Le nouveau latéral gauche des Crocos n’est pas un grand bavard, mais il a hâte de découvrir la Ligue 1 avec Nîmes.

Florian Miguel ne livre pas facilement. « Je suis réservé. J’ai du mal à aller vers les autres mais il ne faut pas le prendre mal. Je suis comme cela ». Et il prévient qu’il faut apprendre à le connaître pour en savoir plus sur lui. Mais cette timidité ne l’empêche pas de gravir les échelons du football français. C’est à Bruges (Gironde) que tout a commencé. Il y joue tout petit et il se fait vite repérer pas les Girondins de Bordeaux. En équipe de jeunes, il évolue aux postes de milieu gauche, défenseur-central avant de se fixer en arrière-gauche. « Mon père jouait au niveau amateur et c’est lui qui m’a donné l’envie de devenir footballeur », se souvient l’introverti défenseur.

À 14 ans, il fait un passage de deux saisons à Mérignac-Arlac et il intègre le centre de formation du FC Tours, dont le directeur est à l'époque Bernard Blaquart. Au TFC, il fait toutes ses classes, des U17 aux pros. Il rêve alors des exploits de Raphaël Varane, Benjamin Mendy et des Brésiliens Marcelo et Maxwell.

C’est en Touraine que Florian vit les premières émotions de sa jeune carrière. « Mon meilleur souvenir est le titre de champion de France U19 avec Tours, en 2014 ». C’est aussi là-bas qu’il fait ses débuts en professionnel, le 24 janvier 2015 lors d’un Valenciennes-Tours (1-2). Trois semaines plus tard, il gagne sa place de titulaire.

La saison suivante, il participe à 28 matches de ligue 2 et il marque quatre buts, dont un aux Costières lors d’une houleuse rencontre. Ce soir-là, il égalise dans les arrêts de jeu, ce qui lui a valu les foudres de certains supporters Nîmois. En quatre saisons il cumule 93 matches de Ligue 2 dont 90 comme titulaire. C’est un des éléments qui ont amené le Nîmes Olympique à le recruter. « C’est un très jeune joueur qui a une sacrée expérience en Ligue 2. Il reste sur deux saisons difficiles à Tours. Il va falloir qu’il hausse son niveau pour jouer en Ligue 1 », souligne Bernard Blaquart.

Miguel est désormais un Croco et il compte bien découvrir sa nouvelle région. « Je n’ai pas encore eu le temps de visiter la ville mais on m’en dit beaucoup de bien ». De ces premières semaines dans le Gard, certaines choses l’ont déjà séduites : « le cadre de vie, la tranquillité. Et Nîmes est une ville qui aime le foot ». L’ancien Tourangeau aura pour mission de faire oublier Olivier Boscagli, le titulaire au poste de latéral gauche la saison passée. Il sait ce que Nîmes attend de lui et il est prêt à relever le défi. « Je veux jouer le plus de matches en Ligue 1 et être le plus performant possible ». Timide dans la vie, Florian Miguel ne compte pas l’être sur le terrain.

 

Norman Jardin

clic sur la photo pour commander

Stanislas Golinski
Stanislas Golinski
Stanilas Golinski quand il avait 80 ans, toujours fidèle à Nîmes
Stanilas Golinski quand il avait 80 ans, toujours fidèle à Nîmes