Menés 2-0 à l'heure de jeu, Nîmes a réussi un incroyable come-back grâce à Lybohy et Savanier qui a marqué sur penalty dans les dernières minutes. Un point pris mais deux joueurs de perdus : Landre et Alakouch sortis sur blessure en première période. 

Après un mois d'absence au stade des Costières, victoire 2-0 contre Dijon le 15 février, le public avait fait le déplacement pour retrouver les Crocos. 13 114 spectateurs étaient présents. Les Gladiators avaient même réalisé un tifo dans la tribune Est. Des supporters chauds rapidement refroidis. Sur la première frappe cadrée des visiteurs, Mothiba trompait Bernardoni d'une demi-volée aux six mètres (1-0, 9e). Le Sud-Africain inscrivait son 9e but cette saison, après un bon centre de Goncalves qui profitait d'une absence de marquage de Lybohy. Le défenseur central, cueilli à froid, venait tout juste de remplacer Landre, touché au genou droit.

Il fallait un bon quart d'heure à l'ancien parisien pour se chauffer et être à la réception d'un coup franc de Savanier. Mais sa reprise de la tête passait au-dessus du cadre (24e). Décidément, les Crocos n'étaient pas chanceux en ce début de rencontre avec un deuxième joueur qui devait céder sa place sur blessure alors que la demi-heure de jeu n'était pas atteinte. Après un duel avec Mothiba, Alakouch retombait mal et se plaignait lui aussi du genou droit (25e). Thioub le remplaçait, Ripart reculait au poste d'arrière droit.

Peut-être ces changements ont-ils déstabilisé les plans de Bernard Blaquart, mais ses joueurs n'arrivaient à déséquilibrer le bloc alsacien. Une formation très bien huilée avec un dispositif à cinq défenseurs où les Crocos se cassaient souvent les dents. En phase défensive, les problèmes se posaient sur le marquage à l'image de Maouassa qui hésitait entre suivre Lala ou Goncalves. Conscients qu'ils ne maîtrisaient pas leur sujet, les Rouge retrouvaient néanmoins des couleurs juste avant la pause. Au bout des cinq minutes de temps additionnel, après un centre de Maouassa et un tacle de Valls, Alioui, en pivot, avait la balle d'égalisation mais le Marocain butait sur un excellent Sels. Derrière, Carole sauvait les Alsaciens devant Ripart.

On attendait forcément une réaction en deuxième période. C'est l'inverse qui se produisait. Comme en première période, les locaux encaissaient un but dès l'entame. Après une perte de Bouanga, la flèche Da Costa menait le contre sur la gauche, réalisait un petit pont sur Ferri et aspirait cinq joueurs nîmois pour décaler parfaitement Fofana qui ajustait Bernardoni du plat du pied (0-2, 53e). Alors qu'ils étaient dépassés, on a crû que les Nîmois allaient boire le calice jusqu'à la lie lorsque Goncalves marquait le troisième but du Racing (63e). Après après avoir fait appel à l'assistance vidéo, M. Delerue refusait logiquement la réalisation de l'Alsacien, à cause d'une faute sur Maouassa au début de l'action.

 

Cela offrait une opportunité sur coup franc à Savanier, qui trouvait encore Lybohy dans la surface. Cette fois-ci le défenseur de 35 ans réalisait un superbe geste du plat du pied gauche pour réduire le score (1-2, 66e). En deux minutes, on est passé d'un potentiel 3-0 pour Strasbourg à 2-1. Un retour inespéré qui réveillait les Costières. Les Crocos poussaient ensuite pour aller chercher l'égalisation. À l'image de Thioub qui essayait en force sur le côté droit mais sans succès. Alors que la défaite se profilait, les Crocos bénéficient d'un penalty à la 91e après une main grossière de Koné sur un corner flottant. C'est Savanier qui le transformait et permetait aux Nîmois de prendre un point inespéré. Les Crocos reviennent de loin, menés 2-0 à l'heure de jeu, mais on commence à avoir l'habitude avec cette équipe. Avec 37 points, la certitude du maintien n'est plus très loin. Pourquoi ne pas atteindre la barre des 40 points à Saint-Étienne dans 15 jours ? Corentin Corger

29e journée de Ligue 1. Stade des Costières. Nîmes Olympique - Strasbourg 2-2 (mi-temps : 0-1). Spectateurs : 13 114. Arbitre : Amaury Delerue. Buts à Nîmes : Lybohy (66e), Savanier (90+2e). Buts à Strasbourg : Mothiba (9e), Fofana (53e). Avertissements à Nîmes : Bouanga (55e), Valls (59e), Ripart (68e), Savanier (86e) . Avertissements à Strasbourg : Da Costa (14e), Carole (46e), Prcic (49e), Mothiba (87e), Koné (90e). 

 Nîmes : Bernardoni – Alakouch (Thioub, 25e), Briançon (cap.), Landre (Lybohy, 7e), Maouassa - Ferri, Savanier, Valls (Bozok, 67e) - Bouanga, Alioui, Ripart. Entraîneur : Bernard Blaquart. Remplaçants non utilisés : Valette, Paquiez, Bobichon, Guillaume.

 

Strasbourg : Sels - Lala, Mitrovic, Koné, Martinez, Carole (Liénard, 76e) - Prcic, Goncalves, Fofana - Mothiba, Da Costa (Zohi, 85e). Entraîneur : Thierry Laurey. Remplaçants non utilisés : Kamara, Aaneba, Corgnet, Thomasson, Ajorque. 

Bernard Blaquart (entraîneur de Nîmes) : « La soirée était mal embarquée. Le scénario est fou, heureux pour Nîmes, un peu difficile à avaler pour Strasbourg, mais c'est un résultat mérité. Ne pas avoir perdu ce match, c'est bien. D'un possible 0-3 annulé par la VAR, on se retrouve à 1-2. Strasbourg a peut-être eu un moment de déconcentration. Ce match nul engagé, mais correct (2-2) nous rapproche un peu plus de notre maintien. On avance. Ce soir, on marque sur deux coups de pied arrêtés, mais actuellement nos attaquants doutent. »

 

Thierry Laurey (entraîneur de Strasbourg) : « C'est rageant ce match nul, même si l'on n'a pas eu des tonnes d'occasions. Le contenu m'a satisfait jusqu'à la 90e. Je n'ai rien à reprocher aux garçons. On a bien défendu, on était bien calés et puis au lieu d'enfoncer le clou, Nîmes nous met en difficulté. On pensait qu'à 3-0 c'était fini avant que la VAR n'annule la réalisation d'Anthony (Gonçalves). Et Nîmes est revenu aussitôt dans le match à 2-1. C'est rageant parce que l'on était bien en place. On n'était pas en danger. On poussait Nîmes à faire des fautes techniques. On n'avait pas été lumineux, mais on avait été efficaces. Ce soir, on encaisse deux buts sur coups de pied arrêtés largement évitables. C'est dommage. »

RECHERCHE ARTICLE OU PERSONNALITE

"S'il n'y avait que des équipes comme Nîmes Olympique en Ligue 1, on s'emmerderait moins"     (Pierre Ménès - Canal Plus)

clic sur les photos pour agrandir

Stanislas Golinski
Stanislas Golinski
Stanilas Golinski quand il avait 80 ans, toujours fidèle à Nîmes
Stanilas Golinski quand il avait 80 ans, toujours fidèle à Nîmes