Njiki Tchoutou, la nouvelle pépite ?

Prêté pour une saison à Nîmes, Tchoutou va pouvoir apporter son vécu d'Italie au sein du collectif nîmois. Crédit photo |nimes-olympique.com|


Njiki Tchoutou s’est fait remarquer contre Châteauroux mardi soir pour sa première titularisation. Des débuts intéressants qui seront à surveiller pour la suite du championnat et notamment vendredi soir à Ajaccio contre le Gazelec.

Et si le Nîmes Olympique tenait sa future coqueluche ? « Il va tellement vite qu’on n’a même pas le temps d’aller devant le but. On était trop court », ironise Toifilou Maoulida concernant Njiki Tchoutou.  Titularisé pour la première fois aux Costières et pour son deuxième match sous les couleurs nîmoises, le Camerounais a fait bonne impression face à Châteauroux. Une prestation plus que correcte qui lui vaut déjà la sympathie des supporters. « Ses chevauchées sont extraordinaires, il se place bien et apporte beaucoup de solutions ». « Il arrive à créer une dynamique en provoquant systématiquement sur le flanc droit. Même s’il ne touche pas le ballon lors de l’unique but du match, il joue bien son rôle car il désoriente la défense. Une des techniques qu’il a certainement appris à Rome où le jeu est beaucoup plus tactique qu’ici, en France. »

Une bonne intégration dans le groupe

En manque de temps de jeu à l’AS Roma, le jeune attaquant a posé ses valises dans le Gardsous forme de prêt dans les derniers instants du mercato estival, avec la ferme intention de jouer. « J’apprends à connaître la vie ici. Je me trouve déjà pas mal avec des grands frères comme Fethi Harek ou Toifilou Maoulida qui m’encadrent bien. J’ai la chance de jouer, c’est une chose que je n’avais pas beaucoup à Rome. Je ne peux être que content ».

Le moins que l’on puisse dire c’est que le joueur, déjà passé par le Qatar, la Bulgarie et l’Italie, ne manque pas d’ambition. « Si on s’entraîne tous les jours c’est pour monter, on va se battre match après match et après on verra ». Un objectif clairement affiché mais il garde néanmoins la tête sur les épaules. « Les places on les gagne aux entraînements et lors des matchs. Je ne peux pas dire que j’ai une place de titulaire, mais je me bats pour ça. » Même son entraîneur José Pasqualetti reconnaissait en conférence de presse qu’il apportait « des choses intéressantes dans le jeu. »

Un futur lion indomptable ?

À seulement 19 ans, celui qui fait faire penser à un certain Patrick Mboma rêve d’honorer les couleurs de la sélection nationale des « Lions Indomptables ». a déjà joué avec l’équipe espoir camerounaise. En tout cas, si ses performances sont du même calibre à chaque match, voire plus, nul doute que Volker Finke, le sélectionneur du Cameroun, pourrait faire appel à ses services.

Stanislas Golinski
Stanislas Golinski
Stanilas Golinski quand il avait 80 ans, toujours fidèle à Nîmes
Stanilas Golinski quand il avait 80 ans, toujours fidèle à Nîmes