Alors que Nîmes menait encore 2-1 à la 88e minute, Lyon a retourné la situation grâce à Cornet et N'dombele. Une défaite qui gâche en partie la fête et fait reculer Nîmes de la 7e à la 9e place de la Ligue 1. Un rang final malgré tout honorable pour le promu. 

"Merci", inscrit sur une banderole, accompagné des portraits de tous les joueurs. Tel était le tifo déployé par les Gladiators au moment de l'entrée des joueurs. Un simple mot que nos Nîmois ont mérité. Et même si la mission était largement accomplie, les Crocos voulaient terminer en croquant une dernière bête, sans doute la plus féroce, le lion. C'est d'ailleurs les visiteurs qui rugissaient en premier dans cette partie. Après un coup franc de Savanier, capté par Gorgelin. Lyon procédait en contre-attaque. Lancé par Dembélé sur la gauche, Depay centrait aux six mètres. Maoussa se déchirait, mais pas Cornet qui croisait de l'intérieur pied gauche et marquait avec l'aide du poteau (0-1, 6e).

Ce premier quart d'heure était une histoire de coup franc avec comme toujours Savanier aux manettes. Sa deuxième tentative parfaitement brossée était repris de la tête par Briançon qui voyait Gorgelin s'interposer devant sa lucarne (9e). Le troisième était le bon pour le métronome nîmois. Le ballon était prolongé au second poteau par un Lyonnais puis rabattu par Miguel qui offrait une passe décisive à Ripart (1-1,11e). Le maestro des Costières concluait à bout portant et entrait dans l'histoire en prenant la tête du classement des meilleurs marqueurs nîmois dans l'antre des Rouge. Sa cinquième réalisation sur les six dernières journées du championnat.

Un but que le public a patienté près de trois minutes avant de pouvoir savourer en attendant le verdict de l'assistance vidéo. Cette égalisation immédiate a lancé la rencontre des Crocos, qui prenaient davantage le contrôle du jeu. Bouanga jouait de sa vitesse sur la gauche pour prendre le dessus sur Dubois et tirait du gauche. Le ballon venait mourir près du montant droit (21e). Dans la foulée, Bernardoni se mettait aussi en évidence, en repoussant sur sa ligne une reprise piquée de la tête par Marcelo (22e). Les supporters avaient de la chance car les joueurs n'étaient pas encore en vacances. Le match était vif et animé.

Savanier décalait Thioub sur la droite qui rentrait sur son pied gauche et voyait son tir détourné par Morel. Mais derrière Savanier, avait suivi, contrôlait et expédiait, du gauche, le ballon sur la barre transversale de Gorgelin (27e). Le jeu était décousu comme si on se trouvait en fin de partie. Mais l'occasion de Dembélé qui ratait de peu le cadre rappelait aux Nîmois de revenir défendre. Mais encore une fois leur abnégation offensive était récompensée, juste avant la pause.

Après le maestro, place à l'empereur Antonin ! Sur un corner, Savanier exécutait une combinaison parfaite en servant Bobichon qui reprenait au ras du poteau et trompait le portier rhodanien (2-1, 45e +2). Avec cette 13e passe décisive de la saison, le meilleur passeur de la Ligue 1 prenait de l'avance sur le duel à distance qui l'oppose avec Di Maria et Pépé pour recevoir son trophée après la rencontre.

Nîmes rentrait aux vestiaires en tête, sous les yeux de Benoît Poulain. L'emblématique capitaine des Crocos (2006-2014) est en fin de contrat avec le FC Bruges. Pourquoi pas envisager, à 31 ans, un retour dans son club formateur ? Le second acte débutait sur les bases. Thioub enchaînait les courses à grande enjambées. Il alertait Gorgelin qui captait en deux temps.

Les débats étaient ensuite équilibrés. Les occasions se faisaient plus rares mais le pied droit magique de Savanier, sur corner, obligeait à plusieurs reprises Gorgelin à claquer le cuir devant sa ligne. À l'approche du dernier quart d'heure c'est le rouge qui prédominait mais Bouanga voyait sa tentative du droit contrée.

Hormis les occasions, c'est le jeu proposé par le promu qui régalait les 14 986 privilégiés de cette ultime soirée. Le coup de grâce était à la portée du pied de Thioub mais il réglait mal la mire et le ballon était trop croisé (79e). Le Sénégalais cédait sa place à Guillaume, sous l'ovation des supporters. Bouanga avait aussi la possibilité de breaker mais son tir enroulé était trop écrasé (83e).

Alors que l'on pensait qu'un huitième match sans défaite à domicile se profilait, Lyon venait gâcher la fête dans les derniers instants de la rencontre. Cornet trompait Bernardoni d'un tir lointain (2-2, 89e) puis derrière Ndombele venait reprendre un centre de Dubois (2-3, 90e). Deux buts encaissés en deux minutes qui jetaient un froid sur les Costières. Le plaisir n'était pas gâché pour les Gladiators qui tiraient leur feu d'artifice avant d'assister à celui lancé au milieu de la pelouse. Malgré ce cruel scénario, Nîmes termine cette saison à la 9e place de Ligue 1. Et quand on voit encore le jeu proposé ce soir. On a une qu'une seule chose à dire : Merci !

