Fermé par Rani Assaf, le centre de formation nîmois doit faire face à une importante vague de départs dans ses équipes de jeunes. Parmi eux, Jessy Breslau et Tom Negrel ont rejoint le LOSC. Portrait de ces deux jeunes pétris de talents. 

Olivier Létang ne l’a jamais caché. Depuis qu’il est arrivé au LOSC, l’un de ses principaux axes de travail concerne le centre de formation lillois et la promotion de joueurs issus des équipes de jeunes. Outre l’écrémage important effectué pour réduire le nombre de contrats pro et donc de joueurs en équipe réserve, la cellule de recrutement lilloise s’active également pour renforcer les équipes réserve et U19. Premiers venus : les Nîmois Jessy Breslau et Tom Negrel, deux jeunes qui joueront, dans un premier temps avec l’équipe réserve des Dogues. Suite à l’annonce de la fermeture du centre de formation par Rani Assaf, propriétaire des Crocos, le LOSC s’est empressé de faire ses emplettes dans les équipes de jeunes du Nîmes Olympiques. Focus sur ces deux joueurs plein de talent.

Jessy Breslau, le « Coman » nîmois

Jeune français né le 6 août 2003, Jessy Breslau a débuté à l’US Robert puis à l’académie des sportifs2coeur avant de parfaire sa formation à Nîmes. Il évolue au poste de milieu offensif, sur les ailes. « Il peut aussi bien jouer à droite qu’à gauche. C’est un ailier très percutant » nous confie Charly Sablier, éducateur au sein du centre de formation nîmois. Ses points forts ? Sa technique et sa vitesse, qui peuvent faire la différence : « Il est doté d’une très bonne technique. Couplée à ses qualités de vitesse, il développe une très bonne capacité d’élimination en un contre un. Je pense que l’on peut comparer son style de jeu à celui de Kingsley Coman ». Toutefois, malgré un poste offensif, Breslau n’a pas encore d’excellentes statistiques. Il s’agit là de son principal point d’amélioration. A Lille, il devrait dans un premier temps évoluer avec l’équipe réserve, avant d’espérer pouvoir monter les échelons dans le Nord de la France et pourquoi pas, un jour, intégrer l’équipe première.

Tom Negrel, un gardien qui a tout d’un grand

International français U18, Tom Negrel est un jeune gardien originaire de Nîmes. Avant d’intégrer le centre de formation du NO en 2019, Negrel a commencé le football en 2011 en jouant dans le club amateur de l’AS Montchat-Lyon. Le 11 de Nîmes, compte Twitter spécialisé dans l’actualité sur le Nîmes Olympique, précise qu’il était certainement « l’un des plus gros espoirs de sa génération au poste, y compris en Equipe de France ». Issue de la génération 2003, Negrel possède un physique imposant, du haut de son mètre 92. « Il est imposant grâce à sa grande taille. Ça lui permet d’avoir beaucoup d’aisance sur les ballons aériens » précise Charly Sablier. « En plus d’être bon sur sa ligne, son jeu au pied n’est pas mauvais. Son point faible est, je pense, sa capacité à gérer les ballons en profondeur car il est un peu lent ». Negrel a du faire face à une forte concurrence au sein du centre de formation du Nîmes Olympique. Sa venue au LOSC permet à la réserve de retrouver un gardien numéro un, suite au départ de Lucas Lavallée vers l’équipe U19 du PSG.

Le LOSC semble avoir effectué une belle affaire en signant Jessy Breslau et Tom Negrel gratuitement. Charly Sablier ajoute « J’ai eu l’occasion de les voir régulièrement jouer et, ça n’engage que moi, mais je pense qu’on peut considérer qu’ils faisaient parti des meilleurs espoirs du centre de formation à Nîmes ». En espérant une confirmation dans les prochaines années au sein de l’équipe professionnelle lilloise.  https://www.lepetitlillois.com/

En cette intersaison, l'Association du Nîmes Olympique a réuni ses membres, partenaires et sympathisants à l'occasion d'une soirée. L'opportunité pour elle de revenir sur les difficiles semaines écoulées mais aussi de se projeter sur son avenir.

La prise de parole fut courte mais volontariste. Après des semaines très agitées passées à défendre - en vain - l'agrément du centre de formation, le président de l'Association du Nîmes Olympique, Yannick Liron, a souhaité inviter ses membres, partenaires et sympathisants à une soirée conviviale. De quoi lui permettre de (re)mobiliser les troupes malgré l'échec des négociations avec Rani Assaf et une issue qu'il juge "perdant-perdant".

"L'agrément pour cette année, c'est mort, a-t-il reconnu. Mais je suis malgré tout optimiste pour l'avenir car nous avons une équipe de bénévoles toujours très investis qui ne lâchera rien. L'objectif maintenant, c'est d'avoir une préformation solide, car c'est avec elle que l'on pourra le mieux rebondir lorsqu'on retrouvera un centre agréé."

