L’entraîneur des Crocos fait un premier bilan du début de la préparation sous le soleil de Catalogne, à Peralada. Il est satisfait de son déroulement mais il prévient que se maintenir en Ligue 1 sera un combat quotidien.

Objectif Gard : quels enseignements tirez-vous de ces premiers jours de stage ?

Bernard Blaquart : Ça se passe bien. Les joueurs sont réceptifs et ne rechignent pas à la tâche. Une de nos qualités, c’est l’état d’esprit qui sera une des clés de la saison. C’est surtout un stage de cohésion. On intègre les nouveaux. On apprend à se connaitre mieux. C’est beaucoup de temps passé ensemble pour retrouver les sensations physiques et techniques.

Quelle importance a ce stage sur l’ensemble de l’avant-saison ?

Tout est important. On scrute les nouveaux et ça donne les bases pour la saison à venir. Cette semaine est aussi importante que les prochaines. Ce qui est bien, c’est que l’on est loin du début du championnat donc on est détaché par rapport à ça. Il faut se préparer à se bagarrer et à lutter toute la saison et de continuer même dans les moments difficiles. Mais l’exigence elle est autant pour les joueurs que pour tout le monde dans le club.

Avoir ses habitudes à Peralada c’est un avantage ?

Oui, mais il faut changer de temps en temps pour casser la routine. On est bien ici. Ce n’est pas loin de Nîmes et les conditions de travail sont bonnes. Ce n’est pas toujours facile de trouver des bons endroits pour les stages.

Est-il important de s’isoler des supporters durant ce stage ?

C’est vrai qu’on est isolé de tout : des supporters, des familles et un peu de la presse mais cela permet de se concentrer à fond sur le football.

Quelles sont vos attentes pour le match amical contre Béziers ?

On va faire deux équipes et chacun va jouer 45 minutes mais il n'y aura pas d’équipe 1 et 2. Il n’y a pas d’objectif précis si ce n’est d’essayer de bien jouer et de faire un match sympa. Je pense que Béziers aura un peu d’avance sur nous en termes de préparation. L’important c’est surtout de ne pas avoir de blessés car il y a un peu de fatigue.

 

Propos recueillis par Norman Jardin, envoyé spécial à Peralada

Pour leur troisième jour de stage à Peralada, les Crocos ont repris les traditionnels jeux avec le ballon. Durant toute la journée, les Nîmois ont alterné entre effort et réconfort.

Tout débute très tôt pour les coéquipiers de Renaud Ripart. Dès 7h, tout le monde se lève et part le ventre vide pour 1h de footing. De retour à l’hôtel, il est temps de prendre une douche et de petit-déjeuner. Le rythme est soutenu puisque de 10 à 11h30 c’est le premier entraînement de la journée avec des exercices physiques et des jeux. Puis vient le moment de prendre enfin un peu de détente aquatique lors du passage à la piscine de 11h30 à 12h. « La préparation est un moment important de la saison, ça fait du bien d’être là avec les copains » se félicite, l’attaquant Umut Bozok

L’après-midi commence doucement par une sieste réparatrice bienvenue. Après la collation de 17h, c'est l'heure du second entraînement de la journée.Avant de prendre le chemin du stade, Florian Miguel, un des nouveaux venus, rappelle qu’il a passé son bizutage avec succès : "j’ai chanté, devant tous le monde, "92i" de Booba. Ce n’est pas trop difficile au niveau des paroles. Je m’en suis bien tiré."Depuis l'hôtel, il faut bien cinq minutes de marche pour accéder au terrain inondé de soleil. Durant le trajet, les Crocos croisent des voiturettes de golf des clients de l'hôtel.

L’échauffement est guidé par Richard Goyet, un des préparateurs physiques, sous l’œil attentif de Bernard Blaquart et Jérôme Arpinon. Il fait chaud, le vent souffle fort et les odeurs provenant d’une écurie avoisinante indisposent quelque peu. Les gardiens de but s'entraînent à part, avec Sébastien Gimenez. Enfin, après la séance dédiée au physique, vient le moment tant attendu des petites oppositions avec ballon.

Bernard Blaquart prévient ses joueurs : « allez-y doucement dans l’engagement. Faites bien attention à ne pas blesser un de vos coéquipiers. N’oubliez pas que l’on a un match amical à jouer vendredi à Béziers ». La consigne est respectée.

Le groupe est divisé en trois équipes. Les violets de Briançon, Bozok, Bobichon, Guillaume, Hsissane et Alakouch. Les jaunes de Denkey, Vlachodimos, Ripart, Savanier, Landre et Lybohy. Puis les Rouges de Harek, Ben Amar, Depres, Valls, Thioub et Miguel, les quatre gardiens tournant dans chaque équipe. Valdivia et Paquiez, les blessés en phase de reprise, s'astreignent à un entraînement individuel.

Après les 10 petits matches de 3 minutes, le classement des buteurs est le suivant : Thioub 4 buts, Denkey 3, Savanier 3, Miguel 2, Gullaume 2, Depres 1, Hsissane 1, Savanier 1 et Bobichon 1.

Chez les gardiens de buts, c’est Baptiste Valette qui s’illustre le plus avec 6 arrêts. Viennent ensuite Sourzac 4 arrêts, Marillat 3 arrêts et Dias 2.

Bernard Blaquart annonce le programme du lendemain : « ça sera plus tranquille, avec tennis-Ballon et un entraînement plus technique ».  

Quand arrive 19h, il est temps de ranger le matériel et passer à la balnéothérapie pour un temps de récupération indispensable.

Pour finir les Crocos passent à table et ils remontent dans leur chambre pour se remettre de leurs efforts. Il faut bien dormir car le stage est loin d’être terminé et demain est un autre jour. 

De notre envoyé spécial à Peralada (Espagne) Norman Jardin (Objectif Gard)

photos ci-dessous : Norman Jardin et Eric Delanzy (clic pour agrandir)

Stanislas Golinski
Stanislas Golinski
Stanilas Golinski quand il avait 80 ans, toujours fidèle à Nîmes
Stanilas Golinski quand il avait 80 ans, toujours fidèle à Nîmes