Ce mercredi, les Crocos ont battu Sète (4-0) à l'occasion de leur cinquième match amical.

Les Nîmois conservent leur invincibilité, après se succès en match amical face au FC Sète. Et les coéquipiers d'Anthony Briançon n’ont pas tremblé au stade Stéphane Diagana de Vergèze. C’est le Croco Antonin Bobichon qui se mettait en évidence le premier. D’abord sur un coup-franc que Théo Valls ne pouvait pas reprendre (5e), puis sur une frappe cadrée après un centre de Renaud Ripart (6e).Tout commençait bien, mais les Nîmois allaient connaitre leur seule frayeur de la soirée quand Bettayeb trompait Paul Bernardoni (16e). Une première fois accordé, le but était ensuite refusé pour un hors-jeu.

Après cette petite émotion, les Crocos prenaient les choses en main. Les héraultais concédaient un coup-franc aux 25 mètres, face aux buts. Bobichon, dans ses œuvres, ne se faisait pas prier pour envoyer le cuir dans la lucarne de Papalardo (1-0, 20e). Pour autant, la rencontre tombait dans un faux rythme, pour ne pas dire dans l’ennui, et les milieux de terrain nîmois ne parvenaient pas à trouver Ripart.

Il fallait attendre les dernières minutes de la première période pour revoir du spectacle. Sur une frappe de Ferhat, le gardien adverse détournait le ballon sur Briançon, mais le but était refusé pour une position de hors-jeu. Ce n’était que partie remise puisque à la suite d’un corner à la rémoise initié par Ferhat, Théo Valls enveloppait le ballon pour trouver, à son tour, la lucane de Papalardo (2-0, 39e). Dans la foulée, bien servi par Ferhat, encore lui, Philippoteaux partait au but. Mais au dernier moment, l’ancien lorientais poussait trop son ballon, oubliant Ripart seul aux six mètres.

En seconde période, Bernard Blaquart changeait ses 11 joueurs et passait en 4-4-2. Les jeunes Crocos débutaient de la meilleure des façons. Denkey protégeait bien son ballon et il lançait Park dans le couloir gauche. Le Coréen centrait alors pour Stojanovski qui, au second poteau, marquait son premier but avec Nîmes (3-0, 48e).

Si défensivement c’était plus compliqué pour les Crocos, les attaquants se procuraient de belles opportunités. Buades centrait pour la tête de Denkey, qui passait de peu au-dessus (65e). Stojanovski tentait un lobe de trente mètres, mais il ratait le cadre de peu (67e). De son coté, Sète avait quelques occasions mais Dias gardait les mains fermes. Dans les derniers instants, Park accroissait l’écart sur un coup-franc que le gardien de but sétois ne pouvait que prolonger dans ses buts (4-0, 88e).

À l’issue du match, malgré le score, Bernard Blaquart n’était pourtant pas très enthousiaste : « On a été bon sur les coups de pieds arrêtés mais pauvre dans le jeu et la création. Il y avait trop de déchet ». Interrogé sur le mercato, le technicien nîmois a répondu : « Si j’en parle, je vais me faire taper sur les doigts, mais j’essaye juste d’ouvrir les yeux à tout le monde »

Toujours dans l’attente de renforts, le Nîmes Olympique présente un bilan de trois victoires (Rodez, Toulouse et Sète) et deux matches nuls (AC Ajaccio et Béziers) en préparation.Ils joueront une ultime rencontre amicale samedi à Vauvert contre Dijon (L1), avant d'attaquer la ligue 1 au Parc des Princes le 11 août face au PSG.  De Vergèze, Norman Jardin

Match amical. NÎMES OLYMPIQUE (L1) – FOOTBALL CLUB DE SETE (N2) 4-0.

Stade : Stéphane Diagana. Mi-temps : 2-0. Arbitre : M. Martin. But pour Nîmes : Bobichon (20e), T. Valls (39e), Stojanovski (48e) et Park (88e).  

NÎMES 1e période : Bernardoni : Alakouch, Briançon (cap), Martinez, Miguel – Bobichon, Paquiez, T. Valls – Ferhat, Ripart, Philippoteaux. Entraîneur : Bernard Blaquart.

 

NÎMES 2e période : Dias – Buades, Guessoum, Landre, Sainte-Luce – Chadli (Ben Amar, 74e), L. Valls, Ahlinvi, Park – Denkey, Stojanovski.

RECHERCHE ARTICLE OU PERSONNALITE

"S'il n'y avait que des équipes comme Nîmes Olympique en Ligue 1, on s'emmerderait moins"     (Pierre Ménès - Canal Plus)

clic sur les photos pour agrandir

Stanislas Golinski
Stanislas Golinski
Stanilas Golinski quand il avait 80 ans, toujours fidèle à Nîmes
Stanilas Golinski quand il avait 80 ans, toujours fidèle à Nîmes