Bernard BLAQUART (Nîmes Olympique B, CFA2) : "On a déjà fait mieux que l’an dernier..."

Mal embarqués en début de saison, les Crocodilets de Bernard Blaquart ont renversé la tendance. Ils ont même l’occasion de pointer au deuxième rang du championnat. Une place de dauphin qui serait de très bon augure pour l’avenir, et que les Nîmois, quatrièmes, ont toujours l’opportunité d’atteindre.


Une belle saison des Crocodilets
Une belle saison des Crocodilets
 
 

Bernard Blaquart, cette deuxième place est l’objectif de cette fin de saison... 
On vise bien sûr la meilleure place possible. Si on peut terminer dans les trois premières, ce sera bien. La saison a démarré doucement, mais il y a deux raisons à notre rétablissement. Les jeunes ont énormément progressé et travaillé pour. Je pense par exemple à Régalon, Briançon et d’autres. Et puis les pros qui sont descendus de l’équipe une ont joué le jeu. 

On présume que l’ambition de la saison prochaine sera d’essayer de garder ce groupe... 
Au contraire, il va changer énormément. Il y aura ceux qui vont rejoindre le groupe pro, ceux qui ne passeront pas et ceux à qui on va encore donner une année. Tous les ans il y a des nouveaux et des départs. Il faut savoir combien de joueurs composeront le groupe pro. Si l’équipe va se maintenir en Ligue 2. Il y aura entre cinq à six U19 qui monteront et intégreront le CFA2.
 

"UNE IDÉE COMMUNE DE JEU..."

Bernard Blaquart est évidemment satisfait (Photo : Club)
Bernard Blaquart est évidemment satisfait (Photo : Club)
Quelles sont vos relations avec René Marsiglia, entraîneur des pros, arrivé au club en cours de saison ? 
Elles sont excellentes. On a des rapports au quotidien parce qu’il s’intéresse au travail des jeunes. C’est un formateur. Il ne s’immisce pas dans mon travail et c’est moi qu’il sollicite si besoin. Si ça veut dire qu’on verra de plus en plus de jeunes chez les pros dans le futur ? L’avenir passe déjà par le fait de savoir si l’équipe une se maintiendra ou pas. Ensuite, il faut avoir les jeunes pour. On peut avoir envie de les faire jouer en pro, mais encore faut-il qu’ils aient le niveau.
 

"UNE VOLONTÉ DE JOUER VERS L’AVANT ? OUI..."

A titre personnel, pour votre retour dans le Sud, quel bilan tirez-vous de cette première année nimoîse ? 
Cela a été un peu compliqué, parce que je découvrais un nouveau club. La manière de fonctionner était différente de ce que j’avais connu auparavant. Les U17 et les U19 se maintiennent facilement dans leurs divisions. On a déjà fait mieux que l’an dernier. On essaie de changer la manière de faire évoluer les joueurs. Ils montaient jusqu’à maintenant par groupe, en fonction de l’âge. On veut essayer de le faire davantage par rapport aux performances. Ensuite, on va essayer d’amener un plus avec une idée commune de jeu simple au sein du club, pour toutes les équipes. Cela concernera la récupération du ballon, son utilisation, l’état d’esprit, les entraînements. Une volonté de jouer vers l’avant ? Oui. 

Pour l’heure, Bernard Blaquart est donc décidé à poursuivre l’aventure... 
Dans le foot, on n’est jamais sûr de rien, mais je devrais être toujours le directeur du centre. 

Propos recueillis par Christopher Roux
 
http://www.foot30-48.fr/Bernard-BLAQUART-Nimes-Olympique-B-CFA2-%C2%A0-On-a-deja-fait-mieux-que-l-an-dernier_a2902.html
 
 

Bernard BLAQUART (Nîmes Olympique, CFA2) : "J'ai confiance en mon groupe..."

Actuel avant dernier de son groupe de CFA2, après sa défaite devant le leader Sète (0-1), le Nîmes Olympique a manqué son début de saison. Une place de relégable redoutée mais attendue par le coach Bernard Blaquart. Un entraîneur qui ne s'inquiète pas, croit en ses hommes et attend une réaction de leur part.


Bernard Blaquart a confiance en son groupe
Bernard Blaquart a confiance en son groupe
 
 

Bernard Blaquart, pourquoi votre équipe peine à décoller ? 
C'est plutôt l'inverse qui aurait été étonnant. On est à la place où l'on craignait d'être en début de saison. L'effectif a souffert la saison dernière. Beaucoup de choses ne vont pas, mais nous ne sommes pas largués. Quand il y avait une possibilité de ramener des points, on n'a pas su le faire. On a du mal à concrétiser mais je ne suis pas plus inquiet qu'il y a deux mois. 

