RETRO : le 16 mai 2008, le jour où Nîmes retrouve la Ligue 2

 

Le match : Nîmes - Stade lavallois (3-1), le 16 mai 2008.

L’année précédente, les Tango, entraînés par Denis Troch ont craqué par deux fois dans le sprint final devant les ramener vers la Ligue 2. D’abord et surtout face à Pau (2-3), et enfin à Romorantin (2-1). Le coach a depuis été remplacé par Philippe Hinschberger, qui a connu des débuts difficiles (quatre nuls et une défaite lors des cinq premières journées). Les Lavallois ont peu à peu redressé la barre, se mêlant sérieusement à la course au podium.

Malheureusement, les Mayennais se sont pris les pieds dans le tapis lors des dernières journées. Ils ne prennent que deux points sur douze possibles, entre la 33e et la 36e journée. Leur succès à domicile contre Villemomble (3-2, doublé de Kiaku, et but de Mauricio), leur garantit néanmoins une finale pour une place en Ligue 2, à Nîmes (3e avec 60 points). Les Tango en comptent 58, autant que Cherbourg. Ils doivent donc espérer un faux pas des Normands à Romorantin, et faire leur part du travail, en s’imposant dans le Gard. C’est donc deux matches qu’il faut suivre simultanément, pour connaître le verdict.

Les Manchots trouvent la faille d’emblée (0-1, 2’), et sont virtuellement en L2, d’autant plus qu’Adnane, le meilleur buteur du championnat, plante sa 19e réalisation de l’année (0-2, 23’). Mais devant les 18 000 spectateurs du Stade des Costières, les Tango, ne voulant rien regretter en cas de retournement de situation à Romorantin, ouvrent le score par N’Zif, arrivé de Pau l’été précédent (0-1, 32’).

Nîmes est pour le moment le dindon de la farce, mais ne va pas le rester longtemps. En l’espace de trois minutes, Malm, qui marque son 15e but en 16 matches (1-1, 44’), puis Collorédo (2-1, 45’+2’), ramènent la balle dans le camp des Crocodiles. Ces derniers n’ont plus qu’à tenir leurs positions, et ils signeront leur retour au deuxième niveau national, cinq ans après. « 21 h 20. Long ballon de Horjak pour Malm, détaille Arnaud Huchet, envoyé spécial d’Ouest-France. L’attaquant gardois, impressionnant, dribble Balijon et triple la mise (3-1, 63’). Les Gardois sont tout près du bonheur. »

Ils y basculent totalement une demi-heure plus tard. « 21 h 50. Dans une ambiance indescriptible, Nîmes l’emporte 3-1 au stade des Costières. Les Lavallois rentrent lentement au vestiaire, alors que le public envahit le terrain. Les Tango terminent 5es du championnat, à 5 points de Nîmes. À Romorantin, la victoire des Cherbourgeois (2-0) n'a servi à rien. Les Manchots sont 4es, à 2 points des Gardois. C’est fait, NÎMES EST EN LIGUE 2. Cherbourg et Laval restent en National. »

Le score est sévère, et le dénouement cruel, tant les hommes de Philippe Hinschberger semblaient avoir les moyens de monter, aux trois-quarts du championnat. Les mots de Mickaël Buzaré, déjà du précédent échec la saison d’avant, sonnent juste. « Quand on a atteint la troisième place, il y a quelques semaines, on a perdu notre jeu et on a gâché notre avance, soupire-t-il. Quand on est outsider, arriver à monter dans les trois premiers, c’est une chose. Parvenir à s’y maintenir et supporter cette pression, cela en est une autre. C’est là-dessus qu’il faudra travailler, la saison prochaine. Contre Nîmes, on a pourtant montré qu’on est au niveau. Mais on était bien plus déçus à Tours (défaite 1-0, 36e journée). Même en cas de victoire ici, tout dépendait du résultat de Cherbourg et au bout de deux minutes, ils ont marqué. Cela devenait compliqué. Mais la montée, ce n’est pas ici qu’on la perd. » Mais il s’agit pourtant bien d’un deuxième acte manqué. Ouest France.

La fiche technique :

NIMES - LAVAL : 3-1 (2-1).

Arbitre : M. Viléo.

18 500 spectateurs.

BUTS. Nîmes : Malm (44', 63'), Collorédo (45'+2’). Laval : N’Zif (32').

AVERTISSEMENTS. Nîmes : Besnard (25'). Laval : Ichane (43').

NÎMES : Lovergne - Roumegous, Poulain, Sankharé, Besnard - Bayod (Adell, 85'), Mostefa, Horjak (cap), Ech Chergui (Maisonneuve, 77') - Colloredo, Malm. Remplaçants : Gimenez (g), Coulibaly, Beyrac. EntraîneurJean-Luc Vannuchi. 

LAVAL : Balijon - Buzaré, Rodriguez (cap), Blanchard, Ichane - N’Zif (Gonçalvès, 75'), Doukantie, Kisamba, Belaud - Mauricio (Vauvy, 75'), Kiaku (Fabien, 62'). Non entrés en jeu : Pichot (g), Lamy. Entraîneur: Philippe Hinschberger.

clic sur les photos pour agrandir

RECHERCHE ARTICLE OU PERSONNALITE

Stanislas Golinski
Stanislas Golinski
Stanilas Golinski quand il avait 80 ans, toujours fidèle à Nîmes
Stanilas Golinski quand il avait 80 ans, toujours fidèle à Nîmes