Laurent Boissier : « en fait, tout va bien… »

Alors que la préparation du Nîmes Olympique touche à sa fin, le directeur-sportif des Crocos revient sur l’actualité du club.

Objectif Gard : Quelle est votre position sur le cas de Yan Marillat qui se trouve au centre d’une polémique ?

Laurent Boissier : Yan Marillat a un an de contrat au Nîmes Olympique. Aujourd’hui, le club a pris une décision sportive. Bernardoni est le numéro 1, Valette est le numéro 2 et Marillat fait parti des cinq gardiens du club (Yan Marillat et Martin Sourzac ont un bon de sortie, NDLR ). C’est un peu compliqué pour lui, car il ne joue pas. Maintenant, Yan ce n’est pas un mauvais gamin. Il a rendu service au club et on peut comprendre sa frustration. 

Depuis quelques jours, l’actualité du Nîmes Olympique est marquée par des problèmes extra-sportif. Que pouvez-vous nous en dire ?

Il n’y a pas que les gens qui sont à l’extérieur du club qui pense que le Nîmes Olympique a des problèmes. Au club tout va bien. On est prêt et on a un groupe pour aller se défendre en Ligue 1. J’ai une énorme confiance en mon groupe et mon entraîneur. Je ne me fais aucun souci pour le Nîmes Olympique. Si certain pense que le club est en crise, ils auront la réponse samedi soir. Je tiens à rajouter que tant que Rani Assaf sera président du Nîmes Olympique le club avancera.

Le mercato des Crocos est-il bouclé ?

Le marché se termine le 31 août et nous n’avons jamais dit qu’il était fermé pour le Nîmes Olympique. Nous ne sommes pas dans une situation d’urgence. 

Êtes-vous satisfait de la campagne d’abonnements ?

Cet engouement me remplit de bonheur et de fierté. C’est vrai qu'elle a été un peu compliquée pour certains. On s’est bien débrouillé et gens du club ont bien travaillé pour cela. Je suis très fier que nous ayons passé la barre des 10 000 abonnés. Ça veut dire que les gens croient en nous. 

N’êtes-vous pas inquiet avant d'attaquer le championnat ?

Je suis excité, impatient et motivé. C’est pour cela que je tiens à préciser que le club vient de monter en Ligue 1 et que tous ses joueurs cadres ont resignés. On a aussi réussi à recruter. Je me dis qu’il doit y avoir plus mal que le Nîmes Olympique. En fait, tout va très bien. On a un projet de nouveau stade, on a un président qui est totalement amoureux de son club et des supporters qui sont derrière nous.

 

Propos recueillis par Norman Jardin

Le directeur sportif du Nîmes Olympique Laurent Boissier a accepté de répondre à nos questions quelques semaines après la reprise officielle du groupe. L'occasion d'un point sur le recrutement et d'évoquer les rumeurs qui annoncent son éventuel départ vers un club de Ligue 1.

ObjectifGard : Où en est le recrutement ? D'autres joueurs vont arriver ?

Laurent Boissier : Aujourd'hui, nous avons pas mal avancé sur le recrutement avec l'arrivée de sept nouveaux joueurs. À trois semaines de notre premier match en Ligue 1, nous arrivons au bout. Mais c'est Bernard Blaquart, notre entraîneur, qui nous indiquera rapidement s'il souhaite une ou deux recrues complémentaires. Il aura une vision précise de son équipe d'ici la mi-août et nous serons en capacité de regarder de nouvelles opportunités.

L'exploit de cette reprise est à mettre à votre crédit avec la conservation de l'ensemble des meilleurs joueurs de la saison dernière. Quelle est votre recette magique ?

Je ne sais pas si l'on peut parler de recette magique. Je crois que les joueurs croient au projet du club, à l'ambition du président Rani Assaf. Et pourtant nous n'avons pas un gros budget, notre équipe est jeune et 80% des joueurs n'ont pas encore joué le haut niveau. Vous savez, les années précédentes, c'était beaucoup plus difficile d'attirer des joueurs à Nîmes. Aujourd'hui, les joueurs présents qui ont connu la montée ont envie d'accompagner le club en Ligue 1, c'est un état d'esprit tout simplement.

Quelle est l'ambition du Nîmes Olympique pour cette première saison en Ligue 1 ?

Quand j'attaque une saison, je joue la gagne, je suis comme cela. Je veux être efficace dans tout ce que j'entreprends. La réalité, c'est qu'il va falloir traverser des tempêtes, il y en aura. Nous ne sommes pas habitués à perdre depuis quelques années. On a vécu quelque chose d'exceptionnelle ces dernières saisons.

Vous êtes convoités par plusieurs clubs de Ligue 1. Ces derniers veulent s'appuyer sur l'expertise et la touche Laurent Boissier. Etes-vous sur le départ ?

Ce qu'il se passe depuis plusieurs mois est agréable. C'est pour moi, une vraie reconnaissance et je ne vais pas vous dire que cette reconnaissance n'est pas flatteuse. C'est le cas. Mais aujourd'hui, dans ma tête, je sais ce que je veux. Tant que Rani Assaf me fera confiance, tant qu'il fera appel à mes services, je resterais au Nîmes Olympique. C'est ma ville, mon club, ma passion. Après tant d'années, nous sommes enfin en Ligue 1 et vous croyez que je vais quitter Nîmes Olympique au meilleur moment ? Je ne suis pas carriériste, cela fait 15 ans que je suis au club, j'ai un président qui me laisse travailler, un entraîneur avec qui j'ai des relations extraordinaires, c'est difficile de vouloir autre chose. Je me suis engagé avec Rani Assaf il y a trois ans, je suis un homme de paroles. Et puis, j'ai envie de faire avancer le club, ma ville.

 

Propos recueillis par Abdel Samari

clic sur les photos pour agrandir

Stanislas Golinski
Stanislas Golinski
Stanilas Golinski quand il avait 80 ans, toujours fidèle à Nîmes
Stanilas Golinski quand il avait 80 ans, toujours fidèle à Nîmes