Les Crocos n'arrivent toujours à gagner deux fois d'affilée à domicile. Ce soir, ils sont défaits 1-0 par Toulouse au terme d'un match où Bernard Blaquart s'est fait exclure rapidement. Néanmoins, les Crocos restent provisoirement 11e de Ligue 1. 

"J-15 : Lavez l'affront" :  c'est le message transposé sur la banderole des Gladiators Nîmois 91, au moment de la sortie des joueurs. Les supporters se projettent déjà sur la manche retour du derby Nîmes-Montpellier, prévu le 3 février. Mais ce soir c'était un autre derby d'Occitanie, face à Toulouse, qui attendait les Crocos. Et les visiteurs ne perdaient pas de temps pour déclencher une première frayeur dans les travées des Costières. À peine quarante secondes de jeu écoulées, seul devant le but, Sanogo manquait de la tête le cadre après un coup franc de Dossevi. On ne reverra plus les Toulousains jusqu'à la 42e de jeu.

Côté nîmois, c'est Thioub qui se mettait en évidence. Une première percée pour se réchauffer, le thermomètre affichant deux petits degrés, mais son centre en retrait ne trouvait personne (5e). La deuxième incursion de l'attaquant gardois s'achevait par deux tirs. Le premier de Bozok, du gauche, partait bien mais était repoussé par le pied d'Amian. Derrière Savanier ne cadrait pas (12e). Thioub, en forme, profitait du repos de son compère Bouanga pour avoir du temps de jeu. Le retour au 4-4-2 poussait Valls sur le banc et Paquiez remplaçait Alakouch, ménagé après son match XXL de mercredi et absent de la feuille de match.

La partie basculait ensuite dans un faux rythme. Une tentative de lob de Bozok faisait frisonner les Costières mais le ballon ne redescendait pas assez pour inquiéter le portier haut-garonnais (24e). Un public qui allait ensuite houspiller l'arbitre à la suite d'une action litigieuse dans la surface toulousaine. Rejoint par Bernard Blaquart qui faisait exclure par M .Brisard pour avoir protesté de manière trop véhémente sur une main de Shoji, pas évidente à déceler (29e). La possession du ballon était nîmoise, les intentions aussi, mais le premier but était toulousain.

Amian profitait d'un brin de passivité de la défense nîmoise pour adresser un centre en direction de Sanogo qui reprenait du bout de son pied gauche. Suffisant pour devancer un Bernardoni un peu en retard comme Landre, au marquage de l'attaquant (1-0, 42e). Une fin de première période davantage animée. Le centre de Ripart devant le but était repoussé par le pied de Reynet en panique (44e). C'est bien le Téfécé qui menait 1-0 à la pause.

Les Rouge revenaient avec de l'envie. Maouassa, par sa vitesse, transperçait plein axe la défense toulousaine pour servir Bozok, qui réussissait son contrôle et s'arrachait pour frapper. Reynet tendait magnifiquement le bras pour éviter l'égalisation (47e). Dans cette seconde période plus hachée avec de nombreux temps morts, le gardien toulousain allait se démarquer sur quelques opportunités gardoises. Il ne forçait pas pour stopper une frappe trop écrasée d'Alioui. En revanche, le Marocain, dans ce duel mano a mano, d'une déviation de la tête obligeait l'ancien Dijonnais à claquer le cuir au-dessus de sa barre.

Fidèles au premier acte, les Hauts-Garonnais ne sortaient pas beaucoup. Ce diable d'Amian, passeur décisif, ajustait encore un centre minutieux pour Sylla, qui ratait la balle de break, en ouvrant trop l'intérieur de son pied gauche. Les locaux méritaient d'égaliser mais ils manquaient de justesse technique sur les dernières passes, gênée par une défense très regroupée. Dans les dernières minutes, ils poussaient pour revenir, soutenus par le public mais le mur toulousain bloquait toute tentative. Les Crocos trébuchaient à domicile mais auront l'occasion de se rattraper dès mercredi, face à Angers.  Corentin Corger

21e journée de Ligue 1. Stade des Costières. Nîmes Olympique - Toulouse FC 0-1 (Mi-temps : 0-1). Spectateurs : 12 736. Arbitre : Jérôme Brisard. But à Toulouse : Sanogo (42e). Avertissements à Nîmes : Briançon (50e), Savanier (75e), Thioub (82e). Avertissement à Toulouse : Sidibé (32e). 

 Nîmes : Bernardoni – Paquiez, Briançon (cap.), Landre, Maouassa – Thioub, Savanier, Ferri (Bobichon, 82e), Ripart (Bouanga, 60e), Bozok (Depres, 72e), Alioui. Entraîneur : Bernard Blaquart. Remplaçants non utilisés : Valette, Lybohy, Valls, Guillaume. 

 

Toulouse : Reynet - Amian, Jullien, Shoji - Diakité, Sidibé (Cahuzac, 55e), Sangaré, Sylla - Dossevi (Jean, 87e) Sanogo (Leya Iseka, 90e), Gradel (cap.). Entraîneur : Alain Casanova. Remplaçants non utilisés : Goicoechea, Moreira, Garcia, Mubele

Alain Casanova (entraîneur de Toulouse) : « Ce soir, on a fait un match intelligent. On a bien construit ce succès. On a été solide sur le plan de l'organisation et finalement on a concédé peu d'occasions. On a bien défendu dans les couloirs et on a été costaud sur les centres et les coups de pied arrêtés. On a su ressortir proprement nos ballons. Offensivement, on s'est créé peu d'occasions, mais on a aussi les opportunités de réussir le break. Ce soir, on a fait preuve d'abnégation et de don de soi face à une équipe de Nîmes qui se maintiendra facilement dans ce Championnat. »

Bernard Blaquart (entraîneur de Nîmes) : « Il y a eu de la générosité, mais aussi de la maladresse. Il y a eu aussi de l'imprécision dans le dernier geste ou dans l'avant-dernier geste face à un adversaire au bloc très bas et regroupé. Je pensais qu'on pouvait revenir au score, je n'ai aucun regret d'avoir choisi de jouer en 4-4-2. On a eu des situations pour marquer, mais on a mal utilisé les côtés. On n'a pas été battu dans la construction du jeu. Toulouse a été efficace. Tant mieux pour lui. Mon expulsion est un peu sévère. Il peut y avoir penalty. »

 

Renaud Ripart (attaquant de Nîmes) : « Toulouse a bien défendu. Tactiquement, il était bien en place. On avait l'impression de maîtriser le match, on prend ce but et on ne sait pas revenir, la réussite n'était pas avec nous, mais Baptiste Reynet a aussi fait les arrêts qu'il faut. On a peut-être aussi été timide offensivement. Mercredi face à Angers, on essaiera de décrocher un résultat différent. »

RECHERCHE ARTICLE OU PERSONNALITE

"S'il n'y avait que des équipes comme Nîmes Olympique en Ligue 1, on s'emmerderait moins"     (Pierre Ménès - Canal Plus)

clic sur les photos pour agrandir

Stanislas Golinski
Stanislas Golinski
Stanilas Golinski quand il avait 80 ans, toujours fidèle à Nîmes
Stanilas Golinski quand il avait 80 ans, toujours fidèle à Nîmes