Après avoir été menés 2-0, les Crocos ont fini pas arracher le match nul 2-2, en fin de match.

Dans ce choc du bas du classement, les supporters locaux avaient sorti des banderoles demandant « Des guerriers, pas des résignés ! ». Mais en ce début de match, se sont surtout les Crocos qui dominaient les débats. Plus présents dans les duels, et dans la récupération, les hommes de Bernard Blaquart donnaient entière satisfaction aux 620 nîmois qui avaient fait le déplacement.

Sur son côté droit, le duo Alakouch et surtout Ferhat donnaient du fil à retordre à Ballo. Nîmes multipliait les corners, agissait par centres et sur l’un d’entre eux, Valls tentait une reprise qui passait au-dessus (8e). À la fin du premier quart-d ’heure, Ferhat perçait dans l’axe et servait parfaitement Philippoteaux dont la frappe croisée passait au ras du poteau de Lecomte (16e).

Monaco sortait peu à peu de sa léthargie. Bernardoni devait intervenir une première fois sur une frappe flottante de Golovin (17e). Alors que les supporters du Nîmes Olympique reprenaient des chants injurieux envers la LFP, Amaury Delerue, l’arbitre de la rencontre demandait à Renaud Ripart, le capitaine des Crocos de faire stopper les chants. Les fans nîmois obtempéraient, leurs homologues monégasques reprenaient à leur tour les insultes.

Jusque-là, l’après-midi avait été plutôt tranquille, les choses allaient singulièrement se compliquer. La défense donnait des sérieux signes de faiblesse. Pourtant, après une première alerte déclenchée par Onyekuru (30e) qui passait à coté des buts de Bernardoni, Nîmes se créée sa meilleure occasion. Sur un nouveau centre de Ferhat, Philippoteaux contrôlait le ballon et frappait sur la transversale de Lecomte (31e). C’est l’occasion qu’il ne fallait pas rater car la fin du premier acte était terrible pour les nîmois. Monaco se procurait cinq occasions et faisait mouche à deux reprises. La première sur un bon service de Golovin pour Slimani qui résistait à Miguel et trompait Bernardoni (1-0, 39e). La seconde sur une frappe de Gelson que Bernardoni repoussait dans les pieds de Ben Yedder qui n’avait qu’à pousser dans le but vide (2-0, 45e).

Le coup était rude et au retour des vestiaires, les Nîmois semblaient avoir du mal à le digérer. Pourtant, un fait de jeu leur donnait un peu d’espoir. Après une faute de Jemerson sur Philippoteaux, l’arbitre expulsait le monégasque, avec l’aide de la VAR (52e).

En supériorité numérique, Nîmes revoyait le jour. Sur une offrande de Paquiez, Ferhat se retrouvait en situation idéale dans la surface de réparation. Malheureusement, Lecomte sortait le ballon d’un superbe reflexe (61e). Décidément, les Crocos n’arrivaient pas à conclure. Le portier de Monaco ne tremblait pas plus face à Alakouch, pourtant bien lancé par Duljevic (68e). Les nîmois étaient récompensés quand sur un centre de Fehat, Philippoteaux amortissait de la poitrine et devançait la sortie de Lecomte (2-1, 70e).

Nîmes passait en 4-4-2 avec la sortie de Deaux et la rentrée de Denkey. L’effet était immédiat. Ferhat débordait coté droit et son centre tendu était victorieusement repris au second poteau par Denkey sur son premier ballon (2-2, 82e). Le jeune nîmois fêtait sa deuxième apparition avec les Crocos. La première avait duré une minute, le 13 janvier 2017 contre Le Havre (0-0). La fragile équipe de Monaco tremblait à son tour, et Ripart n’était pas loin de marquer le troisième.

Au final, les deux équipes se séparent sur un match nul qui arrange surtout les nîmois qui passent de statut de relégable à celui de barragiste. Ce n’est pas grand-chose, mais il faut s’en contenter, pour l’instant.

De Monaco, Norman Jardin

3journée de Ligue 1. ASSOCIATION SPORTIVE DE MONACO – NÎMES OLYMPIQUE 2-2. Stade : Louis II.

