Le procès en appel de « l'affaire des matches truqués de Nîmes » débutera lundi, à Paris. Sans Serge Kasparian, l'un des actionnaires de Nîmes. En juillet 2019, L'Équipe avait révélé que Kasparian avait renoncé à son appel. Gérald Pandelon, son avocat, avait déclaré que son client était fatigué : « Cela fait cinq ou six ans que mon client passe beaucoup de temps devant la justice, et ce n'est pas fini. Il a donc préféré faire une pause, accepter la décision du Tribunal correctionnel et se préparer pour un autre procès qui l'attend et qui devrait avoir lieu dans deux ans... »

Kasparian a aussi été mis en examen dans l'affaire du Cercle Cadet dont il était propriétaire. C'est d'ailleurs en enquêtant sur cette histoire que les policiers avaient découvert qu'il se manigançait quelque chose de louche autour du club de Nîmes, présidé à l'époque par Jean-Marc Conrad, également condamné à 3 ans de prison dont 18 fermes, et à 50 000 euros d'amende.

Conrad, qui a tenté d'arranger plusieurs rencontres de Ligue 2, ne sera pas présent lors du procès en appel. Comme Kasparian, il a décidé de renoncer, une manière d'accepter la condamnation même si son conseil motive la décision autrement. « On a considéré, explique Michaël Corbier, son avocat, que le sort de Kasparian et de mon client étaient liés. Et qu'en l'absence de Kasparian, il fallait être pragmatique. On a été déçus en apprenant que Monsieur Kasparian renonçait à son appel... On se voyait mal se battre seul. Monsieur Conrad a aussi changé de vie. Cette histoire commence à dater. Il n'avait pas non plus envie de replonger. »

 

Franck Toutoundjian, Michel Moulin, Jean-François Fortin et Mohamed Regragui, qui ont fait appel, seront, eux, rejugés à partir de lundi, et jusqu'au 5 novembre. 23/10/2019

RECHERCHE ARTICLE OU PERSONNALITE

"S'il n'y avait que des équipes comme Nîmes Olympique en Ligue 1, on s'emmerderait moins"     (Pierre Ménès - Canal Plus)

clic sur les photos pour agrandir

Stanislas Golinski
Stanislas Golinski
Stanilas Golinski quand il avait 80 ans, toujours fidèle à Nîmes
Stanilas Golinski quand il avait 80 ans, toujours fidèle à Nîmes