LE PRESIDENT DE CAEN A TOUJOURS LA HAINE :

« Je n’ai jamais eu de contentieux avec Nîmes, mais j’ai une pensée très sympathique pour mes collègues du Conseil d’administration de la LFP qui n’hésitent pas à prendre des décisions en dehors des règlements. Et je pense que la fin du match de ce soir devrait les interroger. Je me limite à ça… je suis détendu et décontracté. Mais je vais donner mes sentiments dans quelques jours et ça chauffer, car j’en ai trop entendu. J’ai été qualifié de mauvais joueur, mais je voulais juste l’application des règlements. Je suis convaincu que demain ou après-demain, beaucoup de commandants de bord vont refuser d’atterrir ou des autocaristes de rouler et là on verra.. », a lancé Jean-François Fortin, qui digère visiblement mal le choix de ses collègues.

 

 

Les réactions :

Patrice Garande (entraîneur de Caen, accompagné de tout son staff et d'Alain Cavéglia, le directeur sportif, à qui il a tenu à rendre hommage) : « Cela a été une saison longue, pénible, difficile, et c'est une récompense mille fois méritée, les joueurs n'ont jamais triché et ont été fantastiques ! Ce match, on l'a joué pour le gagner en première mi-temps, et à la mi-temps mon discours n'était pas de jouer à 11 derrière ! Mais il faut comprendre le stress des joueurs, leur état de fatigue, et le fait qu'un nul nous suffisait pour monter en L1. Le discours, cela a toujours été de dire qu'on avait confiance en les joueurs, ils avaient besoin d'être rassurés, on s'est parlé et on a exprimé des choses lors de la mise au vert. Le groupe a changé depuis la trêve à tous les niveaux, on a senti qu'un groupe soudé et solidaire se formait. Dans l'histoire du club, c'était très important de remonter cette année : ce club est à la croisée des chemin et c'est maintenant qu'il faut faire des choses. Le président a un projet sur 4 ans qui vise à redonner une identité forte au club, améliorer ses structures aussi. Je suis heureux, et surtout fier des joueurs, de tout ce qu'ils ont réalisé après les étapes par lesquelles on est passé. »

Jean-François Fortin (président de Caen) : « C'est une belle soirée, le Stade Malherbe a rempli l'objectif fixé en début de saison. Ce qui m'a un peu chagriné, c'est la réaction du public en fin de match, alors que la façon de jouer de Caen et Nîmes était très professionnel à ce moment-là, parce qu'il ne fallait pas prendre de but et qu'un match nul suffisait aux deux équipes pour atteindre leurs objectifs. J'ai une pensée très sympathique pour mes collègues du conseil d'administration de la ligue, qui font en sorte de ne pas faire respecter leurs propres règlements, et la finalité de ce match les fera peut-être réfléchir... Je suis un légaliste, et à l'avenir ils risquent de rencontrer d'autres cas de force majeure. Je vais aller pouvoir faire un dernier match détendu, ça me va bien pour une fois, et sur un plan personnel, je me donne quelques jours pour décider de mon avenir, mais je ne suis pas sûr de rester pour des raisons personnelles. »

Mathieu Duhamel (attaquant de Caen) : « C'est un moment exceptionnel dans une carrière, je joue au foot pour ça, après une saison difficile où on est passé par tous les états. Il y a eu une prise de conscience de tout le monde, on a commis des erreurs en première partie de saison et on s'en est servi. Peu de gens croyaient en nous il y a encore quelques semaines, à part nous. On a montré beaucoup de caractère, qu'on était un groupe soudé, et ce qu'on a vécu, quel que soit mon avenir, je m'en souviendrai toute ma vie. J'ai reçu des propositions depuis un certain temps, après mon souhait premier c'est de rester ici, parce que je m'y sens très bien. Je suis un affectif et ici on a vécu un truc de fou avec un groupe génial. C'est une saison accompli aussi bien sûr à titre personnel, forcément, avec 23 buts marqués et probablement un titre de meilleur buteur dy championnat. »

Xavier Gravelaine (futur directeur général de Caen, au micro de beIN sports) : « Les joueurs sont cuits psychologiquement. C'est la récompense du boulot du staff et d'Alain Caveglia. Ici, il n'y a pas d'euphorie et beaucoup d'humilité. On va se faire plaisir ce soir et vendredi avant de se remettre au travail rapidement. »