Justement, avec seulement quatre buts inscrits en six matchs, c'est surtout offensivement que votre équipe pèche. Défensivement, malgré cette onzième place, vous possédez la sixième défense du championnat.. Que faire pour changer ce bilan ? 
Il faut travailler. On aurait pu faire mieux défensivement, en évitant certains buts. Après, on marque quatre buts dont deux sur penalties. Ce n'est pas beaucoup. C'est là principalement que le bas blesse. Comme contre Vaulx-en-Velin, où l'on a beaucoup d'occasions mais où l'on fait zéro à zéro. Je suis satisfait de l'investissement des joueurs, même si cela pourrait être mieux. Ils travaillent beaucoup. A un moment, il n'y a pas de raisons que cela ne paie pas. On a le talent mais pas la réussite. Il faut se rappeler que ce groupe est composé d'une partie des joueurs qui se sont maintenus par miracle en CFA2 l'an dernier. L'autre partie vient des anciens U19 qui se sont maintenus, eux aussi, par miracle (en U19 Nationaux, ndlr). Il n'y a pratiquement pas eu de recrues.
 

"LE PIRE SERAIT QU'ON SOIT DÉCROCHÉ..."

Une entame compliquée des Crocodilets
Une entame compliquée des Crocodilets
Allez-vous étoffer le groupe au mercato ? 
On n'est pas dans le monde professionnel. Je ne pense pas. Si on pouvait trouver un joueur, ce serait intéressant. Maintenant, il faut le trouver et voir s'il est possible de recruter. Mais j'ai confiance en mon groupe. Il faut que chacun ait l'ambition de faire mieux. Les joueurs veulent percer dans le foot mais s'ils sont avant-derniers de CFA2, ce n'est pas comme ça qu'ils le feront. 

La victoire paraît déjà capitale lors de votre prochaine rencontre face à Aubagne (6e). Est-ce votre avis ? 
Le pire serait qu'on soit décroché. Il ne faut pas l'être en attendant des jours meilleurs. La situation comptable n'est pas catastrophique. On a besoin de points, oui. Alors peu importe l'adversaire, on doit prendre des points. C'est la même chose contre Sète ou Aubagne. On n'a pas toujours fait des bons matchs mais on a pris des points, parfois c'était l'inverse. 

Propos recueillis par Christopher Roux
 

 

Bernard BLAQUART (Nîmes Olympique, CFA2) : "Nîmes a une histoire..."

Après avoir passé plus de vingt ans dans des clubs sudistes prestigieux à l'instar de Lunel ou Vergèze, Bernard Blaquart était parti vers d'autre cieux, à Grenoble, avant une escale à Tours. De retour depuis cet été dans le Gard, à Nîmes, le coach s'est laissé séduire par le projet des Crocodiles.


Bernard Blaquart est le nouvel homme fort du centre de formation
Bernard Blaquart est le nouvel homme fort du centre de formation
 
 

Bernard Blaquart, comment se passe ce retour dans le sud après les expériences vécues à Grenoble puis à Tours ? 
Bien. Je suis content de revenir après six années à Grenoble et trois à Tours. Je connais, je sais à quoi je peux m'attendre au niveau des bons et des mauvais côtés. Mais il ne faut pas s'arrêter à ça. 

Pourquoi avoir choisi de rejoindre les rangs du Nîmes Olympique, plutôt que de continuer à entraîner en Ligue 2 ? 
Il faut savoir que je suis un formateur. J'avais pris l'équipe de Ligue 2 à Tours parce qu'on me l'a demandé. Cette expérience en Ligue 2 a été très intéressante. Elle s'est bien passée en terme d'état d'esprit. J'avais pris le club à la dernière place pour finir dixième. Mais il y avait une grosse incertitude sur le club, qui était à deux doigts de déposer le bilan. Cela a été dur de partir de Tours et de laisser le centre de formation. Surtout qu'il commençait à bien tourner. On profitait aujourd'hui de joueurs internationaux dans les équipes de jeunes, dont certains évoluaient avec les pros, mais on ne verra pas le bout de ce travail. Cela a été la même chose avec Grenoble. C'est dommage.
 

"JE SUIS PARTI PARCE QUE NÎMES S'EST DÉCLARÉ..."

