Anthony Briançon, le capitaine du Nîmes Olympique, revient sur les performances actuelles et sur les objectifs de fin de saison.

Objectif Gard : Anthony, à froid, quel regard portez-vous sur le match nul obtenu contre Strasbourg ?

Anthony Briançon : Le fait d'être revenu à deux partout montre un état d'esprit de conquérant. On n'a rien lâché. C'est ce qui fait les valeurs de cette équipe. Maintenant, c'est dommage d'avoir pris ce deuxième but qui était largement évitable. En première période, à part le but c'était la seule frappe que l'on ait concédé. Je trouve, et le coach nous l'a dit, qu'on n'a pas fait un mauvais match. On a eu pas mal de maîtrise et de réussite au niveau des passes. Non, c'est bien. Il n'y a pas tout à jeter. C'est vrai que ces deux buts sont gênants. On aurait pu largement remporter ce match.

Au final, les résultats sont un petit peu moins bon en ce moment ? 

Un petit peu moins bon... On a joué Paris, on a perdu. C'est la logique des choses. On a joué Amiens, on restait sur une période de non-match car on n’avait pas joué contre Rennes avec une semaine un petit peu compliquée. Le match de Strasbourg a été cohérent même s'il n'y a pas le résultat au bout. On n'attend que le résultat au final. Il y a des choses à améliorer c'est sûr comme le fait de beaucoup centrer et de ne pas arriver à concrétiser. On a une petite semaine de repos qui va nous permettre de travailler ce qu'il ne va pas.

Vous aviez besoin de cette trêve, même si vous n’aviez pas joué avant Strasbourg ? 

Si on regarde les statistiques de Strasbourg, on a quand même tous beaucoup couru. Ça va faire déjà du bien aux têtes. Ça faisait un moment que l’on n’avait pas lâché et récupéré au niveau du foot. Nos joueurs sélectionnés vont pouvoir s'aérer la tête.

Le maintien est acquis à 99%. N'y a t-il pas un risque de se relâcher inconsciemment et de finir en roue libre ? 

Non, non, au contraire. Il y a des places et des objectifs à aller chercher. On ne va pas se contenter de cette place-là. On va essayer d'aller plus haut. Si on gagne notre match en retard, on passe dans les dix premiers. On se doit d'être ambitieux et gourmand pour finir dans le top 10 de ce championnat. Ce serait top pour une première saison et ça prouverait la qualité de notre groupe.

Le match reporté contre Rennes tombe entre les rencontres de Caen et Marseille. Vous repartez pour une semaine à trois matches... 

On a eu l'habitude en début de saison. Un peu moins ces derniers temps. Moi je trouve que pour un joueur professionnel c'est toujours bien de jouer tous les trois jours. Ça permet d'enchaîner.

Quel regard portez-vous déjà sur cette première saison en Ligue 1 ? 

On est en train de réaliser une bonne saison. Il ne faut pas tout gâcher par des résultats péjoratifs. Il faut finir concentré et libéré. Aujourd'hui, le maintien n'est plus vraiment d'actualité mais il est encore là car mathématiquement ce n'est pas fait. Le but est d'engranger le maximum de plaisir, de points et finir le mieux possible.

Si on vous avait dit l'année dernière, que le Nîmes Olympique serait 11e de Ligue 1 au mois de mars...

On aurait tous signé avec les pieds et les deux mains. On ne se voyait peut-être pas à ce niveau. Mais ça prouve qu'il y a un travail qui a été fait et respecté. Nous, joueurs, avons donné le maximum. Cela concrétise ce qu'on fait depuis le début. Ce qui se dit c'est que c'est la deuxième saison la plus compliquée. Il va falloir être vigilant et prêt pour maintenir le Nîmes Olympique le plus longtemps dans ce championnat.

 

Propos recueillis par Norman Jardin

RECHERCHE ARTICLE OU PERSONNALITE

"S'il n'y avait que des équipes comme Nîmes Olympique en Ligue 1, on s'emmerderait moins"     (Pierre Ménès - Canal Plus)

clic sur les photos pour agrandir

Stanislas Golinski
Stanislas Golinski
Stanilas Golinski quand il avait 80 ans, toujours fidèle à Nîmes
Stanilas Golinski quand il avait 80 ans, toujours fidèle à Nîmes