Coup de projecteur sur la page Facebook d'un passionné du N. O. qui nous donne des infos sur les anciens joueurs de notre équipe. (clic sur la photo)

Je m’appelle Jean Charles ROUX j’ai 51 ans et suis né à Nîmes.

Je suis bercé depuis tout petit au biberon NO car mes grands-parents et parents étaient les propriétaires du Bar le Camargue refuge des joueurs de Nîmes Olympique des années 70 qui y faisaient un stop après l’entrainement au Municipal. Les Landi, Augé, Betton, Kabyle, Mezy étaient des habitués du lieu et des amis de la famille.

Petit j’étais assidu au match à Jean Bouin et je garde de très bons souvenirs à partir de mes dix ans jusqu’à mes vingt ans.

Longtemps rédacteur pour une illustre revue taurine nîmoise (TOROS), j’aime écrire et raconter des anecdotes dans un sens journalistique et innovant.

Je suis agent de voyages à mon compte depuis près de 25 ans et basé à Poulx.

 

L’idée de créer la page Jean Bouin m’est venue car à l’occasion de mes 50 ans je m’étais mis en tête de monter une collection d’anciens maillots de Nîmes Olympique.

Pour y arriver, j’ai envoyé aux anciens joueurs une cinquantaine de courriers. J’ai eu des retours de tous et en rappelant à chacun qui j’étais, je me suis dit qu’il y avait une page à faire en retrouvant et en interrogeant ces joueurs. La page a été lancé en février et elle compte presque 1000 abonnés.

Le but n’est pas de faire une page classique ou une page de plus avec des commentaires liés à la tactique, aux recrues, aux rumeurs... Non, elle est essentiellement faite pour faire vivre l’ADN Nîmes Olympique de Jean Bouin pour certains qui pensent qu’avec leur arrivée au club tout a commencé. C’est aussi pour réanimer la saga des anciens crocos trop sous-estimé actuellement. Des pages comme celle-ci existent déjà pour les verts, Lyon pourquoi une sur Nîmes Olympique. La votre en est un exemple comme celle de Norman Jardin grand archiviste et passionné du Nîmes Olympique. Nous sommes tous complémentaire.

Je me plais à raconter des anecdotes, des histoires de vestiaires, des faits de matchs, des souvenirs d’adversaires tout en repassant la carrière des joueurs.

Si le début fut difficile, car les anciens joueurs ne connaissaient pas la page et de avaient même quelques réticences à voir publier quelque chose personnel sur Facebook, je dois avouer que la dynamique apportée en toute humilité plait bien. Les joueurs me facilitant les contacts avec d’anciens partenaires. Pour rentrer en contact avec les anciens, il y a d’abord beaucoup de courriers, de recherches, quelques réseaux puis les choses se font. Je dois vous avouer que certains se font désirer comme Luizinho ou Marguerite mais comme je suis quelqu’un de persévérant je vais y arriver. J’ai déjà établi les contacts. Ce qui me manque le plus c’est le temps même si je mets un point d’honneur à réaliser un papier par semaine.

Je garde tous les téléphones des uns et des autres car au-delà des interviews l’idée serait de les réunir car il y une vraie complicité entre eux et ils ont tous un amour pour la maison croco.

Les lectures vont au-delà de mes espérances puisque j’arrive en moyenne à 4000 lectures avec des pics jusqu'à 15.000 (Blaquart, Girard, Cubaynes…).

C’est là que l’on ressent de la part des supporters un véritable attachement au club. Chacun y apporte sa pierre en commentant les publications et racontant des anecdotes.

 

Je dois vous avouer qu’après les années 95 j’ai mis ma présence aux costières entre parenthèse, pour des questions de travail et de famille (paternité). Par contre je n’ai jamais oublié d’écouter les retransmissions faites par les radios et d’acheter le Midi Libre pour lire Gutting ou Albenque et les analyses de match.

Il y a 5 ans que j’ai repris le chemin des Costières. Avec l’arrivée de Blaquart pour lequel je voue une véritable admiration, Je dois vous avouer que je me régale avec une formation portée sur l’attaque, avec des valeurs retrouvées, un coach et ses adjoints qui impriment l’esprit Nimes Olympique, des joueurs du cru qui font le boulot dans la victoire comme dans la défaite, on mouille le maillot et ça fait plaisir. Ils seraient en National ou en D2 j’y serai aussi car les valeurs, l’ADN Nimes Olympique sont celles-ci ….

 

Lorsque Jean Bouin fut abandonné au profit des Costières, les vieux abonnés disaient que N.O était fini. Force est de constater qu’aux Costières nous avons vu de bonnes choses aussi et qu’une génération de supporters y gardera de très bons souvenirs comme d’autres en ont gardé de Jean Bouin.

Il faut faire évoluer la structure. Le foot change, il faut des espaces dédiés à la communication, au partenariat, au marchandising et tout ceci passe par un nouveau Costières. Quid de la période de mutation entre le démolissement et l’achèvement des travaux ? on verra bien avec le temps. Il serait bon que Mr ASSAF n’oublie pas le passé du club et crée un musée du NO. Car paradoxalement on ne trouve plus grand-chose quand on arrive dans les parties officielles de stade actuel. Mis à part la fresque murale, les maillots anciens ont disparu, les photos aussi… C’est un peu dommage. Je pense à la collection privée de Jean Orsi qui est riche de maillots, photos, document qui pourraient venir créer une ambiance liée au club.

Restons optimistes pour le futur et même si un jour le Président quitte le club pour X raisons, Nîmes Olympique ce n’est pas Louhans Cuiseaux ou Chateauroux ! A Nîmes il y a une passion pour les crocos, une ADN, une véritable passion et à la vue de tout cela il y aura toujours un investisseur qui viendra pour prendre le club.

 

 

 

Jean Charles

RECHERCHE ARTICLE OU PERSONNALITE

"S'il n'y avait que des équipes comme Nîmes Olympique en Ligue 1, on s'emmerderait moins"     (Pierre Ménès - Canal Plus)

clic sur les photos pour agrandir

Stanislas Golinski
Stanislas Golinski
Stanilas Golinski quand il avait 80 ans, toujours fidèle à Nîmes
Stanilas Golinski quand il avait 80 ans, toujours fidèle à Nîmes