Avez-vous eu d'autres sollicitations à part Nîmes ? 
Je n'étais pas en recherche. J'étais toujours sous contrat avec Tours. Je suis parti parce que Nîmes s'est déclaré. Et Nîmes a une histoire qui m'a toujours attiré. Tours m'a recontacté (quand la situation du club s'est arrangée, ndlr), mais je m'étais déjà engagé avec Nîmes. J'ai eu un entretien avec M.Gazeau, qui m'aurait laissé partir si je l'avais voulu. Mais j'avais commencé un travail sur le court, moyen et long terme avec Nîmes.
 

"INTÉGRER DEUX À TROIS JEUNES DANS L'ÉQUIPE PROFESSIONNELLE CHAQUE ANNÉE..."

Les Crocodilets veulent assurer un maintien confortable (Archive)
Les Crocodilets veulent assurer un maintien confortable (Archive)
Quel seront les objectifs avec vos différentes équipes ? 
Je vais parler des trois équipes du centre (U17, U19 et CFA2, ndlr). L'objectif sera d'éviter la descente pour les trois et de se maintenir le plus vite possible. Si vous êtes toujours en recherche de points, on ne peut pas préparer l'année d'après, ni le recrutement. Ce sera toujours difficile. Seule une minorité de joueurs deviendra pro. L'objectif est aussi de faire progresser tous ces jeunes. Améliorer le recrutement et le niveau général des équipes. Si chaque année, deux à trois jeunes intègrent l'équipe professionnelle, cela voudra dire qu'on n'a pas trop mal travaillé. Mais pour ça, même si les résultats des équipes ne sont pas le plus important, on se doit de rester au niveau. Je ne veux pas dire que finir premier ou deuxième ce n'est pas important, mais il faut d'abord se mettre à l'abri. 

N'est-ce pas trop dur de gérer à la fois un centre de formation et une équipe de CFA2 ? 
C'est une grosse charge de travail, avec sept à huit entraînements par semaine sans compter les compétitions du week-end. Mais cela ne me fait pas peur. Au centre de formation, je suis soulagé de l'administratif et je ne suis pas le seul à recruter. On est plusieurs. 

Christopher Roux
 

Bernard Blaquart 
Né le 16 août 1957 à Roumazières-Loubert (Charente) 
Poste : entraîneur 
Joueur : Bordeaux (1976-1978, Gironde), US Toulouse (1978-1979, Haute Garonne), Bordeaux (1979-1981), Toulon (1981-1983, Var), Stade Français (1983-1984, Ile de France), GC Lunel (1984-1987, Hérault) 
Entraîneur : GC Lunel (1984-1991), Nord Lozère (1992-1994), EDS Montluçon (1994-1995), EP Vergèze (1996-1998), GC Lunel (1998-2004), Grenoble (2004-2008), Tours FC (2008-2013).
 

Les mouvements 

Les départs : Flavien Chamard, Paul Charmasson, Romain Caillol, Mohamed Sour, Jéremy Thierry, Jordan Carion, Quentin Pomies, Florian Sansone 

Les arrivées : El Hadji Niang (Attaquant, Andrézieux), Johan Chamonal (Attaquant, AS Cannes), Yannick Bileck (Défenseur, Toulon le Las), Mohamed Lamine Medjkane (Attaquant, Sannois) 

L'effectif de la saison 2013-2014 

Effectif : Mickaël Gas, Julien Lancon, Maxime Seguela, Clément Depres, Maxime Aubert, Tarrek Bensaid, Anthony Briancon, Yoan Di Costanzo, Quentin Gregorio, Junior Ngono, Gaétan Paquiez, Yannick Bileck, Johan Chamonal, Mohamed Lamine Medjkane, El Hadji Niang 

Entraîneur : Bernard Blaquart 
Mustapha Bettache
Mustapha Bettache
Bernard Rahis (à droite)
Bernard Rahis (à droite)
Joseph Ujlaki
Joseph Ujlaki
Hassan Akesbi, Dominqiue Colonna (légendaire gardien de Reims) et Paul Calabro (Président du N.O.)
Hassan Akesbi, Dominqiue Colonna (légendaire gardien de Reims) et Paul Calabro (Président du N.O.)
Stanislas Golinski
Stanislas Golinski
Stanilas Golinski quand il avait 80 ans, toujours fidèle à Nîmes
Stanilas Golinski quand il avait 80 ans, toujours fidèle à Nîmes
Stephan Dakowski
Stephan Dakowski