7 438 spect. Mi-temps : 2-0. Arbitre : M. Delerue. Buts pour Monaco : Slimani (39e) et Ben Yedder (45e). But pour Nîmes : Philippoteaux (70e). Avertissements à Monaco : Slimani (13e), Jemerson (53e) et Golovin (90e). Avertissement à Nîmes : Sarr (90e). Carton rouge à Monaco : Jemerson (56e)

MONACO : Lecomte – Jemerson, Glik, Badiashile, Ballo-Touré – Gelson, Golovin, Da Silva (Traoré, 83e), Onyekuru (Panzo, 74e) – Ben Yedder (Gil Dias, 58e), Slimani. Remplaçants non utilisés : Benaglio, Traoré, Baldé, Pellegri et Boschilia. Entraîneur : Léonardo Jardim. 

NÎMES : Bernardoni – Alakouch, Landre, Miguel, Paquiez – Fomba (Sarr, 70e), Deaux (Denkey, 81e), Valls (Duljevic, 60e) – Ferhat, Ripart (Cap), Philippoteaux. Remplaçants non utilisés : Dias, Sainte-Luce, Guessoum et Stojanovic. Entraîneur : Bernard Blaquart.

Bernard Blaquart : « Je ne sais pas si c'est un bon point de pris ou deux de perdus. Vu le scénario, on va dire que c'est un bon point. Pour les garçons, c'est bien. On sait qu'on sera prêts collectivement plus tard. Il ne faut donc pas qu'on soit trop loin (au classement). On aurait pu aussi l'emporter si on avait été efficaces en première mi-temps. En début de match, on a été un peu timides. Mais on n'a pas été loin de perdre en étant menés 3-0. Il y a deux tournants : la balle du 3-0 (Gelson Martins, 47e) et l'expulsion. 

À la mi-temps, il fallait ne pas se désunir pour tenter de marquer et changer le match. Cela nous est déjà arrivé. Mais être mené 2-0, c'était dur. Au niveau de l'état d'esprit, je ne suis pas inquiet. Mais on a trop peu d'entraînements en commun. On a du retard dans notre préparation, comme Monaco. On a beaucoup de travail à faire sur le plan collectif, offensif et défensif. Cela va parfois très vite, avec des joueurs concernés et intelligents. On verra. Certains ont effectué seulement deux entraînements collectifs. En début de semaine, à l'entraînement il y avait si peu d'affinités qu'on se serait cru en juillet. Pour Monaco, c'est certainement un peu pareil. Jardim l'a dit. On ne sait jamais trop collectivement où on en est. »

Leonardo Jardim, entraîneur de Monaco : « Ce n'est pas un bon point. Car Monaco joue pour gagner. Je n'ai pas eu peur de perdre en fin de match, je ne connais pas ce sentiment dans le football. Mais je suis triste pour les joueurs. Il faut respecter le club et ceux qui y travaillent. »

 « Jemerson contre le ballon et ensuite il y a contact. C'est comme le gardien avec Glik. Ce sont les contacts du foot. Maintenant, c'est difficile d'expliquer aux joueurs. Ils diront : "Coach, je laisse jouer." J'ai regardé les images, il n'y a rien. Je regarde beaucoup de matches. Je suis un peu étonné de ces trois situations d'affilée à 10 contre 11. » 

 « On a eu la balle de 3-0 avec Gelson. Puis tout a changé avec l'exclusion. D'ailleurs, on n'a pas fini à 10 mais à 8. Beaucoup de joueurs viennent d'arriver et n'ont pas effectué la présaison. Adrien (Silva) est arrivé hier (samedi), Slimani, Ben Yedder en retard, etc. Le club a pris le risque que ça se passe comme ça. On assume. Il y a eu aussi la chaleur. Puis, l'expulsion. »

Pour le compte de la troisième journée du championnat de Ligue 1, les Crocos du Nîmes Olympique se déplacent en terre monégasque pour tenter de faire mieux que leurs deux premières rencontres. Consigne : ne pas perdre.

