Pour ne pas avoir converti leurs nombreuses occasions, les Nîmois ont été puni 1-0 par un Saint-Etienne pas séduisant mais au moins efficace.

L’AS Saint-Etienne arrivait à Nîmes, avec la peu flatteuse position de lanterne rouge. Malgré ce classement, il convenait de ne pas oublier que les Verts ont terminé quatrième du précédent championnat, et que même privé de Ruffier, ils présentaient des joueurs de qualité comme M’Vila, Cabaye, Khazri et l’ancien Croco Bouanga. De leur côté, les joueurs de Bernard Blaquart avaient pour mission de faire oublier la défaite de mercredi à Montpellier. Il est à noter qu’avant la rencontre, une minute d'applaudissements avait été respectée en la mémoire de Jacques Chirac, l’ancien président de la République décédé jeudi.

Dans ce contexte, c’est Nîmes qui débutait le mieux. Une première fois avec un coup-franc de Ferhat, reprit de la tête par Ripart, ce qui obligeait Moulin à détourner péniblement en corner (10e). L’attaquant Nîmois était très sollicité, puisqu’il se retrouvait à la réception d’un centre d’Alakouch (15e), puis d’un Philippoteaux (18e), mais sans trouver la faille. Dans la foulée, Valls qui récupérait un ballon aux 25 mètres, et il tentait sans chance, sans succès (19e).

Après tous ses efforts, Nîmes baissait le pied et le rythme de la rencontre s'en ressentait, et Saint-Etienne sortait de sa coquille. Un coup-franc tiré par Cabaye était détourné par la tête de Ripart, sur Nordin dont la frappe limpide était superbement repoussée par Bernardoni (35e). L’avertissement était très sérieux, et à force de ne pas conclure sur ses temps forts, Nîmes s’exposait au pire. Le risque était tout de même réduit par la posture très frileuse des stéphanois. Les Crocos n’avaient pas dit leur dernier mot, et sur un centre de Philippoteaux, le ballon était propulsé par la tête de Fomba…sur le poteau de Moulin (37e). Les nîmois n’étaient vraiment pas bien payé de leurs efforts.

La pause n’avait pas entamé la volonté des Nîmois. Illustration avec une frappe lointaine de Deaux, à côté (47e). Cette tentative était suivie d’une tête de Briançon (49e) et une contre-attaque de Ferhat échouant sur Moulin (51e). Saint-Etienne n’était pas en reste avec deux frappes cadrées de Bouanga (48e) et surtout Debuchy auteur d’un bel enchaînement qui obligeait Bernardoni à une sacrée détente (60e).

Mais ce qui devait arriver arriva, avec un corner de Khazri, Debuchy sortait plus haut que Martinez pour placer sa tête et tromper Bernardoni (0-1, 68e). C’était cruel, mais en football il faut savoir marquer quand l’occasion se présente. En désespoir de cause, Nîmes passait en 4-4-2 et Bernard Blaquart faisait entrer Denkey, à la place de Valls (71e). De façon peu inspirée, Hamouma recevait un second carton jaune en moins de neuf minutes, et il était expulsé (73e). Les Crocos se retrouvaient 11 contre 10, mais ce n’était pas forcément une bonne nouvelle, car les Verts déjà frileux au complet, allaient encore moins laisser des espaces. L fin de la rencontre était un peu folle. Youssouf avait une balle de 2-0 qu’il ratait inexplicablement (85e). Sur l’action suivante, Stojanovski se retrouvait seul devant Moulin, mais il perdait son duel (86e). La pression était forte sur le but stéphanois. C’est à son tour Denkey qui tirait, mais c’était sauvé par Debuchy devant sa ligne (90e+1). Il n’y avait rien à faire, Nîmes ne parvenait pas à égaliser et s’inclinait pour la deuxième fois de la semaine, et toujours sans parvenir à marquer.

 

8e journée de Ligue 1. NÎMES OLYMPIQUE – ASSOCIATION SPORTIVE DE SAINT-ETIENNE 0-1.

Stade de Costières. Mi-temps : 0-0. Spectateurs : 13 802. Arbitre : M. Léonard. But pour Saint-Etienne : Debuchy (68e). Avertissement à Nîmes : Alakouch (3e). Avertissements à Saint-Etienne : Cabaye (7e) et Kolodziejczak (63e), Hamouma (64et 73e). Expulsion à Saint-Etienne : Hamouma (73e)

 

Nîmes : Bernardoni – Alakouch (Sarr, 89e), Briançon (cap), Martinez, Miguel – Fomba (Stojanovski, 86e), Deaux, Valls (Denkey, 71e) – Ferhat, Ripart, Philippoteaux. Remplaçants non utilisés : Dias, Paquiez, Landre et Ben Amar. Entraîneur : Bernard Blaquart.

« Quel est l'élément clé de cette défaite ?
On a des occasions et eux en ont combien ? On en a dix. Le match se résume à ça. On n'est pas efficaces. On a des occasions, il faut les mettre au fond, c'est tout. C'est le jeu, le talent.

 

C'est une question d'efficacité, de confiance ?
Il faut se mettre surtout au travail, la confiance n'est pas touchée. Le jour où on tentera plus, c'est que la confiance sera partie. On essaie, on n'y arrive pas par maladresse, parce que le gardien est bon... J'ai lu, qu'on est l'équipe qui tire le plus souvent au but avec Paris, ce n'est pas le jeu et les occasions qui manquent, c'est l'efficacité. Je l'ai déjà dit : on a perdu notre meilleur buteur, notre tireur de coup franc et il faut travailler pour retrouver tout ça.
Bernard Blaquart

RECHERCHE ARTICLE OU PERSONNALITE

"S'il n'y avait que des équipes comme Nîmes Olympique en Ligue 1, on s'emmerderait moins"     (Pierre Ménès - Canal Plus)

clic sur les photos pour agrandir

Stanislas Golinski
Stanislas Golinski
Stanilas Golinski quand il avait 80 ans, toujours fidèle à Nîmes
Stanilas Golinski quand il avait 80 ans, toujours fidèle à Nîmes