Nîmes Olympique, Jean-Louis Gazeau :


INTERVIEW MLACTU - Le président du Nîmes Olympique Jean-Louis Gazeau n’apprécie pas du tout le début de saison du Nîmes Olympique. Après 5 journées de Ligue 2, les Crocos n’ont que 5 points (sur 15) en ayant joué 3 fois à domicile et ils se sont fait sortir, aux Costières, de la Coupe de la ligue. Pire que tout, c’est le football proposé qui désespère Jean-Louis Gazeau. Le président n’est pas un grand fan des médias mais quand il a quelque chose à dire, il ne tourne pas autour du pot, tout le monde y passe.
 
Jean-Louis Gazeau, président du Nîmes Olympique, est en colère. Son club pointe à la 14e place du classement, avec cinq points seulement de pris en cinq journées. Avec trois matchs à domicile, une élimination de la Coupe de la Ligue, le début de saison est loin de correspondre aux ambitions affichées par Nîmes. Alors le président Gazeau se lâche. Et dit à Mlactu tout ce qui ne lui plait pas. 


Mlactu : Comment jugez-vous ce début de saison ?


Jean-Louis Gazeau : Il est malheureusement comme tous les autres débuts de saison, même pas mauvais, il est juste catastrophique. Je ne parle pas simplement au plan comptable mais surtout au niveau du jeu proposé, on est vraiment mauvais dans le jeu et ce qui m’inquiète vraiment c’est que cela ne va pas en s’améliorant, surtout lors des deux derniers matches (défaite en coupe de la ligue 2-1 face à Troyes aux Costières et match nul très heureux en championnat contre Le Havre 0-0 toujours aux costières NDLR).  Et qu’on ne me dise pas que c’est à cause du recrutement, contre Le Havre il y avait 8 titulaires de la saison dernière !*


Mlactu : Qui pose problème ?


Jean-Louis Gazeau : Fanchone, Granic, Nouri, Bouby… Des joueurs qui n’ont pas du tout retrouvé leur niveau de la saison dernière, ce 5 septembre je vais les rencontrer tous un par un lors de la photo officielle, je vais leur parler. Moi je pense que physiquement ils sont râpés, ils sont morts, alors oui le stage a été dur, intense, oui les grosses chaleurs nous empêchent de faire 2 entraînements par jour mais quand même…Pourtant je ne pense pas que ce soit un problème d’état d’esprit, ils en veulent tous, mais ça n’avance pas. J’ai cité ces joueurs car ils étaient la locomotive de la saison dernière mais ils ne sont pas seuls, certains ont peut-être pensé qu’on faisait partie des favoris, qu’il suffisait de pousser la balle pour que ça gagne.


Mlactu : Victor Zvunka, l’entraîneur, est-il responsable ?


Jean-Louis Gazeau : Oui, bien sûr, mais Victor est responsable comme tout le monde. Avec Victor nous nous parlons beaucoup, il est très à l’écoute, par exemple lors du dernier match je n’ai pas compris pourquoi Nenad Kovacevic est resté sur le banc pour entrer à trois minutes de la fin alors qu’on prenait complétement l’eau tout le match. On s’est parlé avec Victor mais ce que nous nous sommes dit reste entre nous. En aucune manière je remets Victor Zvunka en question, vous me connaissez, je n’ai pas la réputation de virer les entraîneurs et puis le groupe me semble toujours derrière lui, en tous cas je n’ai pas entendu un seul joueur le remettre en question.


Mlactu : On sent une colère froide...


Jean-Louis Gazeau : Mais c’est que j’en ai marre moi de toujours rater les départs ! Vis-à-vis du public et aussi des sponsors, par exemple, contre Le Havre, il y avait en tribune un potentiel gros sponsor avec qui nous sommes en négociation, et bien je ne l’ai pas revu après le match, je ne dis pas qu’il y ait de cause à effet mais quand même…


Mlactu : Pas très enthousiasmant tout ça, non ?


Jean-Louis Gazeau : Non, mais que cela ne tue pas nos ambitions pour autant, il faut qu’on réagisse vite et bien, regardez Guingamp la saison passée, ils ratent encore plus leur départ que nous aujourd’hui, maintenant ils sont en ligue 1, mais il faut que ça bouge au Nîmes Olympique et croyez- moi j’ai quelques leviers pour ça. J’ai le choix de l’entraîneur… Même si Victor n’est pas remis en question, j’ai la carotte financière pour les joueurs, je peux aussi leur parler ou pousser un coup de gueule comme je l’ai fait à Tours durant la mi-temps. Mais quand même, je suis vraiment écœuré par tout ça, on a mis tous les outils à leur disposition, tout sur la table, et ça ne marche pas.


Mlactu : Vous voulez partir, passer la main ?


Jean-Louis Gazeau : Je pense aller jusqu’à la fin de la saison après je mets le club en vente et je pars à la retraite. Vous savez j’ai 72 ans, je ne vais pas encore continuer 3 ans (les statuts du Nîmes Olympique précisent que le président peut exercer jusqu’à l’âge de 75 ans NDLR).  Mais attention, je ne vendrai pas à n’importe qui, je veux un repreneur sérieux, alors ça prendra le temps qu’il faudra mais je veux que ce club soit entre de bonnes mains, pour l’heure il y a des demandes de rachat, cinq précisément et parmi elles une me semble potentiellement sérieuse, alors nous discutons.
Propos recueillis par Sylvère PLA

 

www.mlactu.fr/article/nîmes-olympique-jean-louis-gazeau-je-suis-écœuré

 

Mustapha Bettache
Mustapha Bettache
Bernard Rahis (à droite)
Bernard Rahis (à droite)
Joseph Ujlaki
Joseph Ujlaki
Hassan Akesbi, Dominqiue Colonna (légendaire gardien de Reims) et Paul Calabro (Président du N.O.)
Hassan Akesbi, Dominqiue Colonna (légendaire gardien de Reims) et Paul Calabro (Président du N.O.)
Stanislas Golinski
Stanislas Golinski
Stanilas Golinski quand il avait 80 ans, toujours fidèle à Nîmes
Stanilas Golinski quand il avait 80 ans, toujours fidèle à Nîmes
Stephan Dakowski
Stephan Dakowski