Le rendez-vous était donné à 10h devant l'entrée des vestiaires en face la piscine Nemausa. Une bonne heure de visite pour observer les travaux effectués pour faire des Costières un stade de Ligue 1. Il reste encore quelques bricoles à terminer, mais tout sera prêt pour le 19 août et la réception de Marseille. Suivez les guides. 

C'est le délégué au sport de la mairie de Nîmes, Julien Plantier, qui se mue en chef de chantier et organise la visite. À peine la porte est poussée, que l'on arrive dans le vestiaire visiteur. Le premier adjectif qui vient en tête c'est, petit. Julien Plantier, en apporte, avec plaisanterie, la justification : "on ne voulait pas trop en faire, il faut que les joueurs adverses comprennent qu'ils sont en milieu hostile". Au bon souvenir de ceux qui ont côtoyé le stade Jean-Bouin. L'histoire se répète, les Costières seront le Jean-Bouin de la Ligue 2018/2019 car le minimum syndical a été réalisé.

On reste dans les vestiaires. Place à celui du Nîmes Olympique, bien plus grand. Normal, on chez nous après tout ! Le plafond et le sol ont été aussi repeints, les casiers changés. Ceux visibles sur la photo sont provisoires et appartiennent à la patinoire de Nîmes. Il s'agit d'une solution de repli avant de recevoir les définitifs fin août, qui seront floqués aux couleurs de la ville. Dépêchons, la venue du PSG est programmée le 1er septembre et la patinoire est censée rouvrir le même jour.

Les médias

Les équipements des médias ont aussi subi quelques modifications. La zone mixte est désormais à l'extérieur, juste derrière la porte qu'empruntent les joueurs en quittant les vestiaires pour se rendre dans le bus. Un toit a été construit pour abriter de la pluie, mais les côtés restent bien ouverts. On ne languit pas les soirs de janvier et de février, en plein vent. Mais il faut respecter la volonté des chaînes de télé.

Fini la petite salle exiguë du premier étage. Place à une nouvelle salle de presse installée dans l'ancien club house. Un bel emplacement où les joueurs viendront s'exprimer après les rencontres assis devant le mur du fond. Juste à côté, une grande salle de travail a été aménagée pour rentrer dans les clous des autres enceintes de l'élite.

En revanche, la tribune de presse n'a pas changé. Oui, on croyait à la mise en place d'écrans pour voir en direct les ralentis de la VAR (Video Assistance Referee) mais ce n'est pas le cas. Normalement, une borne wifi devrait être disponible. C'est déjà ça !

Les VIP et les représentants sponsors dégusteront les petits fours dans un endroit également mis à neuf. Peintures et faïences ont été refaites. En Ligue 1, les journalistes auront-ils le droit d'y pénétrer ? Réponse, le 19 août.

Éclairage et sécurité

Les quatre angles du stade ont subi un bon coup de rouleau. Deux, ceux de la tribune

sud, sont redevenus blancs, il reste une semaine pour finir les deux autres. Des tours

qui supportent les pylônes sur lesquels sont installés les projecteurs. Les spots ont

été changés pour atteindre une puissance de 1 200 Lux. Le nouvel système d'éclairage

sera posé en octobre pour passer ensuite à 1 500 Lux.

"On a dû apporter beaucoup de modifications en montant en Ligue 1", explique Christophe, coordonnateur du PC sécurité. Au total, le stade est équipé de 48 caméras dont 22 mobiles à 360 degrès et pilotables à la main. Les agents disposent enfin de deux caméras en très haute définition, ce qui permet de zoomer sur les tribunes et de déceler les visages des éventuels fauteurs de troubles. Christophe, est confiant, tout sera opérationnel pour Marseille, "il reste deux petits branchements à faire." 

 

Jean-Paul Fournier : "Nîmes-Marseille se jouera aux Costières"

Pendant la visite, Jean-Paul Fournier en a profité pour rassurer sur la tenue du match face à Marseille, à Nîmes. "On a tout mis en oeuvre dans ce sens. Nîmes-Marseille se jouera aux Costières". Pas de discussion possible pour la Ville mais le dernier mot revient au préfet qui doit visiter le stade mardi prochain et donner son accord ou pas. "Pour nous, le boulot a été fait", insiste Marc Taulelle, adjoint au maire. De quoi satisfaire le seul représentant du club, présent lors de la visite, le directeur des opérations, Laurent Tourreau : "on a tout pour accéder à la Ligue 1 dans des conditions acceptables." Malgré un sentiment général de rafistolage, lui, semble satisfait des moyens financiers mis en œuvre, "je soutiens les efforts de la collectivité. Le montant va être supérieur avec le nouvel éclairage. On ne peut pas rêver mieux." 

C'est l'heure de peaufiner les derniers préparatifs avant le premier match de la saison, dimanche prochain. Deux boutiques éphémères verront le jour les soirs de match en Nord et en Sud près des buvettes. Ce qui fera trois points de vente avec la boutique officielle. Ce vendredi matin, des agents de nettoyage étaient déjà à pied d'oeuvre pour enlever la poussière cumulée sur les sièges durant les travaux. Une tâche harassante effectuée à la main.

Le compte à rebours est lancé mais qu'importe la vitrine, l'important reste ce qui a l'intérieur, le terrain. Pas de chance, un champignon s'est propagé sur la pelouse. Mais quoi qu'il arrive, rien n'empêchera que la fête soit belle !

 

Corentin Corger

La position de la Mairie, après les menaces du Préfet

Les supporters Nîmois se sont réveillés un peu sonnés ce matin. Le premier match de la saison en Ligue 1 à la maison face à l'Olympique de Marseille devait être une fête. Mais le préfet du Gard, Didier Lauga a fait redescendre tout le monde du petit nuage. Préoccupé par la question liée à l'ordre public, Didier Lauga exprime "de très vives inquiétudes sur la situation du stade des Costières." Selon lui, l'enceinte qui "n'est pas doté d'une double enceinte" pourrait entraîner des "conséquences pratiques très lourdes y compris financièrement."

Concrètement, par rapport aux menaces identifiées à l'approche du 19 août prochain, le préfet du Gard pourrait envisager de ne pas autoriser le match. Julien Plantier, adjoint aux sports pour la municipalité rappelle "que la Ville fait le maximum et tout son possible pour accueillir dans de bonnes conditions de sécurité dès la première journée. Les équipes travaillent d'arrache-pied sur les travaux engagés encore en cours."

Mais, les services de la mairie doivent se soumettre aux obligations légales notamment en matière de marchés publics. "Par exemple la question de l'éclairage ne pourra se régler qu'en septembre ou octobre pas avant car nous devons respecter les étapes de passation de marché."

Selon nos informations, des réunions de travail avec les autorités préfectorales sont à l’ordre du jour pour les prochaines semaines. La Ville rappelle qu'elle travaille également en étroite collaboration avec le club du Nîmes Olympique depuis le démarrage des travaux.

 

Enfin, toujours selon nos informations, une visite presse avec le maire de Nîmes, Jean-Paul Fournier, et les équipes dirigeantes du Nîmes Olympique sera organisée le 10 août prochain afin de constater l'ensemble des travaux réalisés durant l'intersaison.

clic sur les photos pour agrandir

Stanislas Golinski
Stanislas Golinski
Stanilas Golinski quand il avait 80 ans, toujours fidèle à Nîmes
Stanilas Golinski quand il avait 80 ans, toujours fidèle à Nîmes