L'avant match : 3 questions à José Pasqualetti 

José Pasqualetti, peut-on dire c’est un match de rachat entre deux équipes qui ont perdu deux points à domicile dans les derniers instants vendredi dernier ?
« Non. Pour nous, on est dans la continuité de ce qu’on a mis depuis le début de saison. On va essayer de revenir avec du positif et engranger de la confiance. »
Après une semaine plutôt chargée, comment avez-vous basé vos entraînements ?
« On a plus orienté dans la récupération tout en continuant à s’entraîner tous les jours. On a travaillé sur l’aérobie, des petits jeux devant le but et d’autres spécificités. »
Redoutez-vous cette équipe de Nancy ?
« C’est clair. Nancy a de bons joueurs et ils sont favoris pour la montée. À nous de hausser le niveau de jeu même si ça sera difficile sur un terrain synthétique où on n’est pas habitué à jouer. C’est un handicap mais on va essayer de faire du positif et continuer à être dans la première moitié du tableau. »


AS NANCY-LORRAINE – NÎMES OLYMPIQUE « On se déplace avec l’esprit serein », reconnaît José Pasqualetti


Avec une belle quatrième place au classement, le Nîmes Olympique réalise un bon début de championnat. Encore plus lorsque l’on repense à la saison dernière où les crocos se sont maintenus dans les dernières journées et à cet été mouvementé notamment sur la question des transferts. Et puis, faut-il le rappeler, les joueurs de José Pasqualetti ont tout de même affronté Angers, Valenciennes, Dijon et Nancy vendredi. Du costaud !


Ce vendredi donc, les crocos retrouvent Nancy, un autre poids-lourd de ce championnat. Une « équipe talentueuse » pour José Pasqualetti mais « qui laisse beaucoup d’espace dans le dos et qui laisse jouer son adversaire ». A l’issue de la dernière séance d’entraînement de la semaine à la Bastide, le coach résume : « C’est la seule équipe qui n’est pas autant organisée que les autres qu’on a jouées. Mais ce qui m’embête, c’est le terrain synthétique. Tout est faussé : les appuis, le ballon… Le foot, ça se joue sur un gazon naturel ».


Sur son groupe, le coach se veut rassurant sur la blessure à la cuisse gauche de Toifilou Maoulida qui n’a pas participé à la séance d’entraînement ce matin. « On l’a ménagé. Mais il n’y a rien à l’échographie». Le joueur est dans la liste des partants pour la Lorraine. Quant au mental de son équipe et ce début de match raté contre Dijon, là encore Paqualetti ne s’inquiète pas : « Le mental est très bon, on ne lâche pas. On revient à la marque à Valenciennes, à Angers en coupe de la Ligue et contre Dijon vendredi dernier. Après, contre Dijon, on a manqué de simplicité. Il y a eu beaucoup de joueurs en dedans. Cette semaine, je leur ai dit de retrouver de la lucidité et de la simplicité parce que cette équipe peut mieux faire ».  Une équipe pour laquelle il voit loin : « Quand on joue au foot, on a forcément de l’ambition. Peu importe où nous serons au classement, on tentera de viser une place au-dessus. Là, la troisième place en l’occurrence. On fait un bon début de championnat. Nîmes, aujourd’hui, c’est moyen plus », conclut le coach nîmois.



Anthony Koura : De joker de luxe à futur titulaire ?

Anthony Koura, un remplaçant de luxe amener à devenir un titulaire indiscutable ? Crédit photo |objectif gard|

Anthony Koura (à gauche), un remplaçant de luxe amener à devenir un titulaire indiscutable ? Crédit photo |objectif gard|

Auteur de trois buts décisifs lors de ses 2 dernières entrées avec les Crocos, Anthony Koura est actuellement l’un des hommes forts de la formation de José Pasqualetti. Des rentrées tonitruantes dont le jeune attaquant de 21 ans pourrait tirer profit sur les prochains matches.

Il est l’homme en forme de ce début de saison avec Toifilou Maoulida. Anthony Koura ne cesse de satisfaire le staff nîmois. Annoncé sur les tablettes du Standard de Liège et des clubs de Ligue 1, l’ancien manceau est en train de révéler et de confirmer son potentiel, à seulement 21 ans. Face à Valenciennes, il a remis son équipe sur les rails par deux fois, égalisant à chaque fois, et permettant ainsi à Nîmes de rapporter le point du match nul. Le natif du Mans réitère la semaine suivante en inscrivant le but presque décisif face à Dijon à la 78ème minute, avant que Nîmes ne concède l’égalisation dans les dernières secondes du match. Ainsi avec 3 buts lors des deux dernières rencontres, Anthony Koura se révèle être très en forme en ce début de saison. « C’est un garçon intelligent dans les déplacement malgré son petit gabarit, très à l’aise techniquement ce qui lui permet de mettre à mal les défenseurs, et en plus de ça, il est adroit devant le but », souligne l’entraîneur du Nîmes Olympique José Pasqualetti.

« Il a fait preuve d’efficacité. »

Des performances qui sont plus que correctes pour un début de saison. D’où cette question : Anthony Koura peut-il espérer être un titulaire lors des prochaines rencontres ? Du côté de Coach Pasqualetti, l’idée n’est évidemment pas à exclure, surtout qu’il ne le considère pas dans le rôle d’un joker. « Anthony  a fait preuve d’efficacité. Il revient de blessure, et c’est en partie pour cela qu’il a commencé sur le banc.  Je dois composer avec l’effectif dont je dispose et les bonnes performances de chacun. Un garçon comme Toifilou Maoulida a également inscrit deux buts et est en grande forme », explique le coach nîmois.

En déplacement à Nancy ce vendredi, Koura pourrait une nouvelle fois démarrer sur le banc et apporter sa vitesse en début de seconde période afin d’user l’arrière garde lorraine. En cas de bonne performance, cela l’amènera t-il à devenir titulaire pour le derby du Rhône face à Arles-Avignon le week-end suivant ? Mystère …

Rudy BOURIANNE



Mustapha Bettache
Mustapha Bettache
Bernard Rahis (à droite)
Bernard Rahis (à droite)
Joseph Ujlaki
Joseph Ujlaki
Hassan Akesbi, Dominqiue Colonna (légendaire gardien de Reims) et Paul Calabro (Président du N.O.)
Hassan Akesbi, Dominqiue Colonna (légendaire gardien de Reims) et Paul Calabro (Président du N.O.)
Stanislas Golinski
Stanislas Golinski
Stanilas Golinski quand il avait 80 ans, toujours fidèle à Nîmes
Stanilas Golinski quand il avait 80 ans, toujours fidèle à Nîmes
Stephan Dakowski
Stephan Dakowski