Conférence de presse sur la vente du stade :

R.A : "Je m'engage, il n'y aura pas de naming. J'ai horreur de ça. Un Stade n'est pas une marque."

R.A : "J'espère qu'on jouera fin 2024 début 2025 dans notre nouveau stade. On construira un stade provisoire Mas de Vignolles."

R.A : "Le football professionnel est devenu un football de spectacle. On travaille depuis presque 2 ans avec des architectes. Aujourd'hui on a un projet qui tient la route, entièrement financé avec les deniers propres."

J-Paul Fournier : "Je suis heureux de vous annoncer que nous avons trouvé un accord pour vendre le Stade des Costières au Nîmes Olympique pour un coût de 8 millions d'euros. Ce stade aura une capacité de 15.100 places"

Jean-Paul Fournier : "Le Stade des Costières n'est plus adapté au développement du Nîmes Olympique."

R.A : "Le Club sera l'exploitant du stade, le but c'est qu'il puisse tirer des revenus de l'événementiel, des séminaires, de la restauration. Le Club aura l'exploitation du nouveau stade 365 jours par an."

R.A : "Il y aura une présentation précise du projet mi-juillet."

R.A : "La conception du Stade depuis le début était de 15.000. Il n'a jamais été question de 12.000 places."

R.A : "Il y aura des parkings souterrains et un parking côté Mas de Vignolles avec passage du Cadereau sous l'autoroute."

R.A : "Le Stade va arriver en 2025, est-ce que le Club restera en L1 jusque là? Je l'espère. On va tout faire pour."

R.A : "Le stade modulable devrait avoir une capacité de 10.000 places, toutes couvertes."

R.A : "Je n'investis pas plusieurs millions d'euros pour laisser le Club après."

R.A : "Il faut revenir de la folie des grandeurs, on a construit des stades immenses et on n'arrive pas à les rentabiliser."   (26/06/2019)

Futur stade des Costières : la ville en veut plus !

 Jeudi en fin de journée, une réunion discrète s'est déroulée au sein de la mairie de Nîmes. À la table, Rani Assaf, le patron du Nîmes Olympique, accompagné de son ami Fabien Bonicel, promoteur immobilier bien connu. De l'autre côté, on retrouvait l'équipe municipale nîmoise en charge des premières négociations, Julien Plantier, adjoint au sport, Pascal Gourdel, adjoint délégué aux finances, aux commerces, aux foires et marchés, et le directeur général des services, Christophe Madalle. À noter une absence de marque, celle du maire Jean-Paul Fournier.

Selon nos informations exclusives, les échanges ont porté sur le prix de vente de l'enceinte sportive où évoluent les Crocos. Alors qu'elle est estimée à 5 millions par les Domaines, la Ville souhaite en obtenir un million de plus lors de la transaction, soit 6 millions. La capacité d'accueil de l'enceinte sportive fait elle aussi débat. La mairie de Nîmes souhaite absolument une jauge à 15 000 places pour le futur stade. Loin des 12 000 prévues par Rani Assaf dans son projet initial.

Enfin, en ce qui concerne la réalisation d'une enceinte provisoire où pourraient jouer les Nîmois - à proximité du stade actuel - durant les travaux de démolition et de reconstruction, là aussi, les avis divergent... La municipalité aurait l'intention de construire à cet endroit précis un futur gymnase accueillant une partie des associations sportives amateurs qui sont aujourd'hui hébergées sur le site de l'actuel stade et qui pourraient se retrouver sans local après la destruction des Costières.

À la fin de l'entrevue, les protagonistes se sont donc donnés rendez-vous dans les prochaines semaines pour avancer sur les solutions possibles. Pour autant, selon une source très proche du dossier, "Rani Assaf ne cachait pas sa déception."

 

Au-delà de la lenteur administrative, le président du Nîmes Olympique devra aussi faire face aux interrogations soulevées par son projet très ambitieux. À quelques mois d'une campagne municipale haletante, Jean-Paul Fournier n'a pas le droit à l'erreur et, tel un fin bâtisseur, il veut s'assurer que c'est avant tout le projet sportif de l'équipe préférée des Nîmois qui dictera les choix autour de ce nouvel équipement exceptionnel.

OBJECTIF GARD (20/04/2019)

Les Domaines ont donné leur estimation : 5 millions d’euros. Un montant étonnamment faible mais qui fait écho à un ambitieux projet de reconstruction porté par Rani Assaf, le président du Nîmes Olympique.

Cette demande d'estimation par la ville de Nîmes faisait suite à la proposition de rachat de l'enceinte sportive par Rani Assaf, le président du Nîmes Olympique, en vue de démolir l'actuel enceinte nîmoise devenue obsolète pour la Ligue 1 pour faire place à un stade moderne flambant neuf.

Le montant estimé que le journal Objectif Gard est en mesure de révéler est de 5 millions d'euros. Une valeur vénale qui paraît étonnante au regard du montant de la construction de ce stade qui avait coûté aux Nîmois il y a tout juste 30 ans, 160 millions de francs soit environ 24 millions d'euros.

Par ailleurs, cette vente permettrait à la ville de Nîmes de récupérer immédiatement en cash cette somme mais, en contrepartie, elle devrait s’asseoir sur un loyer de 350 000 euros à 400 000 euros chaque année, une manne correspondant au montant des loyers dont s'acquitte le club pour les 19 matches à domicile (*). Sans compter le coût de l'occupation permanente des services de direction et administratifs du club sur le site des Costières...À présent les négociations vont pouvoir démarrer entre le club et la Ville pour l'acquisition du stade des Costières mais aussi sur l'ensemble des aspects techniques de ce projet. En particulier sur la jauge du futur stade (moins de 15 000 places, NDLR) que le maire, Jean-Paul Fournier, considère comme faiblarde mais aussi sur le projet immobilier dans son ensemble.

Dans une interview récente accordée à notre rédaction, le premier édile de Nîmes rappelait que "le plus important c'est que nous avons la main sur le PLU (plan local d'urbanisme, NDLR). Il ne se fera pas n'importe quoi sur le site. Et puis, pour le moment, le projet n'est pas bouclé. En fonction de l'estimation des Domaines, il y aura discussions. Tout cela n'est pas pour demain. Pas avant quelques années." Attendre et voir.

Abdel Samari

 

* La convention liant le NO et la Ville prévoyait un montant de 12 000 euros en ligue 2 et de 18 000 euros en Ligue 1.

RECHERCHE ARTICLE OU PERSONNALITE

"S'il n'y avait que des équipes comme Nîmes Olympique en Ligue 1, on s'emmerderait moins"     (Pierre Ménès - Canal Plus)

clic sur les photos pour agrandir

Stanislas Golinski
Stanislas Golinski
Stanilas Golinski quand il avait 80 ans, toujours fidèle à Nîmes
Stanilas Golinski quand il avait 80 ans, toujours fidèle à Nîmes