 

Corentin Corger

38e journée de Ligue 1. Stade des Costières : 14 986. NÎMES OLYMPIQUE – OLYMPIQUE LYONNAIS 2-3 (mi-temps : 2-1). Arbitre : M. Letexier. Buts pour Nîmes : Ripart (11e), Bobichon (45e+2). But pour Lyon : Cornet (6e, 89e, N'dombele (90e). Avertissements à Nîmes : Paquiez (61e). Avertissements à Lyon : Traoré (90e+4).

NÎMES : Bernardoni – Paquiez, Briançon (cap.), Miguel, Maouassa – Ferri, Savanier, Bobichon – Bouanga, Ripart, Thioub (Guillaume, 80e). Remplaçants non utilisés : Valette, Harek, Valdivia, Valls, Alioui, Bozok. Entraîneur : Bernard Blaquart.

 

LYON : Gorgelin - Dubois, Marcelo, Morel (cap.), Mendy - Ndombele, Aouar - Cornet, Depay, Terrier (Traoré, 74e) - Dembélé (Tousart, 85e). Remplaçants non utilisés : Racioppi, Marcal, Solet, Diop,Y. Fekir. Entraîneur : Bruno Genesio.

Bernard Blaquart : « Il n'a manqué que le succès. On a eu les occasions pour se mettre à l'abri mais on n'a pas su mettre notre troisième but. Après, sur la fin, il y a de la fatigue. On perd mais cela a été une saison inattendue et magnifique au regard de nos petits moyens. On a découvert la Ligue 1. On a progressé. On a appris, croqué tout cela à pleines dents toute la saison. Chapeau ! On aimerait voir grandir le club encore plus vite. Ce soir, il y avait encore un match à jouer. On n'était pas encore en congés, malheureusement la fête est un peu ternie par ce revers en fin de match. »

 

Bruno Genesio (entraîneur de Lyon) : «Je suis fier et heureux. J'avais demandé aux joueurs de bien terminer la saison. Ils l'ont fait. C'est la fin d'une histoire et il fallait qu'elle soit belle. C'est un succès parce que l'on n'a rien lâché, même s'il n'y avait pas d'enjeu dans ce match. C'est le succès d'un groupe de qualité, même si l'on a mal géré des situations de contre. Ce match est un peu à l'image de notre saison. C'est même le résumé parfait de notre saison, avec une bonne entame avant de connaître une période plus difficile jusqu'à la pause et finalement de l'emporter sur la fin.»

CLIC POUR AGRANDIR

Le Préfet du Gard vient de prendre un arrêté en date du 20 mai 2019 portant restriction de la liberté d’aller et venir des supporters de l’Olympique lyonnais et encadrant leur déplacement à l’occasion de la 38ème journée du championnat de France de football opposant le Nîmes Olympique à l’Olympique Lyonnais ce vendredi 24 mai 2019.

"Est interdit à toute personne se prévalant de la qualité de supporter de l’Olympique Lyonnais ou se comportant comme tel, du vendredi 24 mai 2019 à compter de 12h00 jusqu’au samedi 25 mai 2019 à 08h00, de circuler ou de stationner sur la voie publique dans un périmètre délimité par les rues suivantes :

  • au Nord : Quais de la Fontaine / boulevard Gambetta
  • à l'Est : rue Séguier / rue des jardins / rue de Bouillargues / boulevard Salvador Allende / route de St Gilles
  • au Sud : péage Nîmes centre sur l'A54 / autoroute A54 / péage Nîmes Ouest sur l'A9
  • à l'Ouest : chemin du mas de Deveze / chemin du cimetière / D540 (avenue Georges Dayan) / avenue Jean Jaures / rue de Verdun / avenu Georges Pompidou)

Une exception aux dispositions est prévue : le déplacement des supporters de l’Olympique Lyonnais organisé, sous la responsabilité de l’Olympique Lyonnais en bus et minibus, qui devront se rassembler au point de rendez-vous défini et communiqué préalablement au club par la préfecture du Gard, afin d’être escortés par les motards de l’escadron départemental de sécurité routière (EDSR) de la Gendarmerie Nationale jusqu’au stade des Costières. L’accès au parking visiteurs sera filtré par des stadiers de l’Olympique Lyonnais."

MATHIEU MICHEL  A LA BASTIDE POUR ENCOURAGER NOS JOUEURS AVENT LE MATCH DE LYON

RECHERCHE ARTICLE OU PERSONNALITE

"S'il n'y avait que des équipes comme Nîmes Olympique en Ligue 1, on s'emmerderait moins"     (Pierre Ménès - Canal Plus)

clic sur les photos pour agrandir

Stanislas Golinski
Stanislas Golinski
Stanilas Golinski quand il avait 80 ans, toujours fidèle à Nîmes
Stanilas Golinski quand il avait 80 ans, toujours fidèle à Nîmes