Nîmes est une équipe jeune, en pleine formation, en recherche d'identité. Oui il y a eu des départs d'importance, on ne va pas revenir dessus mais oui, aussi, il y a eu des arrivées notoires. On le sait pertinemment, dans le monde du football, l'argent n'est plus anecdotique et la présidence nîmoise l'a bien compris.

Pour l'entraîneur Bernard Blaquart, " Je fais avec ce que j'ai. On a perdu 100% de notre milieu de terrain de fin de saison. On sait ce qui part, on ne sait jamais ce qui arrive. Il faut que les nouveaux s'acclimatent, qu'ils prennent leurs repères et qu'ils comprennent les principes de notre jeu car nous sommes en phase de reconstruction. J'aurais aimé faire cela il y a deux mois mais bon... "

Après avoir connu un début de mercato poussif pendant lequel le groupe était trop léger pour espérer se maintenir, Bernard Blaquart commence à avoir une idée de ce qu'il peut faire avec son équipe. De nombreuses arrivées se sont déclenchées ces derniers jours mais la préparation physique de ces recrues est globalement celle souhaitée par le coach croco. " Nous n'avons pas pris des joueurs en vacances ! "

Ce samedi, une séance à huis clos était organisée pour préparer ce déplacement périlleux à Monaco. Nous ne pouvons pas imaginer que Nîmes fasse le déplacement pour perdre mais sur la feuille de route nous ne pouvons pas non plus croire que les trois points sont cochés de manière impérative. " C'est un déplacement normal contre une équipe elle aussi en reconstruction, notre jeu a des caractéristiques que nos nouveaux joueurs doivent connaître, c'est notre collectif qui fera la différence. Prendre des points aide à avoir une meilleure confiance mais les matches ne s'analysent pas seulement par rapport aux résultats... " note le technicien nîmois.

Contre le PSG au Parc lors de la 1ère journée, rien à dire, 3-0 est un score on ne peut plus logique. Une défaite face à Nice aux Costières, rien à dire car l'arbitrage est très discutable. Sofiane Alakouch hier aux soins sera de la partie. Les jeunes Guessoum, Sainte-Luce et le nouveau Lucas Deaux feront leur apparition sur la feuille. Pas comme la charnière centrale, Briançon-Martinez, suspendue.

Landre et Miguel n'ont pas souvent joué ensemble en charnière centrale mais ils ont des qualités et Miguel a fait une excellente seconde moitié de saison l'an dernier à ce poste. Nous afficherons nos valeurs collectives d'engagement même si notre collectif n'est pas encore huilé. On ne pourra répondre à Monaco qu'avec notre désir d'être fort ensemble. On joue le résultat mais il n'y a pas que ça. On a besoin de points, c'est important mais le potentiel l'est aussi ! " conclut Bernard Blaquart.

L'entraînement du jour, le dernier à Nîmes, s'est achevé à 12h30. Une collation a été prise à 13h et les joueurs ont pris la route à 14h espérant que les bouchons ne soient pas gênants.

Le groupe nîmois :

Gardiens : Paul Bernardoni – Lucas Dias.

Défenseurs : Sofiane Alakouch – Kelyan Guessoum – Loïck Landre – Florian Miguel – Gaëtan Paquiez – Théo Sainte-Luce.

Milieux : Lucas Deaux – Lamine Fomba – Sidy Sarr – Théo Valls. 

Attaquants : Kévin Denkey – Haris Duljević – Zinédine Ferhat – Romain Philippoteaux – Renaud Ripart – Vlatko Stojanovski.

RECHERCHE ARTICLE OU PERSONNALITE

"S'il n'y avait que des équipes comme Nîmes Olympique en Ligue 1, on s'emmerderait moins"     (Pierre Ménès - Canal Plus)

clic sur les photos pour agrandir

Stanislas Golinski
Stanislas Golinski
Stanilas Golinski quand il avait 80 ans, toujours fidèle à Nîmes
Stanilas Golinski quand il avait 80 ans, toujours fidèle à Nîmes