Le Mans FC dans un marigot au pays des « crocos »


Jean-Eudes Maurice va avoir une bonne carte à jouer, ce soir, à Nîmes, dans le rôle difficile d'atttaquant de points isolé... Franck Dubray
Jean-Eudes Maurice va avoir une bonne carte à jouer, ce soir, à Nîmes, dans le rôle difficile d'atttaquant de points isolé...© Franck Dubray

Ligue 2. Nîmes - Le Mans à 18 h 45. Un traquenard, un piège, appelez cela comme vous voulez, mais les Manceaux sont attendus de pied ferme, à Nîmes...
Le contexte

Il est particulier parce que les deux adversaires n'ont pas joué depuis deux semaines. Trêve internationale oblige...

Mais si Nîmes en a profité pour récupérer des blessés, Le Mans, au contraire, a vu son infirmerie se remplir. À domicile, les Gardois ne sont pas particulièrement efficaces. En quatre matches, ils ont pris quatre points seulement pour une victoire devant Guingamp et un nul devant Nantes. À l'extérieur, les Manceaux ont pris quatre points en cinq déplacements : 3 à Caen, 1 à Lens, lors de la journée d'ouverture.

Les enjeux

Ils sont très élevés parce que les positions au championnat sont très resserrées. Les Sarthois pointent au 7e rang ; les Nîmois au 19e. Mais quatre points d'écart seulement les séparent.

C'est dire l'importance que revêt la victoire pour les « Crocos ». Avec trois points de plus, ils se rapprocheraient de la première partie du tableau... et de leurs adversaires du jour. Pour les Manceaux, même un nul constituerait une bonne performance... et leur permettrait de garder à distance raisonnable leurs adversaires du jour. Dans l'optique du maintien, ce serait un bon résultat.

Les effectifs

Victor Zwunka a profité de cette trêve pour récupérer Vincent Gragnic et Aurélien Boche qui effectuera son grand retour après deux mois et demi d'absence due à une blessure au genou gauche. En revanche, Mathieu Robail, auteur du deuxième but face à Guingamp, soigne une petite déchirure aux ischio-jambiers, il est forfait. Tout comme Carlier, Baldé, et Banyahia. Sidibé est suspendu, tout comme Niflore.

Côté manceau, l'effectif est décimé avec les suspensions de Koné et d'Adenon et les blessures des attaquants Sylla, Momi et Cissé. Jean-Eudes Maurice devrait donc être titularisé à la pointe de l'attaque.

Les avis des coaches

Victor Zwunka (entraîneur de Nîmes) : « C'est un match important pour nous. Nous avons besoin des trois points de la victoire pour nous repositionner. Notre but est le maintien. Cela passe par des victoires à domicile. »

Denis Zanko (entraîneur du Mans) : « Nîmes a une équipe plutôt imprévisible puisqu'elle a obtenu ses meilleurs résultats à l'extérieur. Les Nîmois sont allés s'imposer à Sedan et Laval. Ils ont aussi à résister à Tours... dans le temps réglementaire avant de prendre un but dans le temps additionnel. Ce qui n'est jamais évident. Chez eux, en revanche, ils peinent davantage. Mais c'est surtout leur défaite devant le Gazélec d'Ajaccio qui leur a fait mal. Quoi qu'il en soit, je m'attends à un match compliqué. Je connais bien Victor. J'ai même joué avec lui à Laval. Et il était entraîneur du Stade lavallois quand je m'occupais du centre de formation. C'est un compétiteur, un meneur d'hommes. Il va motiver ses troupes. Mais nous aussi, nous serons motivés ! »

Pronostic

Vraiment pas facile d'y voir clair après quinze jours de trêve... et dans un championnat aussi bizarre. On peut s'attendre à tout. À une victoire éclatante des locaux s'ils ouvrent rapidement la marque et si tout leur sourit dans le premier quart d'heure. À un succès des visiteurs si le score de départ et le temps jouent pour eux. Ou à un triste 0-0 si les défenseurs prennent le pas sur les attaquants...

 

Jacques HÉBERT.  Ouest-France  

 

Les réactions :


Aurélien Boche en conférence de presse

Alain Ravera (Entraîneur du Mans) : « On a fait trop de cadeaux. A la mi-temps, je pensais que mes joueurs avaient retenu la leçon. Mais non. A l’extérieur, on devrait être soudé et quand tu commets autant d’erreurs individuelles, ce n’est pas possible. On a donné le bâton pour se faire battre. Je suis très en colère même si je ne le montre pas ».

Victor Zvunka : « Ce soir, ça peut se décider d’un côté comme de l’autre. Il nous fallait absolument une victoire pour nous sortir de la zone dangereuse. C’est la confirmation qu’on a des possibilités, qu’on a le mental. Et puis, quand on a un Koné comme ça, c’est beaucoup plus facile. On avait besoin d’un attaquant qui marque des buts. Ce soir, Koné pouvait en mettre quatre. Il en met deux. 50% de réussite, c’est déjà pas mal ».

Aurélien Boche : « Cette victoire est un peu tirée par les cheveux. Ces trois points étaient très important. On essaie de se mettre en confiance. Ce soir, le match a tourné en notre faveur. Sur un plan personnel, c’est une rentrée avec une victoire mais je laisserai au coach le soin d’analyser ma performance. Maintenant, on va essayer d’enchaîner les bons résultats ».

Seydou Koné : « Je suis un finisseur. J’ai eu des ballons, je les ai mis au fond. Si je n’ai pas les ballons, je ne peux pas marquer. Ce soir, j’ai la haine et la confiance. Je suis toujours en confiance. Je ne doute jamais de moi parce que je sais de quoi je suis capable ».

Nicolas Benezet : « On a été combatif et ça a payé. On termine avec trois points devant notre public. C’est bien ! J’étais vraiment heureux quand l’arbitre a sifflé la fin de la rencontre. Il y aura un peu plus de joie cette semaine à l’entraînement. Maintenant, il nous reste à aller chercher quelque chose au Havre ».

Tony Duret

tony.duret@objectifgard.com

 

Mustapha Bettache
Mustapha Bettache
Bernard Rahis (à droite)
Bernard Rahis (à droite)
Joseph Ujlaki
Joseph Ujlaki
Hassan Akesbi, Dominqiue Colonna (légendaire gardien de Reims) et Paul Calabro (Président du N.O.)
Hassan Akesbi, Dominqiue Colonna (légendaire gardien de Reims) et Paul Calabro (Président du N.O.)
Stanislas Golinski
Stanislas Golinski
Stanilas Golinski quand il avait 80 ans, toujours fidèle à Nîmes
Stanilas Golinski quand il avait 80 ans, toujours fidèle à Nîmes
Stephan Dakowski
Stephan Dakowski