René Marsiglia (l'entraîneur de Nîmes) : « Il y a de la joie mais elle est mesurée. Je la laisse intérieure. Ce maintien, c'est beaucoup d'humilité. Il ya des collègues qui sont en difficulté, dans la souffrance et je pense à eux. J'au aussi une grande pensée pour la personne qui m'a fait confiance pour l'objectif de maintien : Jean-Louis Gazeau. A un moment, cette saison, on n'y croyait plus trop. On a eu un gros trou mais on a dessiné un avenir plus serein sur la fin de saison. Le groupe n'a pas lâché. C'est la satifaction d'un coach mais aussi de tout un staff. »

 

LE REGLEMENT DE LA DISCORDE
LE REGLEMENT DE LA DISCORDE
CAEN NE DEVRAIT PAS FAIRE APPEL
CAEN NE DEVRAIT PAS FAIRE APPEL

Football : l'affaire du match Caen/Nîmes examinée lundi 28 avril devant le CNOSF

Le CNOSF entendra les différentes parties lundi 28 avril à 14 heures dans l'affaire du match Caen/Nîmes. Après les auditions, il rendra un avis consultatif qui sera normalement suivi par la Ligue de football professionnel.
 
 

Réaction de J. L. Gazeau après le verdict de Caen Nîmes

Suite à l’ajournement de la rencontre Stade Malherbe Caen – Nimes Olympique comptant pour la 28e journée de Ligue 2, la Commission des Compétitions a convoqué les deux clubs pour sa séance du mercredi 26 mars 2014.

Après audition des représentants des deux clubs, la Commission des Compétitions a estimé que la responsabilité du Nîmes Olympique n'était pas engagée et a retenu le cas de force majeure conformément à l’article 550 des Règlements de la LFP. La Commission a donc décidé de faire jouer la rencontre. Le match est reprogrammé le mardi 15 avril à un horaire qui reste à déterminer.

 

 

Communiqué du SM Caen

Le jeudi 27 mars 2014

La Commission des Compétitions de la LFP a décidé de retenir le cas de force majeure pour Nîmes Olympique.

En conséquence, le Stade Malherbe Caen fera appel de cette décision.

 

 

OUEST FRANCE
OUEST FRANCE

                     Football / Ligue 2 : le match Caen-Nîmes sera joué

La décision vient de tomber : la LFP a décidé que le match Caen-Nîmes, ajourné vendredi 14 mars en raison de l'incapacité des Nîmois à être présent au coup d'envoi devait être joué dans les prochaines semaines.

 

 

L'Equipe
L'Equipe

La rencontre SM Caen – Nîmes Olympique, comptant pour la 28e journée de Ligue 2, a été ajournée par le délégué principal du match.

A 18h45, le délégué principal de la rencontre SM Caen – Nîmes Olympique a décidé de ne pas faire jouer le match comptant pour la 28e journée de Ligue 2 et programmé ce vendredi 14 mars à 20h. Parti dans l’après-midi, l’avion du Nîmes Olympique n’a pas atterri à l’aéroport de Caen et a été dérouté sur l’aéroport de Beauvais. En application de l’article 550 des règlements de la LFP, il appartient désormais à la Commission des Compétitions de la LFP de déterminer si le retard de l’équipe de Nîmes est la conséquence d’un cas de force majeur. Si le cas de force majeur est avéré, la rencontre sera reprogrammée à une date ultérieure par la Commission des Compétitions. Dans le cas contraire, le SM Caen sera déclaré vainqueur par forfait.

 COMMUNIQUE OFFICIEL DE LA LIGUE DE FOOTBALL

 

 

Mustapha Bettache
Mustapha Bettache
Bernard Rahis (à droite)
Bernard Rahis (à droite)
Joseph Ujlaki
Joseph Ujlaki
Hassan Akesbi, Dominqiue Colonna (légendaire gardien de Reims) et Paul Calabro (Président du N.O.)
Hassan Akesbi, Dominqiue Colonna (légendaire gardien de Reims) et Paul Calabro (Président du N.O.)
Stanislas Golinski
Stanislas Golinski
Stanilas Golinski quand il avait 80 ans, toujours fidèle à Nîmes
Stanilas Golinski quand il avait 80 ans, toujours fidèle à Nîmes
Stephan Dakowski
Stephan Dakowski