Avec une équipe très rajeunie, le Nîmes Olympique a facilement battu 3-0 le RC Lens grâce notamment à une superbe inspiration de Théo Sainte-Luce. Les Crocos sont qualifiés pour les 8es de finale de la Coupe de la Ligue. 

Des tribunes clairsemées (6 284 spectateurs), un adversaire de Ligue 2... On avait l'impression, ce soir au stade des Costières, de retrouver ces traditionnelles soirées du vendredi qui nous ont tant accompagné. Et honnêtement, elles ne nous manquent pas ! Les centaines de supporters lensois qui avaient fait le long déplacement avaient même l'impression de sentir à la maison car ils étaient seuls à chanter. Les Gladiators ayant déserté leur pesage pour cette Coupe de la Ligue.

Mais sur la pelouse, ce sont bien les Crocos qui prenaient le dessus. Une entame timide mais teintée d'intentions pour cette équipe très remaniée : Ben Amar reprenait de la tête un coup de franc de Duljevic (6e) et Sarr enroulait parfaitement son ballon de l'intérieur du gauche sur coup franc (20e). Mais à deux reprises Desprez s'interposait. Une envie qui était récompensée. Après un service de Valério côté gauche, Buades se remettait sur son pied droit et sa tentative de centre tir était détournée par le torse de Sene dans ses propres buts (1-0, 24e). Le but était accordé dans un second temps au défenseur des Sang et Or.

Dans le jeu, les Crocodilets étaient plus incisifs mais subissaient néanmoins la réaction artésienne après cette ouverture du score. Mesloub, le capitaine, chauffait les gants de Dias sur une frappe lointaine (30e) et Banza heurtait le poteau après une mauvaise de remise de Stojanovski (31e). L'averse passait et les locaux ne paniquaient pas. Ils décidaient même de faire le break juste avant la pause. Valério, qui a confirmé les promesses entrevues à l'entraînement, était encore dans le coup et décalait Sainte-Luce.

La suite était parfaitement exécutée. Le latéral gauche nîmois réalisait un festival en éliminant trois adversaires dans la surface et concluait d'un tir croisé du gauche (2- 0, 39e). À 21 ans, il inscrivait son premier but en professionnel. Un petit bijou qui permettait aux Crocos d'aborder plus sereinement la suite des opérations. Le début du deuxième acte était peu animé. Stojanovski reprenait le ballon de la tête à la suite d'un corner mais Desprez saisissait le cuir sans difficulté (56e).

Les Lensois n'ont pas montré une réelle envie d'inverser la tendance, avec une équipe également modifiée par rapport à d'habitude. Ils se procuraient une situation sur coup franc par l'intermédiaire de Perez mais sa frappe enroulée n'était pas cadrée (60e). Sur le même exercice, Robail sollicitait Dias mais le portier gardois veillait devant son premier poteau (81e). Ce dernier ne terminait pas la rencontre, ressentant, semble-t-il, une douleur aux adducteurs. Ne voulant certainement ne pas prendre de risques, il était remplacé par Rabouille.

Juste avant, Ben Amar était déséquilibré dans la surface et Stojanovski transformait le penalty (3-0, 87e). C'est le premier but du Macédonien sous le maillot du Nîmes Olympique. Un large succès qui qualifie Nîmes en huitième de finale de la Coupe de la Ligue. C'est la quatrième fois que les Gardois atteignent ce stade de la compétition. Ils voudront certainement passer un tour de plus pour cette 26e et dernière édition.   Corentin Corger

16e de finale de Coupe de la Ligue. NÎMES OLYMPIQUE – RACING CLUB DE LENS 3-0. Stade de Costières. Mi-temps : 2-0. Spectateurs : 6 284. Arbitre : M. Schneider. But pour Nîmes : Sene (csc, 24e), Sainte-Luce (39e), Stojanovski (87e). Avertissements à Lens : Ducrocq (73e), Keita (79e). 

Nîmes : Dias (Rabouille, 88e) - Alakouch, Landre (cap.), Guessoum, Sainte-Luce - Buades, Sarr (Ahlinvi, 63e), Valério (Paquiez, 73e), Ben Amar - Duljevic, Stojanovski. Remplaçants non utilisés : Miguel, Chadli, Ripart, Karraoui. Entraîneur : Bernard Blaquart. 

Lens : Desprez - Sene, Perez, Mendy - Boli (Traoré, 66e), Ducrocq, Doucouré (Robail, 55e), Costa - Keita, Banza (Lemaire, 74e), Mesloub (cap.). Remplaçants non utilisés : Vincensini, Michelin, Radovanovic, Diawara. Entraîneur : Philippe Montanier. 

Bernard Blaquart : « Les jeunes ont fait des choses intéressantes, avec beaucoup de générosité, d'enthousiasme et de qualité. Ce n'était pas toujours académique mais de manière générale, ils ont répondu aux attentes. On a fait tourner l'équipe mais l'idée était quand même de se qualifier. Les onze titulaires étaient onze professionnels, certains de fraîche date. S'ils ont signé pro c'est qu'on croit en eux. C'est encourageant même s'il faut rester modéré. Lens n'a pas aligné sa meilleure équipe. On prend les matches un par un. On va attendre le tirage. Si on prend Paris à Paris, ce sera compliqué. On ne peut pas se fixer d'objectif. Rien que le tirage au sort peut déjà vous éliminer. Mais avec ce qu'ont montré certains jeunes, peut-être qu'on hésitera moins à les faire jouer. »

 

Philippe Montanier (entraîneur de Lens) : « Je pense qu'on était inférieurs à Nîmes, dans l'engagement comme du point de vue technique. On a fait un match pauvre malgré la belle réaction au retour des vestiaires. J'ai vu que le but refusé à Walid (Mesloub, couvert par Alakouch à la 42e) était bon, que le penalty contre nous (transformé par Stojanovski à la 87e) n'y était pas et qu'il y en avait un pour nous. Ç'aurait été bien que le corps arbitral ne soit pas solidaire de notre médiocrité. Mais Nîmes a amplement mérité sa qualification. On avait changé dix joueurs. Quand on fait une prestation médiocre, ceux qui sont sur le terrain y participent. Je m'attendais à autre chose. Il n'y a eu ni le contenu, ni l'esprit.

RECHERCHE ARTICLE OU PERSONNALITE

"S'il n'y avait que des équipes comme Nîmes Olympique en Ligue 1, on s'emmerderait moins"     (Pierre Ménès - Canal Plus)

clic sur les photos pour agrandir

Stanislas Golinski
Stanislas Golinski
Stanilas Golinski quand il avait 80 ans, toujours fidèle à Nîmes
Stanilas Golinski quand il avait 80 ans, toujours fidèle à Nîmes