle prestation, Benrahou ne pouvait pas mieux conclure sa première apparition sous le maillot nîmois en expédiant un magnifique coup franc dans la lucarne de Rajkovic (2-0, 90e+3). Un succès probant qui met fin à douze matches sans victoire et qui permet au Nîmes Olympique de revenir à deux points d'Amiens, barragiste, battu dans le même temps par Montpellier (1-2). Pour une fois, une victoire de l'ennemi réjouira les Crocos !

Corentin Corger

20e journée de Ligue 1. NÎMES OLYMPIQUE - STADE DE REIMS 2-0. Stade des Costières. Mi-temps : 1-0 Spectateurs : 11 867. Arbitre : M. Thual. But pour Nîmes : Ripart (16e), Benrahou (90e+3). Avertissement à Nîmes :  Martinez (78e). Avertissements à Reims : Romao (35e, 58e), Suk (46e), Doumbia (55e). Expulsion à Reims : Romao (58e). 

Nîmes : Bernardoni - Alakouch (Paquiez, 72e), Briançon (cap.), Martinez, Miguel - Deaux, Valls - Ferhat, Benrahou, Philippoteaux (Denkey, 84e)  - Ripart. Remplaçants non utilisés : Dias, Landre, Fomba, Valerio, Stojanovski. Entraîneur : Bernard Blaquart.

Reims : Rajkovic - Foket, Disasi, Abdelhamid, Konan - Romao (cap.), Chavalerin - Doumbia (Munetsi, 60e), Suk (Kutesa, 60e) , Kamara (Donis, 79e) - Dia. Remplaçants non utilisés : Lemaître, Sissoko, Sakava Sangola, Nkada. Entraîneur : David Guion. 

Bernard Blaquart  : « Heureux d'avoir gagné ce match pour les joueurs. On n'avait pas connu cela depuis tellement longtemps. Trois mois et demi sans succès, c'est très long. On a mis de l'intensité, de l'engagement pour gagner ce match. C'est un succès mérité, on a donné le maximum, on a été dangereux sur coups de pied arrêtés même si l'on joue mal des coups offensifs. 

En fin de match, on a connu de la fébrilité. Quant à Yassine Benrahou (prêté par Bordeaux, buteur sur coup franc pour son premier match avec Nîmes samedi) il a fait un bon match, il a été décisif, mais il faut être patient avec lui, il est jeune, il ne faut pas attendre trop de lui, il découvre la Ligue 1. Le maintien ? On n'a jamais abandonné, on s'accroche. On sait que l'on a des raisons d'espérer, mais il faudra 36-37 points pour se maintenir... » 

Renaud Ripart (attaquant de Nîmes) : « Cela fait du bien de gagner. On a été solide et concentré, on ne prend pas de but et on a eu ce petit brin de réussite qui nous a souri, on marque sur notre première occasion, cela nous a donné le tempo. Tout n'est pas parfait, mais ce succès fait du bien. On prend trois points, mais on a devant nous un gros défi pour remplir notre objectif de maintien et beaucoup de points encore à prendre... » 

 

David Guion (entraîneur de Reims) : « Aux Costières, l'engagement fait partie du bagage qu'il faut avoir. On a eu envie de bien faire, mais les Nîmois ont mis davantage d'engagement. On fait beaucoup de fautes dans ce match, on a manqué de lucidité et paradoxalement à 10 contre 11 après l'exclusion de Romao, on a été plus calme, on a pris le pas sur Nîmes et on a eu des situations pour égaliser. Dommage. Ce soir, on repart avec une défaite, mais aussi, ce n'est pas habituel, pas mal de joueurs avertis. »

RECHERCHE ARTICLE OU PERSONNALITE

clic sur les photos pour agrandir

Stanislas Golinski
Stanislas Golinski
Stanilas Golinski quand il avait 80 ans, toujours fidèle à Nîmes
Stanilas Golinski quand il avait 80 ans, toujours fidèle à Nîmes