I : De sa création aux premiers pas du Nîmes Olympique

L’Epoque du Sporting club :

En 1919, c’est le Sporting Club de Nîmes qui fait les beaux jours du foot dans notre ville.
Les dirigeants décident de chercher un nouveau stade. Ils le trouvent rue du Mail et le nomment Parc des Sports.
A l’époque, à la place de la petite butte, 3 terrains de tennis et un cèdre. Au milieu du terrain trône une machine hydraulique et un puits. Le stade appartient à Maître Riboulet qui décède en 1919, sa sœur héritière le vend pour 34 000 francs le 22 juin 1921.
Auparavant en 1920, des tribunes couvertes avaient été construites.
En 1930, les terrains de tennis et le cèdre sont supprimés, acquisition de 3 mazets, 2 seront démolis, la troisième servira de logement au concierge du stade.
Ce fut longtemps le lieu de Pierrot Brunetti dont certains se souviennent sûrement.
Construction ensuite de la tribune d’honneur de 1 200 places en face de la petite tribune qui devient tribune de presse. (Elle sera plus tard le lieu de rendez vous des « exaltés » du Nîmes Olympique).
C'est le 18 octobre 1931 qu'est inauguré le stade Jean Bouin en présence du Président de la République Gaston Doumergue. Ses dimensions de 109 m sur 69 ne changeront pas jusqu’à sa démolition. Le match d’inauguration oppose Nîmes à Alès, 1 à 1.


Les premiers pas du Nîmes Olympique à Jean-Bouin :

Nîmes Olympique voit le jour le 12 avril 1937, le 04 juin 1937 elle est acceptée comme équipe professionnelles et enfin le 02 août elle est admise pour jouer en pros au groupe B de la deuxième division. Notre premier entraîneur s’appelle Harry Ward, un anglais aimé par tous, qui quittera le club en 1939, à cause de la guerre.
L’équipe va jouer sur le stade du Sporting Club de Nîmes à qui il appartient, le stade Parc des Sports. Malheureusement, celui-ci va être saisi par une société qui avait consenti des prêts à l’équipe.
Le stade est alors racheté pour 100 000 francs par Mrs Chambert, Rambaud et Giran et sera nommé quelques temps après, Stade Jean Bouin.
Le 1er match amical a lieu le 8 août 1937 contre le S. O. Montpellier venu gratuitement. Nîmes perd 4 à 1. Le but nîmois est marqué par Joumard. (c’est donc le premier buteur du Nîmes Olympique). Le deuxième match se jouera le 14 août contre Alès, match perdu 3 à 0.
Le 22 août, premier match officiel à Jean Bouin contre St-Etienne. Nouvelle défaite 2 à 0 devant 3 000 spectateurs. Pour la petite histoire, le prix des places est de 10 francs en tribune et 5 francs en populaires.
Peu de temps après, la seconde guerre mondiale débute, et le football passe au second plan.
Celui-ci va renaitre à partir des années 1945/46 et en même temps les plus grandes heures de Nîmes Olympique et du Stade Jean Bouin.
Mais ceci est une autre histoire…

 

Mustapha Bettache
Mustapha Bettache
Bernard Rahis (à droite)
Bernard Rahis (à droite)
Joseph Ujlaki
Joseph Ujlaki
Hassan Akesbi, Dominqiue Colonna (légendaire gardien de Reims) et Paul Calabro (Président du N.O.)
Hassan Akesbi, Dominqiue Colonna (légendaire gardien de Reims) et Paul Calabro (Président du N.O.)
Stanislas Golinski
Stanislas Golinski
Stanilas Golinski quand il avait 80 ans, toujours fidèle à Nîmes
Stanilas Golinski quand il avait 80 ans, toujours fidèle à Nîmes
Stephan Dakowski
Stephan Dakowski