5e journée : Nîmes Olympique – AC Arles-Avignon du 29 août 2014
Echanges de coups et échauffourée à l’issue de la rencontre : 
Réunie le 3 septembre 2014, la Commission avait convoqué les joueurs Ousmane Cissokho (Nîmes Olympique) et Garry Bocaly (AC Arles-Avignon) pour sa séance du jeudi 25 septembre 2014 dans le respect des dispositions des règlements disciplinaires et du Code du Sport imposant 15 jours de délai minimum et avait décidé de les suspendre à titre conservatoire. Suite aux demandes des clubs, la Commission avait accepté d’avancer la réunion au jeudi 18 septembre 2014.
Après audition des deux joueurs accompagnés des représentants des deux clubs, la Commission inflige une suspension de 6 matches ferme à Ousmane Cissokho (Nîmes Olympique) et 3 matchs ferme à Garry Bocaly (AC Arles-Avignon). Compte tenu de leur suspension à titre conservatoire, les deux joueurs ont déjà purgé un match de suspension.




                                                Communiqué Officiel du Nîmes Olympique

Suite aux récents articles de presse et rumeurs concernant le match NO/AC ARLES AVIGNON, le Nîmes Olympique souhaite réagir sur 2 points :

-Monsieur SALAGER reproche au Nîmes Olympique de ne pas avoir donné d’invitations à I’ Association AC ARLES AVIGNON, alors que des places supplémentaires ont été données à la section professionnelle, quid de savoir, si l’ Association de Monsieur SALAGER a fait une demande à la section professionnelle de Monsieur SALERNO et a eu refus, celui-ci ne venait en aucun cas du Nîmes Olympique.

- Concernant les incidents d’après match, le club a une vision différente des captures d’images publiées ce Lundi dans Midi Libre, et nous laisserons la commission de discipline de la Ligue de Football Professionnel faire son travail avec l’ensemble des éléments avant de juger notre joueur et club à charge, car dans ce dossier il y a plus de personnes du club d’Arles Avignon citées que du Nîmes Olympique, et qu’il est possible comme le signalent certains rapports, qu’il était très difficile de voir la réalité des débats suivant l’angle de vue, certaines images éclaireront peut-être cela.

Les réactions :

Toifilou Maoulida en conférence de presse. Photo Tony Duret / Objectif Gard

Toifilou Maoulida en conférence de presse. Photo Tony Duret / Objectif Gard

Stéphane Crucet : « Bis repetita… On a combien d’occasion en seconde mi-temps ? Cinq ? Six ? Chacun a voulu être le sauveur. On ne peut s’en prendre qu’à nous. Ca fait trois fois cette saison. Sur le banc, cette égalisation, on la sentait. C’était un vrai derby ce soir et parfois deux-trois claques ça ne fait de mal à personne ».

Toifilou Maoulida : « On a vu les valeurs nîmoises : beaucoup d’engagements, beaucoup de duels. Ce point va être important pour la suite du championnat. En face, ils pouvaient nous tuer mais Math’ Mich’ a fait un bon match. L’objectif de ne pas perdre à domicile tient toujours. A onze contre onze, on aurait eu beaucoup plus de chance de gagner. Sinon, pour moi, ça se passe bien aux Costières qui ne demandent qu’à vibrer. Sur ma bandelette, ce soir, j’avais écrit : ‘Bienvenue à la petite Melia Harek’ qui est née aujourd’hui ».

José Pasqualetti : « J’ai une équipe qui ne lâche rien même quand les causes semblent perdues. J’avais déjà beaucoup de respect pour mes joueurs mais quand je vois leur abnégation ce soir… Ce point va nous faire du bien psychologiquement. Sur la fin du match, j’ai horreur de ce qui s’est passé. Je ne suis pas l’entraîneur d’une équipe de voyous. Je ne citerai pas de noms mais tu as des joueurs en face qui insultent en permanence. Si c’est ça le football… »



 

Paroles de présidents

 

À la veille du derby entre le Nîmes Olympique et Arles-Avignon, on ne pouvait pas passer à côté des retrouvailles entre Marcel Salerno et Jean-Marc Conrad, respectivement présidents de l’ACA et du N.O. La rédaction de ShowFoot est allé à la rencontre des deux hommes forts du Rhône.

 
Derby ou pas, ce match reste un match comme les autres pour Marcel Salerno. Seule la victoire primera. Crédit photo ShowFoot |Quentin Gil|
Derby ou pas, ce match reste un match comme les autres pour Marcel Salerno. Crédit photo ShowFoot |Quentin Gil|

 

  Ce match a-t-il une saveur particulière pour vous ? 

   J-M. C. : « Forcément, quand on joue face à son ancien club, on a toujours  envie de remporter ce genre de rencontre. Surtout quand il s’agit d’un derby. »

  M.S. : « Non. Pour moi, Nîmes est un club ami et pour vous faire une    confidence, quand je me suis lancé dans le football Nîmes est le premier club où   j’étais intéressé à reprendre, après Montpellier mais je ne l’ai pas fait avec ce    dernier par respect pour mon grand ami Louis Nicollin. Mais mon premier  désir   était Nîmes avant que Jean-Louis Gazeau ne vienne le reprendre. »

 Marcel Salerno, forcément on pense à vos retrouvailles avec Jean-  Marc Conrad. Comment appréhendez-vous cela ?

  « J’appréhende aucunes retrouvailles. je suis bien dans mes bottes et dans ma tête. Il n’y a pas de gêne à avoir vis-à-vis de cela. Il y a aucun problème. »

Jean-Marc Conrad, quels rapports entretenez-vous maintenant avec l’ACA ?

 
Avec un recrutement intéressant, Jean-Marc Conrad ne veut pas précipiter les choses et préfère avancer sans se projeter trop loin. Crédit photo ShowFoot |Quentin Gil|
S’il a hâte de retrouver son ancien club, Jean-Marc Conrad n’oublie pas qu’un derby, ça se gagne. Crédit photo ShowFoot |Quentin Gil|

« Aucun. L’AC Arles-Avignon ne ressemble plus au club que j’ai construit. Avant il y avait une ferveur, une âme, le club était aimé. Maintenant tout tourne autour de son président actuel Marcel Salerno qui dirige son équipe comme il le veut envers et contre tous. »

Comment allez-vous aborder ce derby ?

J-M.C. : « Comme un seul homme, il va falloir que notre équipe fasse corps pour renverser l’adversaire. C’est une équipe qui joue bien au football et qui est sur la même dynamique que nous. C’est une rencontre qui promet beaucoup de spectacle et d’engagement. Espérons que cela reste et se déroule sur le terrain et non dans la tribune. »

M.S. : « Comme les autres matches. Pas plus, pas moins. C’est le septième match pour nous et c’est important de bien redresser la situation puisqu’on n’a pas bien démarré. Mais on va jouer et essayer de faire honneur à nos couleurs. »

Stanislas Golinski
Stanislas Golinski
Stanilas Golinski quand il avait 80 ans, toujours fidèle à Nîmes
Stanilas Golinski quand il avait 80 ans, toujours fidèle à Nîmes