Troisième victoire consécutive au stade des Costières pour les Crocos qui passent dans la première partie du classement. Mais ils ont été bien aidés par leurs poteaux.

Bernard Blaquart avait décidé d’aligner en attaque Bozok et Alioui. Le duo qui avait tant brillé en L2. Mais face au 4-2-3-1 girondins, les Crocos avaient du mal à conserver le ballon. Bouanga avait bien timidement tenté sa chance (2e), mais sans trouver le cadre. Sans être dominateurs, les Bordelais marquaient sur leur première occasion.

Sabaly, était libre sur son aile gauche, avait tout le loisir de centrer au premier poteau pour Maja, qui devançait Miguel et, à trois mètres de la ligne, poussait le ballon au fond des filets (0-1, 13e). C’était la copie conforme du but que les Nîmois avaient encaissé contre Rennes lors du précèdent match aux Costières. La réaction nîmoise ne se faisait pas attendre. Sur un coup franc aérien de Savanier, Passos-Santos détournait le ballon de la main. La sanction était immédiate et d’une Panenka parfaitement réalisé au milieu du but Savanier marquait son sixième but de la saison, le quatrième sur penalty (1-1, 15e).

Les visiteurs se signalaient surtout sur des coups de pied arrêtés. Notamment deux coups francs de De Preville. Le premier était repoussé par le poteau gauche de Bernardoni (19e). Le second était prolongé par la tête de Youssouf, mais directement dans les Bras de Bernardoni (27e). Coté nîmois, il n’y avait pas grand-chose à signaler. Il faut dire que les défenseurs girondins ne faisaient pas toujours dans la dentelle. Par exemple quand Jovanovic fauchait violement Bouanga. Cela aurait peut-être mérité plus qu’un carton jaune (28e).

Les Crocos passaient une nouvelle fois tout près de la correctionnelle, lorsqu’une frappe de Passos-Santos échouait sur le poteau gauche nîmois. Un but partout à la pause, c’était plutôt bien payé pour Nîmes qui n’avait eu aucune véritable occasion.

Après la pause, occasions se faisaient rare. Il n’y en avait même aucune dans le premier quart d’heure du second acte. La rencontre flirtait dangereusement avec l’ennui. C’est Valls, entré en jeu en remplacement de Ferri, blessé, qui se chargeait de réveiller tout le monde avec un tir qui obligeait Costil à dégager (62e). Sur le corner qui suivait, Savanier déposait le ballon sur la tête de Ripart qui, coupant la trajectoire au premier poteau, trompait Costil (2-1, 63e). Dans la foulée, c’est Alioui qui frappait à côté (69e).

 

La fin de match tournait à l’avantage des Bordelais. Mais ces derniers péchaient trop souvent dans le dernier geste pour espérer revenir à parité. Avec cette 13e victoire en 33 matches, les Crocos sont désormais neuvièmes de Ligue 1. Leurs 46 points leur permettent de décrocher mathématiquement le maintien en ligue 1. Au Nîmes Olympique, sur le terrain, la vie est belle. Norman Jardin

33e journée de Ligue 1. Stade des Costières. NÎMES OLYMPIQUE – GIRONDINS DE BORDEAUX FC 2-1 (mi-temps : 1-1). Spectateurs 13 910. Arbitre : Florent Batta. Buts pour Nîmes : Savanier (15es.p.) et Ripart (63e). But pour Bordeaux : Maja (13e). Avertissements à Bordeaux : Passos-Santos (15e), Jovanovic (29e) et Kamano (42e).

NÎMES : Bernardoni  - Ripart (cap), Miguel, Lybohy, Maouassa – Bouanga (Guillaume, 90e), Ferri (Valls, 51e), Savanier, Bobichon – Alioui, Bozok (Thioub, 67e). Remplaçants non utilisés : Valette, Paquiez, Alakouch et  Valdivia. Entraîneur : Bernard Blaquart.

 

Bordeaux : Costil – Lauray (Adli, 78e), Kounde, Jovanovic, Sabaly – Passos-Santos, Basic – Kamano, Youssouf (Poundje, 70e), De Preville – Maja (Briand, 44e). Remplaçants non utilisés : Poussin, Plasil, Lottin et Karamoh. Entraîneur : Paulo Manuel Carvalho De Souza.

Paulo Sousa (entraîneur de Bordeaux) : « On a eu la possession. On a eu des opportunités, mais on doit être plus agressifs pour gagner ce match. C'est fondamental d'améliorer la mentalité et la culture de la gagne. Nîmes a montré plus d'agressivité dans les duels et a été plus performant sur ses coups de pied arrêtés, mais on a été meilleurs que notre adversaire. Il y a eu des intentions, mais il n'y a pas eu d'efficacité. On est déçus mais on a montré aussi une construction de jeu. On a amélioré la mobilité de notre milieu de terrain. C'est un match que l'on doit gagner avec le coup-franc de Nicolas (De Préville) puis la frappe d'Otavio (39e) sur le poteau. »

 

Bernard Blaquart (entraîneur de Nîmes) : « Cela n'a pas été un grand match, mais on est ravis de notre classement. On n'a encore rien lâché. On n'a pas tout maîtrisé. On a souffert. Bordeaux nous a posé des soucis tactiquement. On n'a pas su répondre à ce que nous a proposé Bordeaux, mais on s'est accrochés et on continue plutôt bien notre petit bonhomme de chemin. On s'est accrochés, mais il le fallait pour gagner ce match. C'est une victoire avec un peu de réussite sans être imméritée. Bordeaux n'est pas à sa place au classement. C'est un faux treizième ou quatorzième ».

Il avait surpris beaucoup de supporters en s'exprimant il y a une dizaine de jours lors d'un direct vidéo sur ObjectifGard. Laurent Boissier expliquait : "Je me sens usé. En tout cas, je vais réfléchir à mon avenir c'est certain. Ça fait quatre ans que je suis à ce poste et je prends beaucoup sur moi. Il va falloir que je prenne un peu de recul."

Ce samedi, le directeur sportif a choisi une nouvelle fois ObjectifGard pour mettre fin au suspens : "Je vais continuer parce que j'en ai très envie et parce que l'histoire n'est pas terminée. Elle débute !"

 

Est-ce que Rani Assaf a rassuré Laurent Boissier sur les garanties financières et sportives pour la saison prochaine ? "Le président n'a pas besoin de me donner des garanties, c'est quelqu'un en qui j'ai une confiance aveugle. (...) je suis la personne qui me dispute le plus avec lui. Depuis quatre ans, on est un vieux couple."

RECHERCHE ARTICLE OU PERSONNALITE

"S'il n'y avait que des équipes comme Nîmes Olympique en Ligue 1, on s'emmerderait moins"     (Pierre Ménès - Canal Plus)

clic sur les photos pour agrandir

Stanislas Golinski
Stanislas Golinski
Stanilas Golinski quand il avait 80 ans, toujours fidèle à Nîmes
Stanilas Golinski quand il avait 80 ans, toujours fidèle à Nîmes