Les Crocos battus par Strasbourg à la dernière minute

Pour ce premier match dans cette préparation estivale, le Nîmes Olympique s'est incliné 1-0 face au RC Strasbourg sur un penalty encaissé à la 89e minute de jeu. Malgré tout c'était l'occasion de voir les premiers pas des nouvelles recrues dont Birger Meling qui a montré quelques séquences intéressantes. 

Quel plaisir de pouvoir assister à nouveau à une rencontre du Nîmes Olympique, certes à huis clos et avec des joueurs et des journalistes testés en amont. Mais de revoir un match de football donne un sentiment que le confinement et ce satané virus sont des lointains souvenirs même si rien n'est garanti qu'ils reviennent nous enquiquiner. Quoi qu'il soit plus de cinq mois après leur dernier match, face à Metz le 7 mars pour une défaite 2-1, les Crocos ont retrouvé la compétition. Sans enjeu majeur pour le moment avec ce premier match de préparation après un mois de reprise face au Racing Club de Strasbourg, un autre club pensionnaire de Ligue 1, 10e du dernier exercice, en stage cette semaine du côté d'Évian-les-Bains.

Les Nîmois ont donc réalisé les deux heures de route nécessaires depuis Albertville pour ce retour aux affaires dans un cadre magnifique de carte postale au stade Camille-Fournier situé au bord du Lac Léman avec une vue sur la ville suisse de Lausanne. Les Gardois n'étaient pas là en touristes mais pour gagner leur place aux yeux du nouvel entraîneur. Si rien ne certifie que ce sera celle alignée face à Brest pour la première journée de Ligue 1 (le dimanche 23 août à 15h), la première composition de départ de coach Arpinon montrait quelques repositionnements. Surtout en défense avec la titularisation de Renaud Ripart côté droit. Un poste où le technicien veut installer l'ancien attaquant. Et puis dans l'axe c'est Florian Miguel, habituellement latéral, qui accompagnait le capitaine Anthony Briançon, laissant la recrue Birger Meling occuper le couloir gauche.

Au milieu, place à une association mêlant la jeunesse d'Antoine Valerio et l'expérience de Lucas Deaux. Du classique en attaque pour un dispositif en 4-2-3-1. Malgré cinq jours de stage dans les jambes, les Rouges mettaient de l'intensité dès le début de rencontre sachant qu'ils seraient chacun cantonnés à 45 minutes de jeu. Les premières opportunités étaient à leur actif. D'entrée Nolan Roux (2e), sans cadré, frappait en angle fermé. Imité quelques minutes plus tard par Ripart qui obligeait Kamara à détourner (19e). Sur le corner, Lucas Deaux gênait le portier alsacien et Miguel manquait sa reprise devant le but.

Les Nîmois réussissaient de belles séquences de jeu à l'image de cette passe de Meling pour Yassine Benrahou qui trouvait instantanément Roux, qui ajustait Kamara. Le but était refusé pour une position de hors jeu (33e). Une illustration que le jeu gardois penchait davantage à gauche avec un latéral norvégien assez offensif et un Romain Phillipoteaux incisif. On retiendra également une volonté des milieux centraux de venir proposer des solutions notamment sur les touches et d'accompagner au maximum les actions. Côté adverse, le principal danger se nommait Waris qui reprenait le ballon de la tête mais au-dessus du but (20e). Les deux autres frappes strasbourgeoises étaient signées Liénard mais Baptiste Reynet captait sans problème (25e, 35e).

À la pause, les deux formations changeaient l'intégralité de leur onze. L'occasion de voir les duos Loïck Landre - Pablo Martinez en défense centrale ou encore Kévin Denkey - Vlatko Stojanovski en pointe. Aucun des deux ne se mettait en évidence dans un acte plutôt équilibré et donc pauvre en occasion. Denkey (49e) prenait quand même sa chance tout comme Zemzemi (58e), pour le RCS, mais sans succès. La plus belle opportunité se trouvait l'oeuvre de l'Alsacien Chahiri qui poussait Amjhad Nazih à se détendre pour repousser le danger (68e). Le jeune gardien de 18 ans, pas encore pro, a bénéficié de temps de jeu en l'absence de Lucas Dias, rentré hier à Nîmes à cause d'une blessure à l'épaule.

Difficile pour cette équipe de produire du jeu avec des joueurs qui semblent destinés à davantage avoir un rôle de remplaçant. Un 23e joueur chez les Crocos a fait son apparition sur cette partie. Il s'agit de la dernière recrue, le Paraguayen Andrés Cubas qui a disputé 15 minutes de jeu dans l'entrejeu. C'est Sofiane Alakouch qui a laissé la place, Lucas Buades a ainsi reculé et Mattéo Ahlinvi a décalé sur le côté droit. Si Meling et Philippoteaux ont fait bonne impression sur la première période, sur la deuxième Landre a montré une vraie solidité avec une intervention très propre dans la surface en fin de match.

Lucas Buades avait la possibilité de faire basculer la rencontre mais son coup de patte sur coup franc mourrait dans le petit filet de Kawashima (82e). C'est finalement Strasbourg qui avait le dernier mot dans ce match. À la 89e, Paquiez accrochait Mothiba dans la surface qui jouait de malice sur ce coup. Le Sud-Africain transformait lui-même cette offrande en trompant Nazih d'une panenka. Au reflet de ces 90 minutes, un match nul aurait été logique mais le Nîmes Olympique a bien perdu le premier de ces cinq matches de préparation. Prochain rendez-vous : vendredi prochain face à Grenoble (L2).

D'Évian-les-Bains, Corentin Corger

Match de préparation. RC Strasbourg - Nîmes Olympique 1-0 (mi-temps : 0-0). Stade Camille-Fournier à Évian-les-Bains. Huis clos. Arbitre : M. Batta. But pour Strasbourg : Mothiba (89e). 

Première période. Strasbourg : Kamara - Aaneba, Mitrovic, Simakan, Caci - Siby, Bellegarde, Liénard - Thomasson, Waris, Saadi. Nîmes : Reynet - Ripart, Briançon (cap.), Miguel, Meling - Deaux, Valerio - Ferhat, Benrahou, Philippoteaux - Roux.  

Deuxième période. Strasbourg : Kawashima - Lala, Koné, Djiku, Carole - Prcic, Sissoko, Zemzemi, Chahiri - Mothiba, Zohi. Nîmes : Nazih - Alakouch (Cubas, 75e), Landre, Martinez (cap.), Paquiez - Buades, Ahlinvi, Fomba, Duljevic - Stojanovski, Denkey.

RECHERCHE ARTICLE OU PERSONNALITE

clic sur les photos pour agrandir

Stanislas Golinski
Stanislas Golinski
Stanilas Golinski quand il avait 80 ans, toujours fidèle à Nîmes
Stanilas Golinski quand il avait 80 ans, toujours fidèle à Nîmes