Très mauvaise nouvelle pour la C. F. A. 2, suite au classement des Centres de Formation de la F. F. F., notre réserve ne pourra pas monter en C. F. A. (même si elle termine première et que nous restons en Ligue 2.)

 

Nouvelle recrue : le milieu Driss Trichard, stagiaire pro laissé libre par Toulouse (1 match en L1, 1 en CDL) signe amateur.

Graine de Pitchouns - Driss Trichard

La pouponnière du Toulouse FC recèle de jeunes talents qui représentent l’apanage des futures générations violettes. Ainsi, en se penchant sur les berceaux du devenir haut-garonnais, partons chaque semaine à la découverte de nos Pitchouns qui constituent le sérail du centre de formation toulousain.

À 19 ans, Driss Trichard appartient aux joyaux de la couronne formatrice du TFC. En 2012, le Francilien emménage en Haute-Garonne après avoir brillé de mille éclats à l’AS Bondy (2004-2008) et à la JD Drancy (2008-2012).

Accompagné d’Albert Makoubé, ami d’enfance et de confiance sur qui « il peut compter » (sic), le Pitchoun grandit à vitesse grand V jusqu’à atteindre la sélection nationale U19 en novembre 2013 pour deux rencontres amicales face à l'Allemagne. Comme un bonus dans un avenir rayonnant, il s’y révèle aux côtés de son coéquipier Manuel Delgado par une passe décisive et une réalisation. Un état d’esprit de compétiteur qui le conduit un mois plus tard à fouler la pelouse du mythique Vélodrome pour ses premiers émoluments en Violet parmi le groupe professionnel. Une entrée en jeu dans ce huitième de finale de Coupe de la Ligue où Driss laisse parler sa vitesse, sa percussion et sa patte gauche technique. La simple expression d’un savoir travaillé avec acharnement à l’entrainement.

Un calme impassible, maître-zen

Sous les conseils de coaches qui ont toujours su « trouver les mots » (sic) pour qu’il progresse, celui qui a découvert le foot à cinq ans apprend à améliorer ses statistiques et sa détermination pour offrir depuis son couloir de piston des centres d’une grande précision. Imperturbable, serein, Driss consacre aussi une place primordiale à la famille. Soutenu par une mère enchaînant les allers-retours depuis la région parisienne, il trouve également la force d’un quotidien harassant chez sa sœur et ses deux petites nièces. En effet, entre des séances journalières et des moments de récupération ou de soins nécessaires, il y trouve ce nouveau souffle qui l’éloigne, le moment d’un instant arrêté dans le temps, de sa consécration à plein temps au ballon rond.

Oublié l’épisode du bac STMG raté cette année, Driss souhaite le repasser et posséder ensuite ces fameux sésames devenus si utiles dans un cadre hors-football. En tout cas, son intégration très satisfaisante dans l’effectif téféciste a été aussi la possibilité d’apprendre auprès de l’expérience, notamment, de Pantxi Sirieix. L’humour et le côté toujours jeune du Basque ont accompagné des paroles conseillères sur lesquelles notre Pitchoun s’est largement appuyé. Un rapprochement amical qui, on lui souhaite, est signe d’une future grande réussite professionnelle à l’instar de la carrière exceptionnelle de Pantxi. (17/09/2015)

Stanislas Golinski
Stanislas Golinski
Stanilas Golinski quand il avait 80 ans, toujours fidèle à Nîmes
Stanilas Golinski quand il avait 80 ans, toujours fidèle à Nîmes