Des paroles aux actes, il n'y a qu'un pas. Et l'Association s'est entourée de deux nouveaux dirigeants pour encadrer au mieux les catégories de jeunes. Dès la saison prochaine, l'expérimenté Marc Collat rejoindra l'entité en tant que coordinateur de la préformation. L'ancien joueur du Nîmes Olympique, Adil Hermarch assistera quant à lui Grégory Meilhac auprès des U15. Ces deux renforts doivent aussi permettre à l'Association d'atteindre deux des objectifs qu'elle s'est fixée : se rapprocher des clubs des quartiers de la ville et œuvrer pour l'intégration d'une section féminine.

Présent à la soirée, Emmanuel Carrière, le conseiller municipal nîmois délégué aux sports scolaires, universitaires et dans les quartiers a souhaité apporter son soutien aux bénévoles. "Il faut absolument que l'Association continue à exister sinon le club pourra mettre la clé sous la porte", a-t-il notamment déclaré.

Le conseiller départemental Christian Bastid, sur place lui aussi, en est convaincu : "Le combat n'est pas terminé. Le Nîmes Olympique c'est aussi la formation et le Département ne lâchera pas l'Association." De quoi galvaniser Yannick Liron et ses troupes en vue de la prochaine saison.

Boris Boutet  02/07/2021

2014 est mon arrivée en tant que joueur au Nîmes Olympique… Deux années éprouvantes mais finalement exceptionnelles finalisées par un maintien historique acquis après -8 pts de pénalités au début du championnat. Une aventure humaine formidable qui restera à jamais gravé dans ma mémoire.

Après plus de 6 ans passés au sein du club en tant que joueur puis entraîneur au centre du formation, il est temps pour moi de vous dire au revoir.

Aujourd’hui marque la fin de mon aventure dans ce magnifique club qui m’a tant fait confiance et permis d’évoluer dans ma jeune carrière d’entraîneur.

Je tiens à remercier le Président Rani Assaf, l’ancien Président Christian Perdrier ainsi que l’ancien Directeur Sportif Laurent Boissier, le staff et les entraîneurs Bernard Blaquart, Jérôme Arpinon et également l’ancien directeur du CDF Christian Matiello de même que les directeurs actuels Christophe Chaintreuil, Reda Hammache et bien sûr les entraîneurs du CDF qui sont devenus des amis, mon adjoint, mon dirigeant et sans oublier le responsable de la préformation Thierry Lorenzo et tous les éducateurs et joueurs du club, mes ex-coéquipiers, les bénévoles, les employés et toutes les personnes que j’ai pu côtoyer.

Après ces nombreuses années où il y a eu des merveilleux moments mais aussi des moins bons, c’est le moment de remercier particulièrement tous mes joueurs, les jeunes Crocos que j’ai pu former, éduquer et entraîner en prenant énormément de plaisir chaque jour. Malgré la crise sanitaire, j’ai passé une merveilleuse saison à vos côtés. Un groupe de joueurs U19 au top ! On reste malgré tout la seule équipe invaincue en championnat avec Monaco mes jeunes Crocos 😉

Je ne retiendrai que les souvenirs exceptionnels vécus dans ce club, au centre de formation, dans ce stade des Costières, au bord des terrains, qui ne se comptent même plus tellement ils sont nombreux.

Je vous remercie encore Christophe Chaintreuil et Reda Hammache pour votre confiance en m’ayant permis de prendre en charge les U19 Nationaux en tant qu’entraîneur principal. Merci sincèrement Reda pour ton souhait de me voir continuer au Nîmes Olympique en me proposant la charge de l’équipe réserve (N3) du club pour la nouvelle saison 2021/2022. Malheureusement, tout n’était pas réuni à mes yeux pour accepter cette proposition mais je te suis grandement reconnaissant.

Je ne pouvais finir ce texte sans remercier tous les supporters nîmois, les amoureux du Nîmes Olympique qui font grandement partie de ce club et qui m’ont soutenu à chaque instant dans les bons comme dans les moments difficiles. Je n’oublierai jamais votre amour et votre reconnaissance envers moi. J’ai été fier d’avoir porté et mouillé ce maillot rouge qui est si cher à vos yeux.

N’oubliez jamais qu’un club de football n’est rien sans ses supporters   Toifilou MAOULIDA

CLIC SUR CERTAINES PHOTOS POUR LES AGRANDIR

RECHERCHE ARTICLE OU PERSONNALITE

Stanislas Golinski
Stanislas Golinski
Stanilas Golinski quand il avait 80 ans, toujours fidèle à Nîmes
Stanilas Golinski quand il avait 80 ans, toujours fidèle à Nîmes