KADER FIROUD DANS LE TOP 50 DES MEILEURS ENTRAINEURS FRANCAIS DE TOUT LES TEMPS

 

 

classement 2013
classement 2013

 

Firoud avec Hidalgo
Firoud avec Hidalgo

Pour moi enseigner était une mission


 

Il fut l'un des monuments du Nîmes Olympique.
Il était né le 11 octobre 1919 à Oran.
Fils de restaurateur, il donna la priorité à ses études d'instituteur, mais la passion pour le foot le rattrapa très vite.
Attaquant percutant, il se fit remarquer pendant l'Occupation lors d'un match amical entre les sélections d'Afrique du Nord et de Métropole.
C'est ainsi qu'il fut recruté par Toulouse.
Reconverti en demi-aile (milieu défensif d'aujourd'hui) à la Libération.
Il entraîna Nîmes de 1955 à 1964 et de 1969 à 1978.
L'US Mulsumane est son premier club. Il joue à Toulouse, Grenoble, retourne à Toulouse, puis signe à St-Etienne.
Il arrive à Nîmes et y joue de 1948 à 1954.
En 1950, il hisse le club en 1ère division. Il est sélectionné comme international B puis comme international A. Il connait 6 sélections et étrenne sa première cape le 3 octobre 1951 contre l'Angleterre à Highburry.
Le 5 juillet 1954, alors qu'à sa demande, il est requalifié amateur, il est victime d'un grave accident de la route au retour de la Coupe du Monde qui se déroulait en Suisse. Au volant Paul Gévaudan le découvreur de Djebailli.
Blessé à la jambe, sa carrière de joueur est terminée. Il devient alors entraîneur de Nîmes Olympique à la place de Pierre Pibarot en 1955.
Sous sa direction, Nîmes Olympique va entrer dans l'histoire du football français. 2 finales de la coupe de France, 3 places de deuxième.
C'est la seule équipe à rivaliser avec Reims.
De 1956 à 1964, la presse nationale oppose Nîmes et Reims, 2 équipes aux styles différents et aux entraineurs à forte personnalité : Kader Firoud et Albert Batteux.
Il révèle de nombreux joueurs : Akesbi, Bettache, Skiba, Rahis, Charles-Alfred.....
Il quitte Nîmes en 1964 pour Toulouse par amitié pour son président le "Milliardaire Rouge" (rouge car communiste), Jean Doumeng.
Il y reste 3 ans pour devenir directeur des sports de l'Algérie.

Il retrouve Nîmes Olympique le 13 juin 1969. Et de nouveau le club côtoie les sommets, l'équipe devient le rival de Marseille et St-Etienne.
L'Equipe participe à 2 reprises à la Coupe U. E. F .A. et voit éclore des joueurs comme Landi (voilà un vrai gardien !!!), Adams, Mézy, Pircalab, Voinéa, Vergnes, Girard....

En 1980, recruté par Louis Nicollin, il fait monter le club en 1ère division.
Il meurt le 3 avril 2005 d'une longue et douloureuse maladie alors qu'il était plongé dans le coma depuis 2 mois.

Kader Firoud était aussi un visionnaire puisque dès 1960, il prédisait que la vitesse du footballeur était essentielle, demandait un allègement du calendrier et une amélioration des conditions d'entraînement.

Il détint longtemps le record sur le banc d'un entraîneur avec 783 matches.
Guy Roux jaloux de cette longévité voulu battre ce record, ce qu'il fit en 2002. Toujours modeste (s.c.), ce dernier dit alors "qu'il avait battu Kader Firoud et en plus, en n'entraînant qu'une équipe alors que Firoud en avait connu 3"

Même à 82 ans, Kader Firoud n'avait pas perdu son humour et son esprit de réparti quand il déclara à France Football : "Bravo à Guy Roux, il a battu mon record d'entraîneur mais il ne pourra jamais jouer autant de match que moi"

 

Mustapha Bettache
Mustapha Bettache
Bernard Rahis (à droite)
Bernard Rahis (à droite)
Joseph Ujlaki
Joseph Ujlaki
Hassan Akesbi, Dominqiue Colonna (légendaire gardien de Reims) et Paul Calabro (Président du N.O.)
Hassan Akesbi, Dominqiue Colonna (légendaire gardien de Reims) et Paul Calabro (Président du N.O.)
Stanislas Golinski
Stanislas Golinski
Stanilas Golinski quand il avait 80 ans, toujours fidèle à Nîmes
Stanilas Golinski quand il avait 80 ans, toujours fidèle à Nîmes
Stephan Dakowski
Stephan Dakowski